46 articles avec sport

Lundi

Publié le par imaginer

Lundi

Ce matin, après jus de citron et café, j'ai donc vu Philippe en visio. J'étais motivée, plus que motivée, ultra motivée pour une séance mais... en fait Philippe voulait parler un peu avec moi, voir mon genou et me regarder faire deux-trois mouvements... Et il a décidé... d'attendre demain pour faire une séance.

Comme il est très très prudent avec les articulations, il voulait réfléchir aujourd'hui au programme de demain, après avoir vu "en vrai" mon état. Quelle frustration !!!!!!!!!!!!!!!!

Nous avons parlé une vingtaine de minutes, c'est cool quand même les appels en visio, et il a dû raccrocher, car il avait un conseil de classe. Puis une multi-visio avec ceux de ses élèves du collège qui souhaitaient faire un peu d'exercices depuis chez eux et surtout, m'a-t-il dit, pour discuter avec eux, et surtout discuter d'autres choses que de devoirs, d'école etc...

Bon, nous on se retrouve donc demain à 9h30 pour une séance en visio, j'ai hâte de voir ce que ça donne une séance de sport dans ces conditions... Je sais qu'il ne me fera faire que des exercices ne mettant absolument pas mon genou en souffrance, et que malgré tout la séance sera intense, je lui fais entièrement confiance.

Que j'ai hâte de reprendre une activité physique.

Je suis encore affaiblie, j'en ai eu la preuve cet après-midi. J'avais des documents à faire imprimer sans pouvoir attendre, et comme nous n'avons pas d'imprimante et que les petits magasins dans lesquels je vais habituellement pour faire imprimer sont fermés, j'ai demandé à la gardienne de bien vouloir me les imprimer.

Ce n'est pas Chéri qui est allé les chercher, je me suis dit que ce serait l'occasion pour moi de prendre l'air, je ne suis pas sortie, mis à part sur le balcon, depuis lundi dernier. Oh il s'agit de pas grand chose pour aller chez notre gardienne, descendre les deux volées de marches de la cour et faire environ 15 mètres. Puis refaire ces 15 mètres, et remonter les deux volées de marche. Et bien avec ma jambe raide, l'aller-retour m'a pris un quart d'heure. J'ai pris l'ascenseur pour remonter chez nous au premier étage, j'avais la tête qui tournait...

Demain lors de notre séance, ça me fera le plus grand bien de commencer le renforcement... C'est sans doute aussi le fait de ne pas aller du tout dehors qui nous affaiblit tous. Bref, il est grand temps que je puisse recommencer à bouger...

Autre fait marquant de la journée... Chéri est allé faire les courses. Il n'était lui non plus pas sorti du temps depuis mardi matin dernier quand il a fait les courses, et là, nous n'avions plus de fruits et légumes frais, plus de poulet, plus de jambon, de yaourts, bref, plus de produits frais.

Il a trouvé tout ce que nous avions mis sur notre liste, sauf les citrons. Bon pas de jus de citron cette semaine... Sinon, nous voilà avec les courses pour une semaine:-)

Comme il paraît que le confinement va se durcir, je suis en train de regarder pour nous faire livrer les courses la semaine prochaine. Pour le moment, aucun créneau de livraison, d'aucune enseigne... Je réessaierai demain.

Là on a de quoi manger des produits frais pour une bonne semaine, ça va.

Ce midi, petite assiettes de linguine avec un oeuf et jambon blanc. Bien longtemps que je n'avais pas mangé de pâtes, ce midi j'avais vraiment très envie.

Ensuite, j'ai bu une infusion sur le balcon au soleil.

Ce soir, cuisse de poulet rôti. Mâche, betterave rouge, concombre.

Ca va vous ?

A demain pour de nouvelles aventures confinées.

C'est fait... de justesse... mais c'est fait

Publié le par imaginer

C'est fait... de justesse... mais c'est fait

Me revoilà... Pas beaucoup d'énergie ces derniers jours pour écrire. Je vous raconte ?

Il était donc prévu depuis ma visite à la clinique du genou début mars que je sois opérée du ménisque ce lundi 16. Entre temps, il s'est passé tout ce que vous savez avec les mesures prises au jour le jour contre le COVID-19.

Vendredi 13, la clinique m'appelle, me disant que l'opération est maintenue, l'intervention du chef de l'état ne réquisitionnant pas les cliniques privées. Et demandant le report des opérations juste pour les patients âgés de 70 ans ou plus.

Puis, samedi, annonce de la fermeture des cafés, restaurants... tout dimanche je me suis demandée si la clinique allait m'appeler pour annuler. Mais non.

Je suis donc arrivée comme convenu lundi matin à 7h30. Au bureau des admissions ils m'ont confirmé que mon opération était maintenue, mais que j'étais la dernière. Le gouvernement ayant décidé le report de toutes les opérations non urgentes et de réquisitionner toutes les cliniques pour soutenir les hôpitaux.

Ils m'ont installée dans une chambre, prévue pour trois patients ambulatoires mais où j'étais seule, me disant que je serais descendue au bloc à 9h30. le brancardier est en fait venu me chercher à 10 heures, et j'ai ensuite attendu dans la salle devant le bloc opératoire.

J'étais seule, alors qu'habituellement m'a dit le chirurgien, dans cette salle, comme dans la salle de réveil, il y a de nombreux patients...

