38 articles avec la vie

Jeudi ...ouf ouf ouf...

Publié le par imaginer

Jeudi ...ouf ouf ouf...

J'étais fébrile en attendant l'intervention d'Edouard Philippe. Chéri va-t-il pouvoir venir avec moi à Charleville la semaine prochaine ? Vais-je pouvoir voir mon père ?

Oui oui oui la limite des 100 kilomètres est levée, plus besoin de justification, donc Chéri peut venir avec moi. Car si j'ai pu aller deux fois à Charleville pendant le confinement, et une fois depuis le déconfinement, cela a été compliqué et laborieux, et surtout je suis restée cinq jours, et ce n'était joyeux pour personne d'être ainsi séparés. Mon choix, c'était laisser Chéri seul, ou ma mère seule... Quel bonheur de partir avec Chéri !!!!!!!!!!!

Voir mon père, on en saura plus la semaine prochaine, j'appelle la clinique tous les jours de toute façon.

Ce matin, Philippe est venu à la maison pour notre séance. J'en ai bavé, la transpiration gouttait à terre:-) Et vous le voyez, mon tee-shirt est bien mouillé, et encore plus dans le dos, j'adore:-)

Demain, séance en visio, puis long week-end pour que Philippe décompresse un peu, et dès mardi, ENFIN, nous pourrons nous retrouver à l'extérieur. Au stade, non, les stades apparemment n'ouvriront que fin juin, mais dans un parc oui :-)))))))))))))))))))))

Il va lui aussi reprendre les cours dans son collège à priori, puisque les collèges d'Ile de France rouvrent la semaine prochaine.

Il est parti à 11h30, je n'ai donc pas pris de petit déjeuner. J'ai déjeuné à 13 heures. Des Sot-l'y-laisse de dinde, et la suite de la ratatouille d'hier.

Cet après-midi, j'ai retravaillé mon CV, ma lettre de motivation, répondu à quelques annonces. D'une part, parce que j'ai envie de travailler, ça commence à me démanger. D'autre part parce que les "chasseurs de tête" me disent qu'il y a des recrutements en ce moment, que peu de gens cherchent et préfèrent attendre septembre. C'est effectivement ce qui s'est passé la semaine dernière. J'ai commencé à chercher début juillet, et signé mon contrat de travail début août.

Alors si je peux me faufiler dans un poste avant septembre... On verra, la dernière fois j'ai trouvé dès mon premier entretien, cette fois ça prendra peut-être plusieurs mois...

Mais j'ai retrouvé l'envie. L'envie d'agir, de travailler. Ces derniers mois, j'ai fait un cheminement intense. Psychologique, force mentale, physique... Et même sans anti-dépresseurs depuis maintenant plus de six mois, je ne me suis pas sentie aussi bien et vivante depuis des années.

Malgré le chagrin et l'angoisse qui m'étreignent pour mes parents, ma force vitale est revenue comme avant le but-out. Reste juste le sommeil à réparer.

J'ai travaillé très dur pour cela depuis plusieurs mois, réellement très dur. Je me suis profondément remise en question, recentrée sur moi, et décidé d'écouter mon coeur, mon corps, mon instinct... De plus, avoir eu plusieurs amis atteint de la COVID (oui, l'académie française a expliqué que COVID est féminin), dont une, qui est sortie la semaine dernière de l'hôpital après deux mois en réanimation m'a fait relativiser beaucoup de choses. Et elle en a maintenant pour au minimum six moi de rééducation.

Vivre le présent, saisir chaque bonheur. Ne pas se retourner tout le temps sur ce qui a été et ne sera plus, ni se plaindre de tout au lieu de voir le positif. Prendre conscience que nous ne sommes pas grand chose, savoir rester humble, ne pas juger, ne pas décréter que certains sont comme ci, comme ça, et devraient faire ci et ça.... 

Ne pas avoir une trop haute idée de soi-même, aucun être humain n'est supérieur à un autre...

En milieu d'après-midi j'ai eu faim, et me suis fait un goûter avec ce qui me faisait envie sur le moment. Kiwi, pamplemousse, pain intégral que j'ai grillé et beurré, et des radis.

Ce soir au menu, salade composée. Laitue, betterave rouge, radis, cornichons, oeufs durs (enfin, mollets en fait). Les photos sont vraiment moches, désolée. Déjà en temps ordinaire je suis une piètre photographe, mais là vraiment ce soir ça dépasse tout. Pardon ma jolie Karin, toi qui es si bonne photographe;-))

Très douce soirée à vous tous:-)

Mercredi

Publié le par imaginer

Mercredi

Ce matin à huit heures, séance de sport en visio. Demain Philippe vient à la maison, vendredi en visio. Et pour la semaine prochaine, pourrons-nous nous retrouver au stade ou dans un parc ? Pourvu que oui !!

Avant le sport, j'ai bu un café.

Après, orange et fromage blanc.

A dix heures, j'avais un rendez-vous téléphonique avec la nutritionniste, pour un point. Ce qu'elle m'a conseillé pour moins souffrir de la hernie hiatale s'est révélé efficace. A savoir, ne presque jamais manger de protéines animales le soir, plutôt des légumes bien cuits et des féculents. Et en effet, depuis que j'ai mis cela en place, je n'ai plus eu de vomissements nocturnes, et pratiquement aucune douleur.

Cela est spécifique à ma pathologie de l'endobrachyoesophage doublé d'une hernie hiatale, rien à voir avec perte de poids ou autre.

Je lui ai dit que depuis quelques semaines, mon corps change. Ce n'est pas juste dû à la perte des kilos, les mensurations sont bien moindres, et notamment au niveau du ventre et des cuisses, très affinés. Elle m'a confirmé qu'avec le changement de coach et une pratique différente du sport, uniquement des exercices cardio et au  poids du corps, je "sèche". Mes muscles s'affinent, s'allongent, la masse grasse diminue. C'est le but, un des objectifs définis avec Philippe. La condition pour pouvoir recourir sans bousiller mes genoux.

