15 articles avec decisions

La reprise

Publié le par imaginer

La reprise

Yeah ce matin j'ai retrouvé le stade et Philippe. Deux semaines sans le voir, il m'a manqué. Il m'a dézinguée demain risque de courbatures:-)

Mais demain matin, rendez-vous aux Tuileries pour une séance d'escaliers:-) Je pars demain pour Charleville en début d'après-midi et rentre vendredi. Naturellement, il m'a donné les exercices à faire là-bas:-) Nous nous verrons samedi. Et puis il repart du 13 au 28 août, et quand il reviendra ce sera la rentrée scolaire et moi j'aurai commencé mon travail.

De toute façon, il va falloir m'habituer à ce rythme, nous en avons parlé ce matin. Déjà avec l'emploi du temps de Philippe, à la rentrée il aurait fallu jongler pour les horaires des séances, avec moi ne travaillant pas et pouvant me déplacer pas de problème.

Mais puisque je vais travailler, il ne sera guère possible de nous voir plus de deux fois par semaine. Le lundi matin de sept à huit heures ça c'est sûr, on a bloqué le créneau. Il viendra à la maison. Comme ça j'ai le temps à huit heures de prendre ma douche, m'habiller, et de partir à 8h45 pour être au bureau à neuf heures. La deuxième séance, nous attendons l'emploi du temps de Philippe au collège, sans compter que deux soirs par semaine il donne des cours à la mairie.

Donc, je ferai deux séances seule ça c'est sûr. J'espère pouvoir recourir et donc aller une heure au stade le dimanche matin pour m'entraîner, peut-être courir une heure un matin tôt ou un soir après le travail.

En tout cas je suis équipée:-)

Je viens de m'acheter ces deux splendides paires de chaussures. Dernier modèle de chez New Balance, y'a pas mieux... Pour six mois évidemment, car c'est comme les téléphones, les ordis etc, tous les six mois arrive la nouvelle version. Depuis février je les ai en noir et blanc, version 9. Celles-ci, c'est la version 10, encore plus légère tout en ayant un meilleur amorti. Elle existe en de nombreuses couleurs bien sûr, moi j'ai choisi mes couleurs préférées. 

Le minimum, vu les heures que je fais, c'est de changer deux fois par an. Alors en avoir trois paires que j'alterne, me voilà tranquille jusqu'à l'été 2021. 

Pour me racheter quelques tee-shirts et caleçons de sport j'attends encore un peu d'atteindre ma taille de vêtement définitive. En ce moment je porte des tee-shirts bien trop larges et pas vraiment adaptés à la technique mais tant pis j'attends encore un peu. 

Avant d'aller au stade, comme la séance n'était qu'à 10h30 et que je me suis levée à six heures, j'ai pris mon petit déjeuner.

Oui, il faut que je vous parle un peu alimentation. A la demande de la diététicienne et celle, très ferme (!!!!!!), de Philippe, je vais manger un peu plus. Niveau quantités. Parce que niveau variétés des aliments, j'ai toutes les catégories, mais... autant cela pouvait convenir parce que je voulais perdre les kilos pris par les anti dépresseurs et n'ayant qu'une activité sportive, pas d'activité pro, autant maintenant que ces p.... de kilos du burn-out sont enfin partis, et que je vais retravailler tout en conservant le même niveau d'activité sportive, ils veulent que je mange plus en quantité. Ce n'est pas la première fois qu'ils me le demandent et que je ne le fais pas vraiment, mais cette fois, oui je vais le faire.

Car je suis épuisée aussi par tous les allers-retours en train... Les démarches, les nuits sans sommeil, l'angoisse, le chagrin... Et il ne s'agirait pas que mon corps lâche.

Alors je vais manger les mêmes choses, grosso modo, mais plus. Des féculents midi et soir, pas seulement une fois par jour, voire tous les deux jours. 

Le matin, ajouter une cuillère à soupe aux trois de flocons d'avoine que je prends. Les faire cuire dans un peu plus de lait d'amande. Ou quand j'ai envie d'un petit déjeuner salé, deux oeufs (et pas un seul) ET (et non pas OU) une tranche de jambon blanc. Avec un fruit dans les deux cas. 