Vers 10h30 l'anesthésiste est venu pour la dernière visite de contrôle, puis j'ai été emmenée au bloc. L'anesthésiste a donc pratiqué une rachis sais plus quoi, enfin comme une péridurale quoi, en me piquant dans le dos.

Et au bout de quelques minutes, je ne sentais plus mon corps, du nombril aux orteils. J'aurais préféré une anesthésie générale, l'impression de fourmillement dans le corps était désagréable, et j'étais persuadée que je n'avais plus mes jambes... quand j'ai dit ça à l'anesthésiste, il m'a prouvé que si, en mettant mes jambes sur ses épaules... Naturellement je n'ai rien senti, mais je voyais mes jambes en l'air. Ma tête s'est mise à tourner, j'ai réussi à en rire avec eux, mais je n'étais pas fière.

Ils ont ensuite installé un "champ chirurgical" donc je ne voyais rien. J'ai entendu le chirurgien arriver, me dire quelques mots... Et soudain s'exclamer, tout guilleret "Voilà, j'ai la languette qui vous fait tant souffrir". Je ne m'étais même pas rendue compte qu'il avait commencé. 

Le tout a duré une demi-heure, j'avais la tête qui tournait, cette sensation désagréable de ne plus avoir de bas du corps. Puis ils ont enlevé le champ opératoire, et comme ils n'avaient pas éteint l'écran, j'ai vu l'intérieur de mon genou...

Finalement, l'opération a consisté à faire deux petits trous, l'un pour introduire la caméra permettant de repérer sur grand écran le morceau de ménisque à enlever, l'autre, pour introduire la pince servant à retirer la languette d'os en question.

J'ai reçu le compte-rendu opératoire tout à l'heure par courrier, heureusement que je n'ai rien vu en fait, et rien senti, beurk...

En salle de réveil, j'avais toutes les infirmières pour moi, puisque j'étais la seule patiente. le chirurgien est venu me voir à deux reprises, me disant que j'avais conservé pendant l'opération le sens de l'humour qu'il avait remarqué lors de la consultation. Tant mieux, je n'avais pas totalement perdu la tête pendant l'anesthésie alors....

Ils m'ont remontée dans ma chambre vers 13h30 je crois. Mes jambes commençaient à se réveiller et faisaient des mouvements incontrôlés. Puis la douleur est arrivée...

Ils m'ont donné une heure après un en-cas, mais j'avais des nausées et n'ai rien pu avaler. Ils ont mis un anti-nauséeux dans ma perfusion. j'avais peu de tension (9-6), la tête qui tournait... et mal. Je n'ai pas bronzé comme par miracle, c'est la bétadine;-))

A 17 heures le kiné est passé, me montrant les séries d'exercices à faire les dix jours suivant l'opération.

Puis le chirurgien est repassé, s'assurer que tout allait bien, et me dire que je pouvais sortir. Que je dois passer le plus de temps possible allongée, juste me lever pour aller aux toilettes, à table... Et faire mes séries d'exercices sur mon lit. Au moins une semaine.

Chéri m'attendait et nous sommes rentrés en taxi à 18h30.

La soirée a été... douloureuse...très douloureuse... J'ai fini par m'endormir à minuit, assommée de douleur.

Mardi a été une journée aussi très douloureuse. Le chirurgien m'appelée mardi matin pour s'assurer que j'avais dormi, pas eu de malaise, et m'a dit d'enlever mon gros bandage, et de ne garder que les pansements spéciaux qui maintiennent les fils qui seront enlevés dans dix jours.

 

Oui, j'ai eu beaucoup de mal à venir à bout de la grosse croix au marqueur et de la bétadine, mais aujourd'hui"qui ça y est, j'ai retrouvé ma jambe propre.

Je fais mes exercices toutes les deux heures comme me l'a dit le kiné. Puis je glace et je masse le creux du genou. 

Hier soir, enfin je me suis endormie sans mal, je n'en pouvais plus, après deux jours et deux nuits douloureux. L'air de rien en plus ces séries d'exercices me fatiguent. J'ai dormi dix heures d'affilée. Et ce matin mon genou avait un peu dégonflé et la douleur s'est beaucoup atténuée. Il irradie moins et est moins chaud. Comme je ne peux pas prendre les anti-inflammatoires ordonnés au départ par le chirurgien (et qui lundi m'a dit de ne surtout pas les prendre), alors il faut que mon corps se débrouille seul pour enlever l'inflammation. Apparemment mes défenses immunitaires sont bonnes, puisque trois jours après l'opération, je sens un réel mieux.

Philippe (le prof de sport) m'appelle chaque jour, et lui qui a été opéré des ligaments croisés des deux genoux, m'a donné des astuces pour retrouver la flexibilité au mieux. Je travaille donc en plus du genou lui-même le verrouillage des quadriceps, les ischios. Et en effet ce soir, ma flexion du genou opéré s'est nettement améliorée.

A partir de lundi ou mardi il me donnera des cours par Visio à travers nos ordis. Je ne sais pas combien de temps va durer le confinement, plusieurs semaines sans aucun doute, donc dès que je vais retrouver de la mobilité je vais avoir envie de faire de l'exercice. Et lui, idem, en confinement, ne pouvant aller au collège ni entraîner son équipe, fait des programmes en visio.