Cela fait dix jours que de deux fruits par jour, je suis passée à un seul, à la demande de Philippe, pour réduire au max le sucre, et la nutritionniste m'a confirmé que cela aussi joue sur l'affinement. Pas la perte de poids (ce ne sont pas les quelques dizaines de calories économisées en supprimant un fruit qui font maigrir) mais le changement de silhouette.

Elle m'a dit que je peux tester, pour une semaine, de supprimer le fruit que je prends le matin, et le remplacer par dix amandes pour accentuer cet effet de sèche. Donc toute la semaine prochaine, pour le petit déjeuner, un oeuf ou une tranche de saumon fumé ou une tranche de jambon blanc et dix amandes. De même, pas de féculents la semaine prochaine. Non, je ne retombe pas dans un RADICAL, c'est un test pour une semaine. 

Philippe me parle de ce genre d'alimentation depuis un moment, pour bien m'affiner avant la reprise de la course à pied. A la reprise du running, il faudra naturellement ajuster, manger plus notamment et varier la part des macros nutriments quotidiens, là on va tester ceci pour une semaine.

D'ailleurs l'un comme l'autre sont d'accord pour dire qu'en aucun cas je ne dois le faire plus d'une semaine, ne pas retomber dans un radical, et continuer à manger tous les macros nutriments comme je fais depuis des mois.

Ce midi, dos de cabillaud grillé, champignons avec de l'ail et courgettes avec des oignons. 

Pour repère, il y a 140g de cabillaud, 150g de champignons, 240g de courgettes. Une cuillère à soupe d'huile. Histoire que vous ayez une idée. Après avoir mangé 400g de légumes et 140g de poisson, je suis plus que rassasiée...

Cet après-midi, je suis allée chercher l'extrait d'acte de naissance de mon père à la mairie. En effet maintenant ils ne l'envoient plus directement, pour éviter les fraudes. A la mairie de naissance de mon père, quand j'ai appelé, la dame de l'état civil m'a expliqué que je devais envoyer par mail ma carte d'identité et celle de mon père, en disant pourquoi j'ai besoin de cet extrait d'acte de naissance.

A réception de mon mail ils m'ont envoyé un courrier postal faisant office de bon de retrait de l'acte de naissance à la mairie de mon lieu de résidence. J'ai pu l'obtenir avec ce courrier, ma carte d'identité, et un justificatif de domicile.

J'ai eu un malaise quand ils m'ont demandé à la mairie du 18e pourquoi j'ai besoin de l'acte de naissance de mon père. Par mail, j'ai pu expliquer, par oral en face de l'officier de l'état civil, j'ai été submergée par le chagrin en expliquant que c'est pour le dossier de mise sous tutelle...

Je n'ose imaginer ma réaction quand je serai auditionnée par le juge des tutelles qui veut entendre et se rendre compte si la mise sous tutelle n'est pas pour "se débarrasser" de la personne à mettre sous protection.

Je commence à accepter un tout petit peu la situation, mais je suis encore loin de l'apaisement... Les larmes et les cauchemars ne me quittent guère.

En rentrant, j'avais toujours la tête qui tournait, des espèces de palpitations. J'ai mangé une tranche de pain intégral avec du jambon blanc.

Et puis c'est tellement étrange de ne croiser que peu de gens dans la rue, et qui plus est des gens masqués. Il fait chaud, avec mon masque en tissu épais, j'ai cru défaillir. Lavage des mains à l'entrée de la mairie, re-lavage à l'entrée du bureau d'état civil... Et voir la mairie vide, fantomatique (on ne peut y entrer que sur rendez-vous, il y a plus de gardiens de sécurité et de distributeurs de gel hydroalcoolique que d'usagers), c'est vraiment trop glauque.

Je passe chaque jour devant la mairie, qui est à moins de cent mètres de chez nous, mais n'y entre que rarement, quand je vais voter, ou quand nous nous sommes mariés. Et à ces occasions là, le hall est plein de monde... Et la mairie est vraiment très grande, alors vide...

Bref. Au dîner ce soir, ratatouille et pâtes langues d'oiseaux.

270g de ratatouille et 150g de pâtes cuites avec une noisette de beurre.

Je ne vous mettrai plus les grammages, ce n'est pas dans mes habitudes de peser. Là je l'ai fait pour que vous vous rendiez compte avant de dire que je ne mange pas assez... Pesez vos repas un jour ou deux, et dites-moi que vous mangez plus... Et là je m'inclinerai et mangerai plus... Mais pas sûre que vous mangiez plus de 200g de protéines, 650g de légumes, 200g de fruits, 200g de glucides, et deux cuillères à soupe de lipides par jour, sans être en surpoids. N'hésitez pas à me dire, je souhaite réellement me rendre compte que je suis affamée... En revanche, je ne mange pas de gâteaux, de sucreries, de charcuteries ça oui je l'admets... Je veux manger pour être en bonne santé et performante au sport. Oui c'est plus important à mes yeux de faire de belles séances de sport que de manger des gâteaux, chacun ses priorités. 

Je ne critique pas ceux qui n'aiment pas le sport en leur disant que le sport c'est la vie... Alors faisons fonctionner la réciprocité:-)) Vous pouvez me dire que vous n'aimez pas la composition de mes repas, que vous aimez finir vos repas par un gâteau, une crème, une glace, manger du saucisson et boire des apéros et du vin, on peut en discuter, mais dire que je ne mange pas plus qu'un enfant, ça je ne laisserai plus passer.

Je fais ce que je peux, j'essaie de tenir debout, je fais ce qui me donne du bonheur, chacun trouve son bonheur où il le souhaite.