Quand je fais le sport un peu tard dans la matinée, je prends mon petit déjeuner avant, maintenant je sais que ça ne me cause pas de désordres intestinaux si j'ai au moins deux heures pour digérer. Quand la séance de sport est très matinale, j'ai promis de manger une banane avant (et entière la banane), et le petit déjeuner après...

Midi et soir, une source de protéines, crudités ou légumes cuits, PLUS au minimum 50 grammes de féculents crus, soit 150 grammes cuits. Comme je prends moins que cette quantité une seule fois par jour, prendre le double, et deux fois par jour, là j'augmente vraiment réellement mes apports. Le pain entre dans la catégorie des féculents si jamais je veux manger une tartine. Nous sommes convenus de considérer les légumineuses dans les féculents pour simplifier, mais quand j'en mangerai, j'en prendrai une quantité plus importante.

Et enfin, encore un apport supplémentaire, en prenant avec mon thé ou tisane de l'après-midi, une poignée d'oléagineux et un morceau de chocolat.

Bon... La diététicienne m'a prévenue qu'il se peut, comme je mange nettement moins habituellement, que pendant une semaine ou deux, je grossisse un peu. Mais que tout rentrera dans l'ordre très vite.

Alors je vais aller au-delà de ma crainte de grossir alors que je fais tant d'efforts pour maigrir, et écouter les pros. L'important, c'est que je tienne le coup physiquement, les mois qui s'annoncent vont être fatigants. Travail + sport + allers-retours à Charleville + préparation du déménagement de ma mère + démarches pour mon père (j'ai reçu la convocation pour l'audition au tribunal au courrier ce matin, c'est fixé au 29 septembre).

Je veux donc vraiment garder mon dynamisme et mon mental retrouvés:-)

Ce midi, steak haché, ratatouille (préparez-vous, de la ratatouille il y en a un énorme plat cuisiné hier par Chéri) et riz.

Oui, une partie de mon steak a été rançonnée par deux gourmandes poilues auxquelles je ne peux pas résister...

Cet après-midi, j'ai pris à 17 heures une tisane avec des amandes et du chocolat noir très puissant, et très bon. J'aime aussi le chocolat au lait, surtout praliné, mais le chocolat noir très fort j'adore.

Et ce soir, deux oeufs, des pâtes, et de la ratatouille;-)

Sinon, puisqu'il est question de bien manger, que je vous parle d'hier. Nous avions dans l'idée Chéri et moi de faire un bon déjeuner samedi ou dimanche pour fêter mon contrat. Notre brasserie fétiche est fermée... Alors là, du jamais vu... A cause du manque de touristes ? Je ne sais pas, en tout cas ils indiquent rouvrir le 31 août.

Deuxième choix, une pizzéria des Abesses qui déchire tout (tu sais Karin on y a déjà mangé deux fois après la Parisienne). Bim bam boum ils sont fermés aussi.

Du coup j'ai dit à Chéri, pas grave en fait. Et hier, nous sommes allés nourrir le chat d'une amie et sommes passés devant une brasserie où nous buvons régulièrement des cafés, mais n'avons jamais mangé.

Nous y sommes donc allés déjeuner, et ne l'avons pas regretté. La cuisine est faite maison, minute, et délicieuse.

Pour commencer, huîtres pour Chéri, et cromesquis au chorizo très fort pour moi.

Puis tartare de boeuf pour Chéri. Et pour moi, une chose que je n'avais jamais mangée, une entrecôte de cochon. Je ne connaissais pas ce morceau. Trop bon. Quant à la purée... Du beurre, de la crème, une tuerie. Et un jus de padron. Que je me suis régalée !

Je regrette en revanche d'avoir pris un dessert. D'abord parce qu'en réalité je n'avais plus faim, j'en ai donné la moitié à Chéri. Et ensuite parce que c'était un peu en dessous du niveau des entrées et plats... 

en revanche, Chéri s'est régalée avec sa gaufre, qui a été faite directement sous nos yeux. De même que le chocolat fondu.

En tout cas un bon moment comme nous les aimons. Tous les deux...

17 ans en octobre que nous nous sommes rencontrés Chéri et moi, et c'est toujours en sa seule et unique compagnie que je passe les meilleurs moments. Je n'ai jamais rencontré d'homme aussi intelligent, drôle, cultivé, attentionné, gentil... 