En ce moment, côté sport, se met en place une belle solidarité. Des dizaines de coachs font des vidéos sur les réseaux sociaux, d'exercices à faire chez soi. Je parle là d'un sujet qui me passionne nous sommes bien d'accord, nul n'est obligé d'y souscrire. Mais je trouve ça chouette côté sport.

De même, chaque soir à 20h Chéri et moi sommes sur notre balcon pour applaudir de toutes nos forces, et ce sont quelques minutes de communication, de chaleur avec d'autres êtres humains, c'est précieux en ce moment.

Bref, le blog n'a pas pour vocation d'analyser la situation actuelle. Je ne vais pas en parler beaucoup. Ne croyez pas que je m'en fiche, bien au contraire, simplement je ne suis pas scientifique ni économiste, mon opinion n'apporterait pas grand chose... 

Demain en revanche je vous parle alimentation:-)) J'ai passé une heure au téléphone hier avec la nutritionniste.

Douce soirée, et plus que jamais prenez soin de vous, de ceux que vous aimez, et ne soyez pas avare de le leur dire...

Personne ne peut m'arrêter...

Publié le par imaginer

Personne ne peut m'arrêter...

En vrac, paroles de sportifs :

 

Personne ne peut m'arrêter à part MOI !

 

Agissez en vainqueur, pas en victime. 

 

Ayez votre rêve dans la peau. 
(faites corps avec)

 

Votre puissance est dans votre routine, ce que je fais tous les jours de façon répétée. (Plus grand est le rêve, plus grand est l'effort)
Ayez une routine et tenez-vous y !

 

Si vous voulez être meilleur que la moyenne, vous devez faire plus que la moyenne.

 

LES PERSONNES QUI NE LE FONT PAS ONT TOUJOURS PLUS À DIRE SUR LA FAÇON DONT CELA DEVRAIT ÊTRE FAIT.

 

Votre vie est le reflet des normes que vous vous êtes fixées.

 

C’est parce qu’on s’imagine tous les pas qu’on devra faire qu’on se décourage, alors qu’il s’agit de les aligner un à un.

 

L’optimiste ne refuse jamais de voir le côté négatif des choses ; il refuse simplement de s’attarder dessus.

 

Fais ce que tu veux,
où tu es avec ce que tu as sous la main et ne sois jamais satisfait.
Ne sois jamais satisfait de toi même !
Sache toujours que peu importe où,
tu peux apprécier davantage,
tu mérites davantage.

 

Savoir ce que tu veux t’aidera à clarifier tes buts. Le dire c’est arriver à le formaliser et le rendre réel dans ta tête et dans ta vie. Ensuite il faut aller au bout de sa pensée et décrocher la médaille ! Le courage c’est être et faire en étant fidèle à ses valeurs. Tu es capable d’être la meilleure personne au monde qui atteindra les sommets les plus hauts et les plus valeureux !

 

Je sais que tu as un rêve. Un rêve au fond de toi-même que tu as toujours caché. Donne-toi à fond pour le réaliser. Continue à apprendre et à te développer pour devenir la personne capable d’atteindre cet objectif. Si tu veux atteindre des résultats que tu n’as jamais eus dans le passé, tu dois faire des choses que tu n’as jamais faites dans le passé.

 

Je veux savoir jusqu’où je peux aller, je veux voir tout ce que je peux réaliser, je veux aller aux limites du possible !

Publié dans La vie..., Sport

Partager cet article

Repost0

Dormir

Publié le par imaginer

Dormir

Il faut vraiment que je me penche sur mon sommeil. Depuis quelques semaines je dors mal, très mal. Alors certes, mon genou me lance et ça me réveille à plusieurs reprises dans la nuit, certes je me suis fait du souci pour Chéri, certes je cogite sur le boulot... mais jamais de ma vie, même à des périodes vraiment sombres, je n'ai si mal et si peu dormi...

Le sommeil m'a toujours sauvée, permis de tenir dans toutes les situations car je dormais bien, d'un sommeil récupérateur.

En ce moment, je ne me couche pas avant une heure du matin et à cinq heures max je suis éveillée. Ce matin encore à 5h30 j'étais prête, douche prise, en tenue de sport, en train de boire mon café. Alors que ma séance de sport n'était qu'à huit heures, à la maison en plus, donc aucun temps de déplacement.

En effet vu la pluie, nous étions convenus hier soir que Philippe vienne à la maison. Et là, quelle séance... Bon, j'ai pris ma revanche au concours d'abdos, j'ai gagné aujourd'hui, mais la vache, ça brûlait !! Seul le mental et l'orgueil m'ont empêchée de lâcher pendant les deux dernières séries. Il les fait de plus en plus longues les séries en plus !!

Et, grande joie, les étirements commencent à porter leurs fruits. Après la joie de toucher terre en me pliant jambes tendues, ce matin j'ai pu m'asseoir sur mes talons. Jamais je n'y suis arrivée de ma vie ! Mes fessiers restaient à au moins dix centimètres de mes talons !

Autre joie, les pompes. J'ai fait 25 pompes d'affilée. Des vraies de vraies, pas à genoux. Philippe m'a dit que vraiment, je suis incroyablement musclée (hé oui quand même on n'a pas fait semblant de bosser avec mon JC)... Pas tant de femmes que ça qui font des pompes sur la pointe des pieds. Je vais aussi les travailler seule, entre deux séances les pompes, car ça fait travailler tout le corps, et ça affine les muscles des bras.