Vivement demain qu'on sache si on va pouvoir se déplacer plus facilement au-delà de cent kilomètres, que Chéri puisse venir avec moi à Charleville dès la semaine prochaine. Et notamment pour la fête des mères.

Douce soirée à vous tous. A demain.

Mardi la vie...

Publié le par imaginer

Mardi la vie...

Ce matin, levée sept heures, j'ai bu un café. Puis enchaîné avec la séance de sport, en visio. 

Après le sport, petit déjeuner. Fromage blanc et pamplemousse.

Pour le déjeuner, deux oeufs au plat, et le reste des légumes de dimanche. Carottes, et mélange brocolis chou-fleur.

Cet après-midi, une amie est passée à la maison pour boire un café. La vie reprend les amis, ouf...

Et jeudi après-midi, je vais passer l'après-midi chez une autre amie. Pas de café en terrasse malheureusement, pas de parc, pas de stade, mais au moins voir les amis:-) 

Ce soir, ultra simple. Haricots plats avec de l'ail cru, et une noisette de beurre. Plus ça va, plus je vais faire des repas dans la simplicité absolue.

Bonne soirée vous tous:-)

A demain.

Lundi boosteur de bonheur

Publié le par imaginer

Lundi boosteur de bonheur

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de mon père. 85 ans... Ma mère, mon frère et moi l'avons appelé... A chacun de nous trois, il a dit "merci mais je te laisse" et a raccroché.

Fin de l'apparté.

Ce matin, ma séance de sport était à 10h30. Comme je me suis réveillée très tôt, j'ai pris avec mon café une tranche de pain intégral, beurrée. Oui oui, avec du vrai beurre, pas du Primevère comme j'ai consommé pendant des années. Je me suis dit que j'avais largement le temps de digérer ma tranche de pain grillé.

Philippe est donc arrivé pour la séance à 10h30. Non mais quel bonheur de le voir ! Notre dernière séance au stade fut le vendredi 13 mars.

Je n'ai même pas pu lui sauter au cou. Au lieu de ça, je lui ai tendu du gel hydro alcoolique... Mais c'était quand même génial de ne pas faire de séance en visio.

Il m'a trouvée très amincie, il ne s'était pas bien rendu compte à travers l'écran du téléphone, et comme mes tee-shirts de sport sont tous trop grands.

Mais là, il a sauté de joie....et en a profité pour me faire bosser encore plus intensément... Quel pied... Le jour où nous allons pouvoir retourner au stade, ou dans un parc, courir, faire des gammes, des montées d'escaliers, va être encore plus de bonheur:-)))))))))) Je me suis affinée/allégée, j'ai fait de réels progrès en proprioception, explosivité (merci les burpees), les innombrables séries d'abdos, gainage, pompes portent leurs fruits, mon ventre et mes obliques se creusent.

Demain, malheureusement, séance en visio, ainsi que jeudi. En revanche mercredi et vendredi il revient à la maison:-) Oui ça fait cinq séances d'affilée alors qu'habituellement jeudi et dimanche sont des jours de récup'. Mais cette semaine, il estime que nous pouvons faire cinq séances de suite, car suite à l'infiltration du genou de mercredi dernier, mon genou droit (celui opéré en mars) doit être ménagé durant deux semaines.

Et comme ça, il peut passer le week-end de la Pentecôte sans travailler. Ca lui fera trois jours tranquille. Et il me fera mon programme d'exercices bien sûr:-)

Car il me fait un réel beau cadeau en me faisant des séances chaque samedi. Je suis la seule. Nous sommes convenus à la rentrée de faire seulement un samedi sur deux, qu'il puisse déconnecter quand même... Pour le moment ça va, son collège n'a pas réouvert ses portes, mais ensuite il faut quand même qu'il ait deux jours off lui aussi:-) Et puis à la rentrée, son emploi du temps ne lui permettra pas de faire plus de trois séances par semaines.

Après notre séance, il était déjà midi moins le quart, donc j'ai juste bu un thé vert. Après le sport, je n'ai pas faim pendant au moins une heure ou deux. J'ai commencé à avoir faim à 13h30, et me suis préparé ma salade.

Laitue, tomates, radis, cornichons et rôti de poulet (acheté au supermarché, c'est rare, et c'est moins bon que quand Chéri rôtit un poulet). Un kiwi et une tisane.

Pour le dîner, du risotto fait par Chéri. Avec jambon d'Ardenne que j'ai rapporté de Charleville, asperges vertes et champignons bruns. Un peu de parmesan une fois servi... C'est terriblement bon !!

Je n'ai pris qu'un petit, vraiment petit bol, car le risotto de Chéri c'est une bombe gustative autant qu'une bombe nutritive.

Beurre et crème dans le bouillon notamment.

Puis une tisane et voilà pour ma journée alimentaire. 

Un lundi avec le pire et le meilleur... Une vie qui s'éloigne... La vraie vie avec les amis qui reprend...

Passez une douce soirée.

Je ne lâche rien

Publié le par imaginer

Je ne lâche rien

Que dire ? Voilà presqu'un mois que je me débats entre tristesse incommensurable, allers retours extrêmement compliqués (zone rouge, plus de cent kilomètres, justifications à n'en plus finir, plus de quatre heures pour aller à Charleville contre une heure et demi en temps ordinaire), démarches auxquelles on n'a jamais pensé avant d'être brutalement confronté à la préparation de fin de vie, comptes...

Je vais à Charleville seule à chaque fois, puisque le médecin et l'hôpital me font des dérogations pour aller m'occuper de mes parents, mais pas de dérogation pour Chéri, qui est leur gendre.

Je vous en parlerai au fur et à mesure, mais là, ces jours ci,  je ne suis pas capable d'écrire sur mon père, sur ma mère, en parler me fait déjà si mal, alors poser des mots qui resteront, m'est viscéralement impossible.