Allez, je vous souhaite une douce soirée. Pas sûre de repasser avant vendredi, je rentre à Paris vendredi, chez mes parents, je fais un maximum que je peux pour ma mère, et pas beaucoup le temps pour le blog...

Le point de non retour est arrivé

Publié le par imaginer

Désolée d'avoir été absente depuis plusieurs semaines.

Ce que je redoutais est arrivé. Et pas au bon moment donc.

Mes deux parents sont hospitalisés. Pas pour le COVID-19.

Ma mère dans un hôpital, car à bout de forces de s'occuper totalement seule de mon père depuis le début du confinement, mon père dont l'esprit s'échappait de plus en plus loin et de plus en plus souvent, ma mère donc, est tombée d'épuisement. 

Elle est tombée, littéralement, en vomissant du sang. Mon père, l'esprit absent, la regardait, en disant qu'il n'avait pas eu son dîner.

Ma mère a tout juste eu la force d'appeler mon frère, qui m'a appelée. Moi, plus pratique, j'ai appelé leur généraliste, qui y est immédiatement allée, et a fait hospitaliser ma mère, tout en me parlant au téléphone. Je lui ai dit qu'on ne pouvait pas laisser mon père seul pour la nuit, et coup de chance, les médecins de famille en province sont non seulement adorables au point de se déplacer chez leurs patients quels que soient le jour et l'heure, mais en plus, ne laissent pas tomber les familles.

Le coup de chance, c'est que le mari de la généraliste de mes parents est chef de service du service gériatrie d'un hôpital des Ardennes (distant de 25 kilomètres de chez mes parents, et donc de celui où est hospitalisée ma mère). Son mari, bien que n'ayant pas de place dans son service, a fait venir mon père en disant qu'il allait s'en occuper.

J'ai appelé les voisins de mes parents, qui ont pris la clé de la maison tandis que mes parents partaient en ambulance. J'ai appelé la femme de ménage qui est venue le lendemain remettre la maison en ordre, nettoyer le sang etc...

Pour ma mère, ce n'est pas trop grave. Une méchante inflammation de la vésicule biliaire, un érysipèle de la jambe droite, une anémie sévère et un épuisement terrible.

Elle a dormi trois jours pratiquement non-stop. Elle va mieux, l'inflammation de la vésicule est enrayée grâce aux antibiotiques. Ils ne veulent pas opérer à chaud, notamment à cause de sa faiblesse, ce sera donc pour après... Après quand ? Je ne sais pas.

L'érysipèle a bien dégonflé, la jambe a retrouvé de la mobilité, la fatigue s'estompe, elle dort beaucoup, mange bien...

Mon père...en revanche... Et bien mon père ne rentrera plus jamais à la maison. Ce fut un choc d'une violence terrible pour ma mère quand on le lui a dit, ils fêtent cette semaine leur 63e anniversaire de mariage. 

Mon père, quant à lui, ne se rend pas compte. Il a oublié qu'il a des enfants... Et, plus grave, en moins d'une semaine, a oublié ma mère et ne réclame plus de rentrer chez lui. Il va être transféré mercredi prochain dans une "maison transitoire" pour cinq semaines.

Ce qui nous laisse jusqu'à début juin pour trouver une solution définitive. Une Epahd spécialisée avec un service ouvert et un service fermé, car mon père s'enfuit trop...

J'ai longuement parlé avec le chef de service, qui m'a dit que les nombreux petits AVC que mon père a eus ces dernières années ont abîmé le cerveau et provoqué une démence vasculaire en train d'arriver sur un début d'Alzheimer. Il n'est donc plus question de le laisser à la maison, même avec des aides médicales. Trop dangereux, car il essaie de s'échapper la nuit, c'est ça qui a tant épuisé ma mère ces dernières semaines. Car lui dort toute la journée et s'agite la nuit, ce qui fait que ma mère, elle, ne dormait pas du tout.

Et même si des auxiliaires de vie se succèdent 24h/24 ça n'ira pas, il faut des structures et du personnel spécialisés.

Voilà les dernières nouvelles chers tous...

Il faut absolument que j'obtienne cette dérogation pour aller une semaine à Charleville, ma mère est terrifiée, je dois, je veux l'aider à prendre ces nouveaux repères. Et il va y avoir beaucoup de dossiers à remplir, de démarches à effectuer...