Bon là, je le vois demain matin au stade, à priori demain il ne doit pas pleuvoir. Mais ensuite je ne le revois que mardi alors il va me donner de jolies séries de pompes, abdos, gainage à faire entre-temps. Et toujours les étirements pour m'assouplir.

Je fais tout cela avec bonheur, même si c'est dur, répétitif, mais je sais que cela va renforcer mes points faibles, affiner ma silhouette en attendant de courir. 

A la fin de notre "concours" d'abdos, je me suis mise à pleurer. Totalement incontrôlé. Ces séries ont été tellement difficiles, les abdos me brûlaient, et les deux dernières séries, je les ai faites au mental, alors les larmes sont sorties... Philippe m'a dit que c'était normal, que je crie, que je pleure, que j'aie la chair de poule, envie de vomir, tout cela est normal.

Il m'a dit que j'ai beaucoup progressé en un mois, en souplesse, en légèreté, en proprioception, en équilibre... 

Après la séance, à neuf heures, mon café du matin était loin. Je me suis fait un thé vert, et ai déjeuné d'un petit bol de la compote de pommes faite hier, plus quelques amandes.

Ensuite, j'ai fait mon dossier d'admission à la clinique. Maintenant ça se fait en ligne les admissions pour les opérations.

Pour le déjeuner, exactement comme hier soir. Poulet, haricots verts, brocolis, champignons vapeur. En petites quantités je vous l'accorde:-) Avec une infusion.

Et au dîner, une petite salade, suite et fin du poulet, salade et tomates cerises. Puis une infusion.

C'est dur, je ne vais pas vous cacher que c'est dur...

Demain matin séance de sport donc. Puis nous partons en tout début d'après-midi pour Charleville.

Je vous souhaite donc un excellent week-end:-)

On en parle de mon rêve ?

Publié le par imaginer

On en parle de mon rêve ?

Vous voyez le petit compteur en bas à gauche de l'image ? 220 jours... Dans 220 jours ce sont les 20 kilomètres de Paris. Je rêve de les courir depuis plusieurs années. Si certains se souviennent, je m'y suis inscrite il y a trois ans, me suis préparée seule, mal, me suis blessée, ai enchaîné les blessures et pfffuuuiiiiittttt adieu le rêve...

Et depuis cet enchaînement de blessures qui a commencé il y a trois ans, je n'ai jamais vraiment recouru. Et en janvier 2020, ça a commencé à me (re)trotter dans la tête. Et j'y pensais, pensais pensais... J'en ai parlé à JC. Qui n'aime pas la course à pieds et m'a dit ne pas maîtriser le processus de préparation d'une telle distance... 

Et j'ai rencontré Philippe le premier février. Et il m'a intégrée à son équipe. Et je lui ai parlé de mon rêve...inaccessible. Il m'a dit que non, ce n'est pas inaccessible. Que lui peut m'y amener... Il a posé ses conditions :  que je me soigne correctement, quand je lui ai parlé de mon mal récurrent au genou, et que je m'affine... sérieusement.

Une fois soignée, une fois amincie (lui disait 10 kilos, le chirurgien a été plus radical) il m'a dit que oui, je pourrai les courir ces 20 kilomètres.

Avec une préparation adaptée, en écoutant ce qu'il dit, ce qui signifie savoir intégrer la récupération, sans me précipiter en force (il a vite compris ma façon de procéder). Ça veut dire aussi travailler le renforcement musculaire pour allonger et affiner les muscles, ça veut dire tout reprendre à la base avant de courir. Ca veut dire faire des milliers de montées d'escaliers, des milliers de gammes, des milliers d'abdos spécifiques, des milliers de talons-fesses, des milliers de petits pas, de la proprioception, avant même de commencer à trottiner.

Il m'a dit qu'il se donnait quelques semaines pour voir si j'étais aussi motivée que je le dis, et me confirmer si oui ou non lui et moi franchirions ensemble cette putain de ligne d'arrivée de mon putain de rêve.

Et depuis le premier février, j'en ai aligné des montées d'escaliers, des gammes, des extensions, des abdos, des exercices de proprioception. Tôt le matin, sous la pluie, dans le froid, sans râler. Euh si... en râlant et en l'insultant même... ce qui lui a montré ma détermination et l'a beaucoup amusé;-)). Une insulte égale une série de marches ou d'abdos en plus, et le pire c'est que je le fais;-)

Alors hier, quand je l'ai appelé pour lui dire qu'après l'opération du 16 mars, à partir du 13 avril, juste après le week-end de Pâques, selon le chirurgien je serai apte à reprendre la course en toute prudence, il m'a dit banco, on s'inscrit.

J'en ai pleuré de joie. Il m'a dit aussi que je vais en baver comme jamais, que ce que nous avons fait jusqu'ici n'était qu'un échauffement minime de reprise...

Et vous me connaissez, j'ai adoré qu'il me dise ça. Donc voilà, nous sommes inscrits tous les deux. Je vous raconterai les entraînements, les fractionnés, les gammes encore et encore etc etc...

Mais si ça va vous passionner je n'en doute pas un millième de seconde ;-)))))

Ensuite, je ne courrai plus de telles distances, je courrai pour le plaisir, la distance que j'aime vraiment, des courses de dix kilomètres, et courir une heure le dimanche matin pour le pur plaisir. Mais les 20 kilomètres de Paris, c'est mon rêve, et puis c'est tout.