Tout est en cours, ralenti par les déplacements compliqués et les nombreux services médicaux et administratifs fermés depuis mi-mars, qui commencent à réouvrir mais ont beaucoup de dossiers en retard.

J'assure ce qu'il faut assurer, les rendez-vous, les négociations, les réponses aux convocations, mettre les choses en place, recevoir les agents immobiliers, discuter avec les administrations, la banque, rassurer ma mère, remonter le moral, j'assure avec le sourire... mais souvent les larmes jaillissent, je ne savais pas avoir autant de larmes, je ne savais pas pouvoir éprouver une telle tristesse. 

Dormir n'est plus qu'un lointain souvenir... Les cauchemars sont mes plus fidèles compagnons en ce moment. Ils me rongent...

Nous n'avons toujours pas pu voir mon père... Il est seul dans un endroit qu'il ne connaît pas, il ne sait pas où il est, lors de ses rares moments de lucidité au téléphone il me dit que je suis sa fille, que je dois venir le chercher, puis il repart dans son monde, seulement je ne sais pas où est son monde... Il nous oublie... Ne pas pouvoir le voir fait qu'il nous oublie encore plus vite, on ne peut pas entretenir les liens que nous enseignent le neurologue, le kiné, la psychomotricienne...

Pendant ces semaines, je me suis accrochée au sport, le seul moment de la journée pour moi, moi seule, le seul moment où je peux expulser rage et chagrin sans me soucier du reste. Cinq fois par semaine, une heure en visio avec Philippe, chaque jour une heure de marche. La semaine prochaine, Philippe viendra à la maison, ce sera mieux qu'en visio malgré tout, et j'espère que les nouvelles annonces du 2 juin autoriseront la réouverture des stades et parcs dans Paris.

Je n'ai pas compensé mon chagrin et ma colère (oui, je suis loin encore de l'acceptation, je suis dans la colère) en mangeant, ou en ne mangeant pas. La nourriture n'est plus un exutoire, je me rends compte que j'ai une force vive que rien ne peut éteindre. Elle peut vaciller, être moins lumineuse, mais elle est là, quoiqu'il arrive, chevillée à mon corps.

Alors je vais à nouveau vous parler sport et alimentation. C'est une surprise totale pour moi de me rendre compte que le travail fait ces dernières années pour différencier la nourriture des émotions a plutôt fonctionné... Fut un temps où je me serais emplie de nourriture pour anesthésier quelques instants la douleur. Ce n'est plus le cas. Je continue à perdre les kilos pris avec le burn-out et les anti-dépresseurs. Doucement, environ un kilo par semaine.

Je mange très simplement, des produits bruts, que je cuisine sans chichi. Des protéines suffisamment pour ne pas perdre de masse musculaire, beaucoup de légumes, un peu de féculents, de fruits, voilà...

Avec Philippe, nos séances sont basées exclusivement sur les exercices au poids du corps, mes muscles s'affinent, s'allongent, mon ventre s'aplatit, mon corps change harmonieusement.

Alors je vais revenir poster mes repas... Si cela vous intéresse, j'en suis très heureuse. Si cela ne vous intéresse pas, vous m'en voyez désolée;-) Mais c'est l'essence même du blog depuis sa création, l'alimentation.

Si vous pensez que je mange bien, sainement, suffisamment, j'en suis heureuse. Si vous pensez, sans même lire ce que j'écris, sans même regarder ce qu'il y a dans mon assiette, juste parce que vous avez décidé une fois pour toutes que je ne mange pas, que je m'affame, je ne me battrai pas pour vous convaincre du contraire. Je mange absolument tous les macros nutriments dont mon corps a besoin, en respectant mon activité sportive et surtout en tenant compte de ma hernie hiatale. Donc je ne me battrai plus pour vous convaincre que oui je mange assez pour une femme de mon âge, ma corpulence, mon activité etc... Et que peut-être ce sont la majorité des personnes qui mangent plus que ce dont leur corps a besoin... On peut en parler;-)

Je ne me battrai plus pour vous convaincre que je mange des aliments que j'aime, que je prends plaisir à composer mes repas, que mes goûts et besoins ont changé au fil de ces années. Que je m'accorde quand j'en ai envie des repas moins simples, sans me soucier de l'équilibre ni de l'amincissement.

Ceci dit, oui il est certain que la plupart de mes repas sont réfléchis, en fonction du poids que je veux perdre. Et de mes objectifs sportifs. Oui j'ai des objectifs sportifs ! Des rêves, peut-être trop ambitieux, mais je mets tout ce qui est à ma portée pour réaliser mes rêves. Là encore, si cela vous intéresse quand j'en parle cela me ravit, si le sport vous ennuie, désolée...

Ah oui, c'est de cela dont il faut que je vous parle dans un autre article. Car certains d'entre vous estiment que je n'ai pas/plus de poids à perdre. Or, suite à mon opération du ménisque en mars, je vous parlerai du suivi opératoire, et du poids...

Ce que j'ai changé ces dernières semaines, c'est que maintenant, je cuisine pratiquement sans sel, je ne bois plus qu'un seul café, le matin en me levant. Après le sport, en prenant mon petit déjeuner  je bois un thé vert. Puis au fil de la journée, je bois deux à quatre tisanes, selon les jours et mes envies. Je me suis prise de passion pour la marque Les 2 Marmottes, j'aime beaucoup leurs tisanes.

Tous ce que je mange, est frais, légumes, fruits, viande, poisson, sauf rares exceptions, parfois du surgelé, parfois de la viande ou du poisson du supermarché et non de chez le boucher ou le  poissonnier, auquel cas je préciserai.

Comme toujours, vous pouvez commenter, dire que vous n'aimez pas, argumenter, me dire que vous n'êtes pas d'accord avec ce que j'écris. Ça a toujours été le principe, on échange, on discute etc...

Alors, ce matin, en me levant, un café. Puis après la séance de sport, oeuf au plat, jambon blanc et kiwi.