Hors de question d'aller visiter mon père qui est pour le moment dans un hôpital. 

Je reviens dès que je peux.

Prenez soin de vous, plus que jamais.

On en parle de mon rêve ?

Publié le par imaginer

On en parle de mon rêve ?

Vous voyez le petit compteur en bas à gauche de l'image ? 220 jours... Dans 220 jours ce sont les 20 kilomètres de Paris. Je rêve de les courir depuis plusieurs années. Si certains se souviennent, je m'y suis inscrite il y a trois ans, me suis préparée seule, mal, me suis blessée, ai enchaîné les blessures et pfffuuuiiiiittttt adieu le rêve...

Et depuis cet enchaînement de blessures qui a commencé il y a trois ans, je n'ai jamais vraiment recouru. Et en janvier 2020, ça a commencé à me (re)trotter dans la tête. Et j'y pensais, pensais pensais... J'en ai parlé à JC. Qui n'aime pas la course à pieds et m'a dit ne pas maîtriser le processus de préparation d'une telle distance... 

Et j'ai rencontré Philippe le premier février. Et il m'a intégrée à son équipe. Et je lui ai parlé de mon rêve...inaccessible. Il m'a dit que non, ce n'est pas inaccessible. Que lui peut m'y amener... Il a posé ses conditions :  que je me soigne correctement, quand je lui ai parlé de mon mal récurrent au genou, et que je m'affine... sérieusement.

Une fois soignée, une fois amincie (lui disait 10 kilos, le chirurgien a été plus radical) il m'a dit que oui, je pourrai les courir ces 20 kilomètres.

Avec une préparation adaptée, en écoutant ce qu'il dit, ce qui signifie savoir intégrer la récupération, sans me précipiter en force (il a vite compris ma façon de procéder). Ça veut dire aussi travailler le renforcement musculaire pour allonger et affiner les muscles, ça veut dire tout reprendre à la base avant de courir. Ca veut dire faire des milliers de montées d'escaliers, des milliers de gammes, des milliers d'abdos spécifiques, des milliers de talons-fesses, des milliers de petits pas, de la proprioception, avant même de commencer à trottiner.

Il m'a dit qu'il se donnait quelques semaines pour voir si j'étais aussi motivée que je le dis, et me confirmer si oui ou non lui et moi franchirions ensemble cette putain de ligne d'arrivée de mon putain de rêve.

Et depuis le premier février, j'en ai aligné des montées d'escaliers, des gammes, des extensions, des abdos, des exercices de proprioception. Tôt le matin, sous la pluie, dans le froid, sans râler. Euh si... en râlant et en l'insultant même... ce qui lui a montré ma détermination et l'a beaucoup amusé;-)). Une insulte égale une série de marches ou d'abdos en plus, et le pire c'est que je le fais;-)

Alors hier, quand je l'ai appelé pour lui dire qu'après l'opération du 16 mars, à partir du 13 avril, juste après le week-end de Pâques, selon le chirurgien je serai apte à reprendre la course en toute prudence, il m'a dit banco, on s'inscrit.

J'en ai pleuré de joie. Il m'a dit aussi que je vais en baver comme jamais, que ce que nous avons fait jusqu'ici n'était qu'un échauffement minime de reprise...

Et vous me connaissez, j'ai adoré qu'il me dise ça. Donc voilà, nous sommes inscrits tous les deux. Je vous raconterai les entraînements, les fractionnés, les gammes encore et encore etc etc...

Mais si ça va vous passionner je n'en doute pas un millième de seconde ;-)))))

Ensuite, je ne courrai plus de telles distances, je courrai pour le plaisir, la distance que j'aime vraiment, des courses de dix kilomètres, et courir une heure le dimanche matin pour le pur plaisir. Mais les 20 kilomètres de Paris, c'est mon rêve, et puis c'est tout.

Voilà c'est dit, c'est posé, c'est officiel...

Sinon, qu'est-ce que j'ai mangé aujourd'hui ? Ce matin, rien, juste bu un café. Je suis allée chez le coiffeur en fin de matinée, et en rentrant, suis passée chez le primeur.

J'avais terriblement envie d'un avocat, alors que je n'en mange pratiquement jamais. Pour le déjeuner (tardif du coup), je me suis fais tout simplement des toasts à l'avocat.