Voilà c'est dit, c'est posé, c'est officiel...

Sinon, qu'est-ce que j'ai mangé aujourd'hui ? Ce matin, rien, juste bu un café. Je suis allée chez le coiffeur en fin de matinée, et en rentrant, suis passée chez le primeur.

J'avais terriblement envie d'un avocat, alors que je n'en mange pratiquement jamais. Pour le déjeuner (tardif du coup), je me suis fais tout simplement des toasts à l'avocat.

J'ai écrasé l'avocat avec jus de citron, sel, poivre, en ai tartiné les toasts passés au grille pain, ajouté du jambon blanc et des oeufs mi durs-mi mollets. 

Je me suis régalée !

J'ai passé ensuite plus d'une heure à cuisiner les légumes, et faire une compote de pommes à la vanille. Et rôtir un poulet. De quoi manger jusqu'à vendredi midi. Et ensuite nous partons pour le week-end à Charleville.

A 18h30 j'ai accompagné Chéri chez le gastro-entérologue, qui devait dire ce qu'a donné la biopsie du polype de forme bizarre.

Deux semaines que je me rongeais les sangs... Mais tout va bien quel bonheur !!

En fait, le pseudo polype à la forme si étrange s'est révélé être un morceau embryonnaire d'estomac... Le gastro nous a dit qu'il savait que ça existait car il l'a appris pendant ses études de médecine, mais ne l'avait jamais vu dans sa carrière, alors qu'il est à cinq ans de la retraite.

Il est très content d'avoir vu ça au moins une fois, et moi, je suis tellement soulagée que ce soit absolument sans gravité. Il nous a assuré que c'est totalement bénin et n'a aucune chance d'évoluer...

En sortant de son cabinet, j'ai explosé de rire en disant à Chéri que moi, avec mon estomac qui remonte dans l'oesophage, et le sien qui tombe dans les intestins, nous voilà bien:-)

Bon en tout cas me voilà soulagée. 

Maintenant j'attends avec impatience d'être débarrassée de cette languette de ménisque qui se balade dans mon genou et me fait tellement souffrir. Ça me réveille la nuit tellement ça lance. C'est beaucoup plus douloureux quand la jambe est tendue, le chirurgien m'a dit que c'est logique. Soit, moi je crois les médecins...

Oh si vous saviez les amis, j'ai envie de danser tellement je suis heureuse de savoir pour Chéri !! Je préfère des milliards de fois que mon EBO s'aggrave plutôt que de voir Chéri risquer d'être malade. Non mais quelle cruche, voilà que je pleure en écrivant cela.

Bref... 

Alors, pour le dîner, poulet rôti, brocolis, champignons et haricots verts, le tout cuit vapeur, sans gras. Et pratiquement pas de sel. Je vais essayer de manger le moins salé possible, le sel n'est pas top non plus pour pouvoir mincir.

Passez une douce soirée. Et n'oubliez pas de dire à ceux que vous aimez combien vous les aimez

PS : Bon anniversaire de mariage les z'amis, vous allez vous reconnaître. Je vous z'aime.

 

Pas trop mal

Publié le par imaginer

Pas trop mal

Bon... Pas trop mal ce mois de février.

5,9 kilos partis entre samedi premier et samedi 29. Recourir en avril paraît donc accessible, les dix kilos devraient être atteints. 

La décision en réalité, ne reviendra ni à Philippe ni à moi mais au médecin de la clinique du genou que je vois mardi après-midi, qui analysera les résultats de l'IRM, diagnostiquera ce qui est à faire et me dira si oui... oui si non...

En attendant, je continue chaque jour à la maison les exercices d'étirements, abdos et gainage. Et mardi matin, séance "marches" aux tuileries à sept heures... Et normalement on se voit jeudi et vendredi, à savoir ce qu'il sera possible de faire...

Pour le reste, pas grand chose à dire, je suis toujours excessivement renfermée, je n'arrive vraiment pas à parler, à sortir...

Il va bien falloir pourtant, ne serait-ce que demain matin, j'ai rendez-vous à l'APEC.

J'espère que vous avez passé un excellent week-end, je vous souhaite une douce soirée.

A demain:-)

Jour 5 sur 5

Publié le par imaginer

Jour 5 sur 5

Ce matin...porte close au stade, fermé pour la matinée. Nous nous sommes rabattus sur le square Clignancourt. C'était drôle, nous avons fait un concours d'abdos en plein milieu du kiosque à musique:-) Oui bon ben j'ai perdu. Trois manches à deux... Mes abdos brûlaient comme jamais, j'adore !

Une demi heure de proprioception aussi. Et travail des bras et dorsaux.

Et une discussion sérieuse (oui, parce que d'habitude on rit plus qu'on ne parle sérieusement). Mais là, Philippe, qui est vraiment calé en connaissance des muscles et autres ligaments m'a bien expliqué le compte-rendu de l'IRM et tout ce qui peut être envisagé. Après, c'est le chirurgien qui dira mardi quelle solution est la mieux adaptée.

Je suis rentrée à 9h30 et ai pris mon petit déjeuner. Thé vert, deux tranches de jambon blanc avec un oeuf au plat.

Ce midi, j'ai terminé la dinde d'hier soir, et bu une infusion.

Et ce soir, Chéri est passé acheter saumon et thon chez le poissonnier pour nous préparer des sashimis. De quoi clôturer en beauté ce mini-radical.