Ce midi, sauté de veau avec une sauce crémée. Champignons de Paris avec oignons et pousses de civette. Riz basmati nature.

Et ce soir, laitue iceberg, coleslaw, radis, filet mignon de porc fumé. Puis de la compote de pommes que j'ai faite, avec une cuillère à soupe de sucre pour cinq pommes.

Très bonne soirée à vous tous, j'espère que tout le monde va bien ?

Le point de non retour est arrivé

Publié le par imaginer

Désolée d'avoir été absente depuis plusieurs semaines.

Ce que je redoutais est arrivé. Et pas au bon moment donc.

Mes deux parents sont hospitalisés. Pas pour le COVID-19.

Ma mère dans un hôpital, car à bout de forces de s'occuper totalement seule de mon père depuis le début du confinement, mon père dont l'esprit s'échappait de plus en plus loin et de plus en plus souvent, ma mère donc, est tombée d'épuisement. 

Elle est tombée, littéralement, en vomissant du sang. Mon père, l'esprit absent, la regardait, en disant qu'il n'avait pas eu son dîner.

Ma mère a tout juste eu la force d'appeler mon frère, qui m'a appelée. Moi, plus pratique, j'ai appelé leur généraliste, qui y est immédiatement allée, et a fait hospitaliser ma mère, tout en me parlant au téléphone. Je lui ai dit qu'on ne pouvait pas laisser mon père seul pour la nuit, et coup de chance, les médecins de famille en province sont non seulement adorables au point de se déplacer chez leurs patients quels que soient le jour et l'heure, mais en plus, ne laissent pas tomber les familles.

Le coup de chance, c'est que le mari de la généraliste de mes parents est chef de service du service gériatrie d'un hôpital des Ardennes (distant de 25 kilomètres de chez mes parents, et donc de celui où est hospitalisée ma mère). Son mari, bien que n'ayant pas de place dans son service, a fait venir mon père en disant qu'il allait s'en occuper.

J'ai appelé les voisins de mes parents, qui ont pris la clé de la maison tandis que mes parents partaient en ambulance. J'ai appelé la femme de ménage qui est venue le lendemain remettre la maison en ordre, nettoyer le sang etc...

Pour ma mère, ce n'est pas trop grave. Une méchante inflammation de la vésicule biliaire, un érysipèle de la jambe droite, une anémie sévère et un épuisement terrible.

Elle a dormi trois jours pratiquement non-stop. Elle va mieux, l'inflammation de la vésicule est enrayée grâce aux antibiotiques. Ils ne veulent pas opérer à chaud, notamment à cause de sa faiblesse, ce sera donc pour après... Après quand ? Je ne sais pas.

L'érysipèle a bien dégonflé, la jambe a retrouvé de la mobilité, la fatigue s'estompe, elle dort beaucoup, mange bien...

Mon père...en revanche... Et bien mon père ne rentrera plus jamais à la maison. Ce fut un choc d'une violence terrible pour ma mère quand on le lui a dit, ils fêtent cette semaine leur 63e anniversaire de mariage. 

Mon père, quant à lui, ne se rend pas compte. Il a oublié qu'il a des enfants... Et, plus grave, en moins d'une semaine, a oublié ma mère et ne réclame plus de rentrer chez lui. Il va être transféré mercredi prochain dans une "maison transitoire" pour cinq semaines.

Ce qui nous laisse jusqu'à début juin pour trouver une solution définitive. Une Epahd spécialisée avec un service ouvert et un service fermé, car mon père s'enfuit trop...

J'ai longuement parlé avec le chef de service, qui m'a dit que les nombreux petits AVC que mon père a eus ces dernières années ont abîmé le cerveau et provoqué une démence vasculaire en train d'arriver sur un début d'Alzheimer. Il n'est donc plus question de le laisser à la maison, même avec des aides médicales. Trop dangereux, car il essaie de s'échapper la nuit, c'est ça qui a tant épuisé ma mère ces dernières semaines. Car lui dort toute la journée et s'agite la nuit, ce qui fait que ma mère, elle, ne dormait pas du tout.

Et même si des auxiliaires de vie se succèdent 24h/24 ça n'ira pas, il faut des structures et du personnel spécialisés.

Voilà les dernières nouvelles chers tous...

Il faut absolument que j'obtienne cette dérogation pour aller une semaine à Charleville, ma mère est terrifiée, je dois, je veux l'aider à prendre ces nouveaux repères. Et il va y avoir beaucoup de dossiers à remplir, de démarches à effectuer...

Hors de question d'aller visiter mon père qui est pour le moment dans un hôpital. 

Je reviens dès que je peux.

Prenez soin de vous, plus que jamais.

Voilà, c'était tellement simple

Publié le par imaginer

Voilà, c'était tellement simple

Ah ben oui, pourquoi personne n'y a pensé avant ? Ce matin aux infos, pendant que j'attendais le début de ma séance de sport qui n'était qu'à 10h30, un médecin est venu nous expliquer qu'il a trouvé LA solution.

Pas un vaccin contre le Covid-19 malheureusement, mais LA solution à la question que des centaines de milliers de gens ont apparemment posé sur le site du gouvernement "Comment ne pas sortir obèse (ou le devenir) pendant le confinement ?"

Me semble que le site du gouvernement ouvert pour poser des questions sur le quotidien actuel mériterait de vraies questions, mais bon, admettons que cela préoccupe les gens, et que tous ces gens n'aient jamais entendus parler de diététique avant le confinement.