J'ai écrasé l'avocat avec jus de citron, sel, poivre, en ai tartiné les toasts passés au grille pain, ajouté du jambon blanc et des oeufs mi durs-mi mollets. 

Je me suis régalée !

J'ai passé ensuite plus d'une heure à cuisiner les légumes, et faire une compote de pommes à la vanille. Et rôtir un poulet. De quoi manger jusqu'à vendredi midi. Et ensuite nous partons pour le week-end à Charleville.

A 18h30 j'ai accompagné Chéri chez le gastro-entérologue, qui devait dire ce qu'a donné la biopsie du polype de forme bizarre.

Deux semaines que je me rongeais les sangs... Mais tout va bien quel bonheur !!

En fait, le pseudo polype à la forme si étrange s'est révélé être un morceau embryonnaire d'estomac... Le gastro nous a dit qu'il savait que ça existait car il l'a appris pendant ses études de médecine, mais ne l'avait jamais vu dans sa carrière, alors qu'il est à cinq ans de la retraite.

Il est très content d'avoir vu ça au moins une fois, et moi, je suis tellement soulagée que ce soit absolument sans gravité. Il nous a assuré que c'est totalement bénin et n'a aucune chance d'évoluer...

En sortant de son cabinet, j'ai explosé de rire en disant à Chéri que moi, avec mon estomac qui remonte dans l'oesophage, et le sien qui tombe dans les intestins, nous voilà bien:-)

Bon en tout cas me voilà soulagée. 

Maintenant j'attends avec impatience d'être débarrassée de cette languette de ménisque qui se balade dans mon genou et me fait tellement souffrir. Ça me réveille la nuit tellement ça lance. C'est beaucoup plus douloureux quand la jambe est tendue, le chirurgien m'a dit que c'est logique. Soit, moi je crois les médecins...

Oh si vous saviez les amis, j'ai envie de danser tellement je suis heureuse de savoir pour Chéri !! Je préfère des milliards de fois que mon EBO s'aggrave plutôt que de voir Chéri risquer d'être malade. Non mais quelle cruche, voilà que je pleure en écrivant cela.

Bref... 

Alors, pour le dîner, poulet rôti, brocolis, champignons et haricots verts, le tout cuit vapeur, sans gras. Et pratiquement pas de sel. Je vais essayer de manger le moins salé possible, le sel n'est pas top non plus pour pouvoir mincir.

Passez une douce soirée. Et n'oubliez pas de dire à ceux que vous aimez combien vous les aimez

PS : Bon anniversaire de mariage les z'amis, vous allez vous reconnaître. Je vous z'aime.

 

Alors, je courrai ou je ne courrai pas ?

Publié le par imaginer

Alors, je courrai ou je ne courrai pas ?

Ce matin, rendez-vous à sept heures aux Tuileries. Il commence à faire bien jour dès sept heures du matin. Que j'aime me lever tôt et arpenter Paris au petit matin !

Comme il est toujours hors de question de courir, ce matin fut une séance "marches". Montées, montées, montées, sur la pointe des pieds, de profil croisées, descentes, descentes, descentes.... Plusieurs séries comportant à chaque fois dix montées. Sans impact, le plus vite possible mais sans impact, c'est à dire, en "atterrissant" sans aucun bruit, en légèreté sans choc pour le genou.

Le cardio est monté de malade:-)

Ensuite, du gainage, des dips, des séries d'extension des bras et dorsaux, et beaucoup d'étirements. Le tout dans ce cadre magnifique des Tuileries, au soleil (très froid à sept heures du matin mais un grand ciel bleu), sous le regard des promeneurs de chiens et des coureurs.

Comment vous décrire mon bonheur dans ces moments là ? C'est indescriptible... A la fin, pour retraverser les Tuileries et descendre dans le métro aïe aïe aïe mes jambes... Courbatures en vue;-)

Philippe m'a dit que par rapport à il y a trois semaines, mes montées d'escaliers sont plus fluides, plus rapides, plus légères... Il me pousse pousse pousse, et vous savez comme j'aime ça. Il est d'une exigence comme je n'ai jamais connu. Waouh bien plus exigeant que JC. Leurs méthodes sont extrêmement différentes.

Vivement jeudi au stade !!

Avant de partir à 6h30, j'avais bu un café, et ai fait ma séance à jeun.