J'aime tellement le poisson cru !!!!!!!!!!! Malheureusement il n'y avait pas de maquereau:-)

Voilà, ce cinquième et dernier jour s'est passé sans encombre.

Je vous souhaite une douce soirée.

Jour 4 sur 5

Publié le par imaginer

Jour 4 sur 5

Ce matin, il pleuvait pleuvait pleuvait.... Fort... Philippe m'a dit qu'il était impossible de faire une séance de renforcement au stade par ce temps, mais qu'on pouvait la faire à la maison. Il est en effet arrivé totalement trempé. 

Ca m'a fait très bizarre de faire des exercices dans mon salon, pour moi le sport se fait en salle (de sport) ou en extérieur. Mais on a bossé... des gouttes de sueur sont tombées sur le parquet. Proprioception, gainage, abdos, étirements... J'ai progressé en souplesse.

Notamment sur l'exercice consistant à avoir les jambes bien droites, absolument pas fléchies, et se pencher dans le but d'approcher le plus possible les mains du sol, le buste le plus près possible des jambes. La toute première fois, mes mains étaient à environ 20 cm du sol, ce matin le bout de mes doigts a touché le sol.... Même exercice en croisant les pieds, c'est tout de suite plus difficile de garder l'équilibre:-)

Mes genoux sont plus lax, c'est évident lors des étirements consistant, en position debout, à toucher le fessier avec le pied... Maintenant oui, mon pied touche sans problème.

Je continue à glacer mon genou trois fois par jour, et le masser chaque soir à l'aloe Vera. Je donnerais cher, très cher pour enfin pouvoir recourir !

Les chattes ont participé activement à la séance. Enfin... Gribiche, qui a suivi chacun de mes mouvements, tout particulièrement quand j'étais au sol pour les abdos et le gainage. C'était vraiment drôle et mignon. Mira en revanche, après être poliment venue flairer Philippe, et ayant sans doute jugé qu'il ne présentait pas de dangerosité, est retournée dormir sur son fauteuil.

Quant à Chéri, il dormait quand Philippe est arrivé, et dormait toujours quand il est parti:-))

A six heures en me levant, j'ai bu un café. Et après la séance, en glaçant mon genou, j'ai bu un thé vert en mangeant deux tranches de jambon blanc braisé.

Ensuite, (re)douche, habillée, maquillée, je suis allée faire une manucure. Du vert kaki sur mes ongles, je suis passée à un rouge rosé. En rentrant, je me suis arrêtée chez le poissonnier, envie de poisson aujourd'hui. Il m'a proposé des harengs sauvages fumés par ses soins, et du thon fumé. J'ai illico dit oui. Et me suis plus que régalée. Avec pour compléter mon déjeuner protéiné, deux oeufs brouillés.

Et pour finir, une infusion "Peace Mémé". J'adore les infusions des Deux Marmottes, une vraie belle découverte.

A 19h30 je suis donc allée au rendez-vous pour passer l'IRM du genou droit. Et en suis ressortie à 21 heures. J'avais déjà passé une IRM il y a trois ans, et je m'étais endormie dans le "tube". Idem ce soir, dès qu'ils m'ont mis le casque sur la tête (casque qui n'isole pas vraiment du bruit en fait), m'ont dit de rester bien immobile pendant les 15 minutes de l'examen et m'ont placée dans le "tunnel", hop je me suis endormie au bout de quelques minutes. Le jeune fille m'a réveillée je n'avais même pas senti le tube ressortir du tunnel:-)

Bon, je ne vais pas faire de suspense inutile. Puisqu'en fait il n'y a pas grand chose à dire. Un kyste poplité dans le genou et une fissure du ménisque. Très précisément la même chose qu'il y a trois ans au genou gauche. Donc pas de raison que ça ne se soigne pas aussi bien à droite que ça s'est soigné à gauche. 

J'ai appelé Philippe, qui me confirme donc que pas de running tant que je n'ai pas vu le spécialiste orthopédique, et qu'on va continuer de plus belle le renforcement et l'affinement. Aucun saut, aucun impact, du cardio, renforcement des chevilles et genoux, travail sur la sangle abdominale, le dos, proprioception, assouplissement... J'ai aussi appelé mon JC...

Et plus que jamais focus sur l'alimentation. Vous pouvez dire ce que vous voulez, 15 à 20 kilos de trop ne font pas du bien au corps.

Mon "radical" se termine demain soir comme je l'ai dit, je me pèserai samedi matin pour voir ce que j'ai "perdu" en février, et samedi, je ferai un beau marché de légumes, fruits etc...

Je suis rentrée à 21h30, sans grand appétit.  Chéri (merci mon Chéri !) m'avait fait cuire de la dinde, j'en ai mangé un peu.

Demain matin, rendez-vous au stade avec Philippe tôt. Il me l'a proposé quand je l'ai appelé, me disant qu'on va travailler, mais surtout parler, il a senti mon désarroi.

Le stade où nous nous retrouvons est pile dans la trajectoire entre chez lui et le collège où il enseigne. Et comme il est ultra matinal il aime à retrouver son équipe tôt. Et vu qu'il m'a intégrée à son équipe et qu'on a réellement beaucoup sympathisé, et bien, nous nous retrouvons pour nous entraîner:-)

Il est incroyablement à l'écoute, l'habitude de travailler avec des enfants peut-être, très vigilant sur la santé et le bien-être. Il travaille aussi pour la mairie de sa ville pour donner des cours de renforcement et assouplissement à des personnes d'un certain âge... 