Le médecin a donc expliqué pour pour ne pas grossir pendant le confinement, c'est simple :

- Ne pas passer ses journées à confectionner des gâteaux que l'on expose fièrement sur les réseaux sociaux (et qu'on mange ensuite)

- Manger un maximum de légumes

- Ne pas négliger les protéines

- Ne consommer des féculents que trois fois par semaine

- Ne pas manger de pain à tous les repas

- Ne pas manger plus de deux à quatre fruits par jour, car au final, c'est du sucre

- Eviter les produits transformés

- Bouger un minimum

- Et surtout en cette période de confinement où notre métabolisme brûle nettement moins qu'habituellement, réduire les portions habituelles

Alors là, je dis bravo... tous les journalistes étaient béats d'admiration. LA découverte du siècle, voire du millénaire...

Quand c'est moi qui le dis sur ce blog, je me fais démolir à n'en plus finir... Pourtant tout le monde, tous ceux qui s'improvisent nutritionnistes devaient le savoir non, qu'il n'est pas indispensable de manger du pain ni des pâtes/riz/pommes de terre/fromage/gâteau à chaque repas.

Enfin voilà, c'était la révélation du jour. Ou l'art d'enfoncer des portes ouvertes...

Alors, ce matin, comme ma séance de sport était à 10h30 et que je préfère être à jeun (ça en revanche n'engage que moi, cela dépend de chacun de préférer manger ou pas avant le sport), nous avons fini à 11h40, le temps de prendre ma douche, masser et glacer le genou, bref, nous étions rendus à 12h30, je suis passée directement au déjeuner. Auquel j'ai ajouté les fruits que je mange habituellement au petit déjeuner.

Cet après-midi j'ai marché 50 minutes, ça s'améliore de jour en jour, mais toujours impossible d'aller plus vite. Paraît que ça va revenir la vitesse...

En fin d'après-midi mon téléphone sonne. Numéro masqué. En général je ne réponds pas aux numéros masqués, mais là, allez savoir pourquoi je me suis dis on ne sait jamais, et j'ai répondu.

Bien m'en a pris. C'était le chirurgien qui voulait savoir comment va mon genou, deux semaines et demi après l'opération.  Je lui ai détaillé mes glaçages, massages, exercices de rééducation, il a tout confirmé.

J'en ai profité pour lui demander s'il est normal que les petits fils qui dépassent ne soient toujours pas tombés. Car à l'intérieur ce sont des fils résorbables, et ceux qui dépassent sont censés tomber quand ceux de l'intérieur seront résorbés et ne les tiendront plus.

Il m'a dit que ça va venir, ne surtout pas m'inquiéter pour ça. Je l'ai à nouveau remercié de m'avoir opérée ainsi in extremis.

Ce soir au dîner, saucisse de poulet (faite par le boucher, pas industrielle) et haricots verts frais, revenus dans une échalote.

Comme vous le voyez sur la photo de titre, Philippe s'est amusé en fin de séance. Il m'appelle toujours SA vaillante et m'a dit qu'il est fier de ce que j'ai supporté pour la rééducation, sans broncher. En même temps, avoir mal au genou n'est pas bien grave au regard du reste... Et je sais que je suis dure à la douleur, et surtout très très motivée...

Passez une douce soirée, j'espère que tout le monde va bien:-)

Je termine mon infusion et vais me coucher. Lire et essayer de dormir tôt, je dors très très peu en ce moment. Et demain, cinquième séance de la semaine et GROS concours d'abdos;-)

Je me suis pesée

Publié le par imaginer

Je me suis pesée

Donc maintenant je ne me pèse que les 1er et 15 de chaque mois. 

Alors ce matin... Je m'attendais à une perte minime, voire pas de perte. Car j'ai été opérée le 16, suis restée une semaine complète immobilisée, et la semaine dernière, sans sortir, et séances de sport consistant pour partie en rééducation, pas vraiment intenses donc...

Et bien... j'ai perdu 1,1 kilo. Bon, pas beaucoup en deux semaines, mais au moins c'est de la perte. Ce qui fait pour le mois de mars 3,2 kilos. Quand je pense aux dix jours immobile et sans aucune activité ça me convient bien.

Depuis lundi, les séances de sport sont redevenues de vraies séances de sport:-) Très très différentes de celles que je faisais avec JC. Pas de matériel, uniquement le poids du corps, waouh j'adore !

Et j'ai donc repris la marche. Commencé à 30 minutes en fin de semaine dernière, j'augmente un tout petit peu chaque jour, 40 minutes aujourd'hui. Je marche toujours très lentement, dès que j'accélère un peu mon genou me rappelle à l'ordre de toute façon.

Mais quel plaisir de marcher !

Je sors seule, avec attestation et pièce d'identité. Là encore, chacun fait comme il veut/peut. Ceux qui ne peuvent s'empêcher de sortir à plusieurs, et bien qu'ils sortent à plusieurs. Le problème n'est pas d'attraper le Covid-19 il est bien évident que si l'un des membres de la famille l'attrape, toute la famille en confinement avec lui l'attrapera aussi.

Non le problème, c'est le risque de transmission multiplié. Mais ça, le personnel soignant l'explique mille fois mieux que moi...

Depuis le premier février où j'ai commencé à bosser avec Philippe, et changé mon alimentation par rapport à la hernie hiatale, donc en pile deux mois, j'ai perdu 7,2 kilos. C'est une perte très douce, moins d'un kilo par semaine...

Mais au moins c'est une perte, je suis affolée quand je vois sur les réseaux sociaux les gens qui font des gâteaux tous les jours, et ne comprennent pas avoir pris cinq kilos depuis le début du confinement... Dans quelques semaines/mois, les nutritionnistes et profs de sport font faire fortune...:-)) Bref, chacun gère comme il peut cette période inédite...

Mais qu'on ne vienne pas me reprocher de NE PAS VOULOIR prendre de poids pendant le confinement... Chacun fait comme il veut/peut, je le redis, moi comprise. 