Bref il m'a complètement rassurée ce soir et m'a dit qu'il est hors de question que je renonce à mon rêve, il s'est promis de m'y emmener, alors on le réalisera ce rêve. On a sept mois, donc si deux sont consacrés à soigner le genou, on aura le temps...

Bon, en tout cas côté radical, ce quatrième jour s'est passé sans encombre.

Il est 23 heures, je dois me lever tôt demain matin mais je n'ai pas envie de dormir... Déjà que je me suis levée très très très tôt tous les matins de la semaine...

Je vous souhaite une douce nuit.

Jour 3 sur 5

Publié le par imaginer

Jour 3 sur 5

Je suis rentrée hier de mon cours du soir à 22h30, frigorifiée. Il pleuvait, y avait beaucoup de vent, et puis bon, je ne mange pas des masses donc un peu plus fragile que d'habitude.

J'ai bu une infusion bien chaude, et rien mangé. Je me suis couchée à une heure du matin, et levée ce matin à neuf heures.

J'ai bu un café, et n'ai pas mangé. Je voulais aller chez ma généraliste pour qu'elle me prescrive une IRM pour mon genou droit. Ben oui, ce n'est pas pour rien que j'ai dû mettre JC entre parenthèses et entreprendre des sessions de renforcement des genoux.

Et mettre le paquet pour commencer à éliminer les kilos. Certes je fais des bêtises, et je les fais avec enthousiasme comme le dit mon titre, mais sous mes airs de fofolle, je sais (à peu près;-) ce que je fais). 

N'empêche que le ménisque interne (comme me l'a montré le podologue qui a fait mes semelles) à droite me fait toujours souffrir. Alors la généraliste m'a donc prescrit cette IRM, et une semaine d'antis inflammatoires. Et m'a même donné une ordonnance pour des séances de kiné, au cas où.... Mais ça, je verrai avec le médecin spécialiste.

J'ai rendez-vous mercredi matin prochain dans une clinique spécialisée dans les pathologies du genou et le spécialiste que je vais voir a besoin de l'IRM. Me voilà donc à passer coup de téléphone sur coup de téléphone dans tous les centres d'imagerie de Paris, mais aucun pour me proposer un rendez-vous pour mardi 5 au plus tard. Aucun rendez-vous avant le 6 ou le 7. J'ai laissé mes coordonnées à chacun, au cas où ils auraient un désistement.

Et... En fin d'après-midi, l'un d'eux m'a appelée, un patient a dû annuler son rendez-vous. Je passe donc mon IRM demain soir à 19h30. Ouf ! 

Au moins dès mercredi prochain j'aurai un diagnostic. D'un spécialiste du genou. Quitte ou double. Soit je peux recourir après des soins adaptés, soit je renonce définitivement à ce sport. Pas LE sport hein, juste la course à pieds.

S'il confirme que je peux recourir, avec Philippe, nous avons un objectif de folie. Et sept mois pour nous y préparer... Je vous dirai ce que c'est si le spécialiste confirme que je peux m'attaquer à la préparation. C'est mon rêve depuis des années, et quand j'en ai parlé à Philippe il m'a dit qu'il allait le faire avec moi... et m'emmener, me pousser jusqu'au bout de ce rêve.

Le temps de la consultation chez la généraliste (j'ai attendu plus de deux heures), puis d'aller à la  pharmacie, il était 13 heures passées, et vraiment j'avais faim. Et envie de viande hachée. Je me suis arrêtée à la boucherie, et ai demandé au boucher de me hâcher 200 grammes de de boeuf. Hummmm j'avais trop envie. Oh c'est bon de temps en temps du steak fraîchement haché !

Et ensuite, un thé vert à la menthe.

Ce soir j'ai dîné de la même chose qu'au déjeuner d'hier, du thon au naturel avec un oeuf dur. Et terminé par une infusion.

Voilà, troisième jour sans encombres:-)

PS : Overblog me prévient d'une "grande opération maintenance" cette nuit. J'espère qu'ils vont régler notamment les problèmes de commentaires...

Jour 2 sur 5

Publié le par imaginer

Jour 2 sur 5

Ce matin, levée 5h30. Arrivée aux Tuileries à 7 heures. Une heure de renforcement chevilles genoux. Waouh c'est dur... Y'a du boulot, tellement de boulot avant de redevenir une coureuse... 

J'y suis allée à jeun, en ayant bu un café. C'est rigolo, après la séance, à 8h30, je prends le métro à Concorde, en tenue de sport, rouge, suante, alors que le métro est bondé de gens bien habillés qui vont bosser... Pas que je n'aille pas travailler qui me fait sourire, mais le fait que je détonne dans le métro. Mais j'adore !

En rentrant j'ai glacé mon genou, et bu un thé vert à la menthe, je n'avais pas faim. J'ai (re)pris une douche, me suis habillée maquillée. Je ne me suis pas pesée, mais j'avais l'impression d'être légèrement affinée. J'ai mis une robe en jean que j'aime beaucoup mais qui était devenue serrée, on voyait tous mes bourrelets... Et là, elle est redevenue bien ample, et je peux à nouveau bien serrer la ceinture, j'aime tellement les robes qui marquent la taille.