Dans la commande que j'avais passée à Monoprix la semaine dernière et qui nous a été livrée ce matin, il y avait les choses que nous achetons d'habitude pour une dizaine de jours. Pas de provisions de farine/sucre/oeufs pour faire des gâteaux, pas de biscuits, bonbons, chocolats etc... Litière, nourriture pour les minettes, gels douche, poulets, oeufs, jambon, chair à saucisse, boîtes de thon au naturel, laits végétaux, quelques bouteilles de vin pour Chéri. Le seul article que j'avais commandé et qui est en rupture, étrangement, c'est un flacon de liquide vaisselle.

Pour les fruits et légumes, primeur en plein air. Pour le poisson, poissonnier en plein air. Le boucher, idem, pas besoin de rentrer dans sa boutique sa vitrine est ouverte.

Je vais dès demain m'atteler à trouver une enseigne qui proposera un créneau de livraison en fin de semaine prochaine, ce qui n'est pas chose aisée...

Alors, ce matin en me levant, café et jus de citron.

Après la séance de sport, petit déjeuner.

Au déjeuner, une salade ultra simple.

Cet après-midi j'ai fait une sieste. Enfin au départ je me suis allongée pour lire, et hop je me suis endormie une heure. Je dors peu en ce moment, à peu près cinq heures par nuit, alors si après sport et marche je dors une heure d'un bon sommeil, je prends:-)

Ce soir, Chéri a fait griller deux blancs de poulet. Des Linguine. Des champignons pour ajouter au reste de champignons carottes et sauce crémée du lapin de lundi soir.

Longtemps que je n'avais pas mangé de pâtes, je me suis régalée !

Je me suis servie une portion relativement petite, mais je n'ai pas pu la finir, j'ai calé. Chéri aussi a ce phénomène d'avoir beaucoup moins faim depuis le début du confinement. 

J'ai fini avec une tisane...pas joli joli me voilà adepte des tisanes:-))

J'espère que tout va bien pour vous ?

Passez une douce soirée.

Et hop, c'est lundi

Publié le par imaginer

Et hop, c'est lundi

Oui bon je ne me foule pas pour les titres, mais bon, pas d'idées de titres ces jours-ci.

Alors, lundi, comme tous les jours précédents... je me suis levée à 6h45, douche, tenue de sport, bu mon jus de citron à jeun puis un café.

La séance de sport était à neuf heures. Au programme, dix minutes d'échauffements (talons-fesses, monters de genoux...), puis 200 squats en montant les genoux, en levant la jambe et la tendant, en levant la jambe de côté. Puis gainage, pompes et concours d'abdos. Nous sommes lundi, je suis fraîche et dispose, j'ai gagné. On en reparlera vendredi à la cinquième;-)

Bon, ça n'a l'air de rien énoncé comme ça, mais des variantes de squats, pompes, gainage il en existe des centaines...

Puis dix minutes d'étirements et de travail de flexion du genou.

Demain la séance sera plus axée sur le haut du corps et la boxe car aujourd'hui les jambes ont été drôlement sollicitées.

Demain matin la séance est de 10h30 à 11h30 alors je pense que je grouperai petit-déjeuner et déjeuner, car vraiment, il m'est impossible de manger avant la séance, ça ne me réussit pas. Déjà que là, après les pompes j'avais la chair de poule et envie de vomir.

A 10h15, re-douche, glaçage et massage du genou, puis petit-déjeuner.

Et je me suis mise à la relecture/correction du mémoire de la femme de JC, pour son diplôme de coach sportive. A un moment je me suis levée pour me dégourdir les jambes, et me faire une infusion. Mais je n'ai pas vu les heures passer.

J'étais à la table de la salle à manger avec mon casque, pour ne pas entendre la télé, Chéri regardait un film.

J'ai terminé à 15 heures, Chéri avait patiemment attendu pour déjeuner, sans râler, sans rien dire. Je ne me suis pas rendue compte que plus de quatre heures s'étaient écoulées. J'ai renvoyé le document à JC, et... je n'avais plus faim. Chéri non plus.

Il a mangé un yaourt et une pomme. Et moi du fromage blanc et une pomme.

L'après-midi était déjà bien avancée. A 16 heures, je suis allée faire ma marche de 30 minutes. Toujours en ligne droite dans notre rue. Dos bien droit, épaules et bras engagés, et en déroulant bien ma foulée. J'ai marché de façon plus fluide, avec un boitillement nettement diminué.

J'ai fait 1,75 kilomètre en 30 minutes, contre 1,60 hier. De jour en jour ça va un peu mieux. En rentrant j'ai à nouveau glacé, massé. Et fait les exercices de Philippe pour retrouver de la flexibilité dans le genou.

Puis j'ai appelé mes parents, et pu parler quelques instants à mon père, qui était dans un moment de lucidité et se souvenait de moi. Parce que sinon en ce moment, il vit plutôt l'époque où il était enfant.

Pour ce soir, Chéri a cuisiné du lapin avec champignons et carottes. Il a accepté (ça c'est du pur amour de sa part), de mettre de la crème fraîche ultra légère à 4%, au lieu de la crème fraîche entière qu'il utilise habituellement.

Et bien c'était délicieux, crème légère incluse:-)

Ce soir nous allons regarder un film des années 40, avec Barbara Stanwyck et Burt Lancaster. J'adore les films des années 30, 40, 50. Et celui-ci Chéri ne l'a pas vu, moi non plus, on va se régaler. En plus il a une version en VO et de bonne qualité d'image.

Passez une douce soirée:-)

PS : si vous vous souvenez, la semaine dernière je vous ai dit qu'un de nos amis proche avait une forme sévère du COVID-19, je viens d'avoir sa femme, la fièvre est tombée. Il doit se reposer beaucoup mais à priori il va aller bien. Je pleure en écrivant cela, on a tellement eu peur pour lui et sa femme !

C'est la fin de semaine

Publié le par imaginer

C'est la fin de semaine

Ce qui ne veut pas dire grand chose en ce moment. Fin de semaine ou semaine, les jours se suivent et se ressemblent.