A 11h30 là, en revanche j'avais faim, vraiment faim. J'ai déjeuné d'une boîte de thon au naturel avec un oeuf dur. Natures évidemment, pas de Mayo ou quoi que ce soit. Je veux faire ces cinq jours sérieusement, ce ne sont que cinq jours...

Et une infusion.

A 14h40 j'avais un rendez-vous visio avec Pôle Emploi. C'est beau la technique. J'ai eu un charmant conseiller. Bon il m'a dit que je suis considérée comme demandeuse d'emploi "autonome" et voulait me fixer le prochain rendez-vous dans six mois. Je lui ai demandé dans trois mois parce que bon quand même, certes, je suis autonome, mais c'est bien aussi de garder contact. 

De toute façon, j'ai rendez-vous à l'APEC lundi, il m'a dit qu'ils seront plus en mesure de m'apporter des éléments de recherche.

En revanche.... je me suis donc vu en visio et NON NON NON.... NON je ne peux pas, VEUX PAS rester comme ça.... Trop moche, trop grosse... quelle horreur !

Et puis bon, mes articulations couinent sous mon poids... On va en reparler, j'attends un rendez-vous avec un médecin du sport spécialisé dans le genou.

 

Pour changer de sujet, voici le cours du soir auquel je vais assister chaque mardi de 18h30 à 21h30

Mieux valoriser ses compétences en situation professionnelle
OBJECTIF

Valoriser ses qualités et compétences grâce à une meilleure analyse des situations et des atouts de chacun pour en tirer parti.
Votre travail réel ne coïncide jamais exactement avec vos missions officielles. Vos manières de faire, de vous présenter, de réagir influent considérablement sur votre image professionnelle. D'où l'importance d'élargir votre regard sur ce qui est attendu de vous et sur vos ressources, vos qualités et vos compétences pour faire face aux situations professionnelles. 
Mieux décoder les attentes de vos interlocuteurs professionnels, analyser les manières dont vous y répondez et apprendre à mieux utiliser vos ressources vous aidera à vous valoriser professionnellement.

PUBLIC

Toute personne souhaitant développer sa capacité à se valoriser.

PRÉREQUIS

Avoir une bonne maîtrise de la langue française.
Aucune expérience en théâtre n'est demandée.

PROGRAMME

Les séances fonctionneront en atelier, dans un esprit de partage, de dialogue bienveillant et de coopération. Le cours proposera deux types de séances en alternance :
- 7 séances d'apports théoriques et d'exploration amèneront chacun à étudier ses situations professionnelles avec un petit groupe de collègues, avant une discussion en grand groupe ;
- 7 séances d'exercice de théâtre permettront de travailler confiance et présence ; des mises en situation entraîneront les participants, sur un mode ludique, à observer et à expérimenter.

- comprendre comment notre image professionnelle se construit (la gamme des attentes de nos différents interlocuteurs, les scènes professionnelles à enjeu - le repérage des codes à respecter).
- identifier les qualités et compétences que nous mobilisons et la manière dont elles sont perçues (comment les montrons-nous dans quelle situation? quels signes de reconnaissance recevons-nous et que nous apprennent-ils?)
- se présenter et s'adresser à un auditoire (situations de présentation et d'intervention et leurs exigences ; nos atouts, limites et pistes d'amélioration).
- coopérer, donner et recevoir de l'aide ( l'écoute constructive pour dialoguer et coopérer ; échanger des signes de reconnaissance, savoir demander, entretenir un réseau).
- gérer l'adversité et les situations conflictuelles (repérer et analyser une situation conflictuelle, identifier ses ressources et possibilités de réponses).
Une séance bilan clôturera le cycle.
Références théoriques : Erving Goffman et l'analyse transactionnelle.

PÉRIODE(S) D'INSCRIPTION

1er semestre : inscription du 21 août au 9 septembre 2019 inclus.
2nd semestre: inscription du 7 au 23 janvier 2020 inclus.
Voir ci-dessous, rubrique "Jours et Heures".

CALENDRIER

1er semestre : du 30 septembre 2019 au 8 février 2020.
2nd semestre : du 24 février au 27 juin 2020.
3 heures hebdomadaires.

 

Il y a des sujets dans ce programme que je maîtrise à peu près. Mais plein d'autres qui me feront le plus grand bien. Ne plus me dévaloriser, voire me mettre en avant dans certains cas... Et les exercices de théâtre, voilà qui ne peut que me faire du bien. Je déteste prendre la parole en public, au-delà de deux interlocuteurs, sentir les regards braqués sur moi est insupportable, voilà pourquoi j'aime me fondre dans une équipe et laisser la lumière aux autres...

Mais je me rends compte que maintenant je dois être en mesure de faire savoir que c'est moi et non d'autres qui ont mené à bien les projets...

Bref, ça ne peut que me faire du bien me semble-t-il.

 

Il est 16h30, avant d'y aller, je vais manger du jambon blanc, car je ne rentrerai qu'à 22h30. Demain pas de sport, Philippe préfère qu'on se voit jeudi plutôt car ce matin on a bossé, bossé bossé et il estime que mes articulations ont besoin de repos. Voyez, je suis hyper raisonnable et j'écoute:-)

Je vous souhaite d'ores et déjà une très bonne fin de journée, car je rentrerai tard ce soir et ne rallumerai pas l'ordi sans doute.

A demain vous tous:-)

<< < 1 2 3 4 5 > >>