Hier matin levée avant sept heures, je me suis préparée pour ma séance de sport et ai bu deux cafés. Hier c'était 9h30 il est rigolo Philippe il m'a dit, oui, c'est le week-end, on va la faire un peu plus tard qu'en semaine... 

C'était la 5e d'affilée, j'étais un peu "usée";-)), je me suis faite piler au concours d'abdos de la fin de séance:-)))))

Mais 5 séances par semaine, en ce moment où on ne bouge pas, c'est tellement agréable ! Et ça met de bonne humeur, et positive pour toute la journée. Et comme elles sont en général à 8H ou 8h30, Chéri dort encore.

Mon genou bouge de mieux en mieux, paraît que je récupère très vite. Tant mieux !

Après la séance, douche. Chéri s'est levé au moment où j'allais prendre ma douche et m'a dit que j'avais l'air d'avoir tout donné, mais l'air tellement heureuse. C'est vrai que cette heure de cardio et renforcement musculaire quotidienne, bien qu'en visio, me procure un bien-être essentiel en ce moment.

J'ai bien mouillé le tee-shirt, et était rouge plus que brique. Je me montre à vous totalement au naturel après la séance, encore en sueur, pas maquillée:-)

Après la douche et avoir repris figure humaine, massage et glaçage du genou, puis petit déjeuner.

Comme la séance a fini à 10h30, j'ai pris mon petit déjeuner à 11 heures et n'avais pas faim au moment du déjeuner. Je me suis contentée d'un bol de fromage blanc et une infusion.

En début d'après-midi, je suis allée faire ma marche. Encore moins vite que la veille, car Philippe m'avait recommandé de dérouler exagérément ma foulée en montant bien le genou. Les quelques personnes que j'ai croisées m'ont regardée bizarrement, pas grave. En faisant ça, je n'ai absolument pas eu mal.

Pendant ce temps, Chéri est allé chez le primeur et a presque tout trouvé de la liste. Salades, concombre, tomates, courgettes, champignons, carottes, navets, haricots verts. Kiwis, oranges, pamplemousses, pommes. Et des citrons.

Chez le poissonnier il a pris du bar et du maquereau fumé. Chez le boucher il a fait hâcher du steak. 

Je ne mange pratiquement jamais de viande rouge vous le savez, mais du steak fraîchement haché, je me suis régalée hier soir. Avec petits pois carottes, courgettes et oignons, et le reste de brocolis de la veille.

Ce matin, avec le changement d'heure, je me suis réveillée à neuf heures. Journée récup' a bien insisté Philippe (histoire d'être sûr que je n'allais pas faire des abdos, des pompes et du gainage seule), avec juste des étirements, travail de la flexion du genou et bien sûr 30 minutes de marche.

J'ai bu mon café avec un jus de citron et suis allée marcher à jeun. 30 minutes de marche normale sans trop décomposer le mouvement pour marcher le plus naturellement possible, mais très lentement. Pour le moment la vitesse serait l'ennemie de mon genou.

J'ai fait 1,60 kilomètre en une demi-heure en me tenant bien droite, épaules et bras engagés, et en attaquant ma foulée par le talon. Et n'ai absolument pas eu mal au genou. Je me suis bien étirée en rentrant, ai glacé, massé. Pas demain la veille que je courrai, pour le moment je marche à 3km/h. Non, je dis ça mais en réalité je suis très très contente de l'évolution !

Je récupère en effet un peu plus vite que le chirurgien ne l'avait prévu, grâce aux conseils de pro et exercices de rééducation de Philippe.

A 14 heures, j'ai groupé petit déjeuner et déjeuner en un brunch.

Coeur de salade sucrine, tomate, maquereau fumé et ajouté un oeuf mollet au dernier moment. Un petit bol de fromage blanc. Une demi orange, un demi pamplemousse, un kiwi.

Ensuite nous avons regardé avec Chéri La Belle Epoque, le film de Nicolas Bedos. J'ai beaucoup aimé alors que Chéri n'a pas vraiment accroché. Ce soir nous allons regarder le dernier Ken Loach, Sorry we missed you, d'actualité économique s'il en est !

Nous regardons un film ou un-deux épisodes de série par jour. Entre le sport, les coups de téléphone, regarder un film, lire, les journées passent... 

J'ai ma mère et mon frère au téléphone tous les jours.

Et l'après-midi, souvent de 14 à 17 heures, je vais lire dans notre chambre et Chéri écoute ses musiques ou regarde un film dont il sait qu'il ne me plaira pas.

Je vois sur les réseaux sociaux ou à la télévision des couples, qui au bout de dix jours ne se supportent plus. Mais ces couples ne faisaient que se croiser dans leur quotidien avant et ne partageaient pas de temps ensemble ou quoi ? On dirait qu'ils se découvrent... Ceci dit peu m'importe:-)

Pour Chéri et moi au contraire c'est le bonheur d'être ensemble 24 heures sur 24.

Cet après-midi, j'ai fait à nouveau ma série d'étirements et travaillé la flexion du genou.

J'ai eu JC au téléphone, je m'inquiète pour lui qui habite en Seine Saint Denis, au coeur de la pandémie. Mais il reste sagement chez lui avec sa femme et ses enfants. Sa femme est en train de finaliser son mémoire de diplôme de coach sportive, je lui ai proposé, comme je l'avais fait pour JC il y a quelques années, de relire, corriger et mettre en forme son mémoire.

Ca me fait très plaisir de faire ça pour eux. Il me l'envoie ce soir, je leur rends relu, corrigé, mis en forme demain après-midi.

Ce soir, au dîner, filet de bar (quel délice, j'étais trop en manque de poisson frais !), avec du riz dans lequel Chéri a mis le reste des petits pois carottes d'hier soir, deux tomates et des oignons.

Je vous souhaite une douce soirée. A demain:-)

 

<< < 1 2 3 4 > >>