En rentrant à 8h30, j'ai (re)pris une douche bien chaude et ensuite la faim est apparue. Petit déjeuner bien consistant, tartines craquantes de sarrasin, jambon blanc, amandes, clémentine, avec un thé vert à la menthe.

A 11h30, j'ai repris un thé, en répondant à des offres d'emploi. Hier je suis allée à l'APEC. Et j'ai revu la nutritionniste que m'a présentée le gastro. Il était convenu que nous fassions un point après quelques semaines, pour vérifier que je ne vomis plus la nuit notamment. Ce qui est le cas, et quel soulagement.

Je lui ai dit que depuis le premier février mes séances de sport sont à 100% cardio, sans muscu ni charges, alors elle m'a donné un schéma quotidien un peu différent, en augmentant légèrement les protéines.

Ce midi, salade mâche-roquette, tomates cerises, deux oeufs durs et une tranche de jambon blanc. 

A 15H30 j'avais donc rendez-vous avec un chirurgien orthopédique de la clinique des Maussins, où exercent tout un groupe de spécialistes du genou.

Il m'a bien expliqué les photos de mon IRM. La petite languette qui s'est détachée du ménisque, et se balade dans mon genou en me faisant si mal, et bien il faut l'enlever. Naïvement, je lui ai demandé s'il allait pouvoir la replacer et la refixer. Hé non... Donc mon ménisque sera incomplet, ce qui risque d'user le cartilage.

Il m'a parlé de mon poids. Au-delà de la coquetterie ou de vouloir faire du sport, c'est avant tout de la prévention et de la prudence. Il m'a expliqué qu'un kilo exerce une pression de cinq kilos sur le genou... Et me conseille, pour ménager ménisque et cartilage de perdre, non pas 15 kilos comme je souhaite, mais 20 à 25 kilos !

Et là, je pourrai recourir autant que je veux m'a-t-il assuré.

Alors, est-ce que je veux courir à nouveau : OUI, mille fois OUI

Suis-je prête à perdre 20 à 25 kilos pour préserver mes genoux : OUI, mille fois oui

Vous me connaissez, je lui ai demandé s'il pouvait pratiquer l'arthroscopie dès demain. Il m'a dit non, et a commencé à me parler du mois d'avril. Alors là mes amis, j'ai sorti l'arme massive de persuasion/séduction. Il n'en pouvait plus de rire, mais a compris ma frustration et ma motivation. Il m'a dit "Je suis soufflé par votre énergie et votre dynamisme". Et encore, je me trouve plutôt amorphe en ce moment, je crois que c'est la douleur au genou qui dure depuis plusieurs semaines qui m'a épuisée.

Bref, finalement, il m'opère lundi 16 mars. Ensuite j'ai harcelé son assistante pour l'anesthésiste. C'est toujours compliqué d'avoir des rendez-vous anesthésie. A bout d'arguments, voyant que j'étais en grande forme pour décrocher un rendez-vous, elle a appelé l'anesthésiste devant moi, lui demandant de me "glisser" cet après-midi même entre deux rendez-vous.

Bon j'ai quand même attendu plus d'une heure, mais voilà, tout est réglé, je n'ai pas à y retourner avant le 16.

Il m'a dit qu'il n'endormira que les jambes, puisque j'ai eu une anesthésie générale en janvier déjà pour la fibroscopie. L'intervention dure une demi heure. Je ressors naturellement quelques heures après. Ensuite, une semaine sans sortir, sans solliciter les jambes, et une infirmière me fera chaque jour une piqûre d'anti-coagulant, histoire d'éviter une phlébite m'a-t-il dit. Pour les gens qui travaillent, il prescrit une semaine d'arrêt.

Il m'a aussi prévenue que bien que ne durant que 30 minutes, il s'agit là d'un acte chirurgical avec tout ce que ça implique. Et que les trois-quatre jours suivant l'opération sont très douloureux. Et que les douleurs subsistent plus ou moins fort pendant au moins quatre semaines. Il me donnera des exercices de rééducation. 

Et, dernière chose, il m'a demandé de passer un test d'effort chez un cardiologue. Parce que, a-t-il ajouté "vous paraissez bien moins que votre âge, et physiquement et énergiquement, mais malgré tout vous avez 52 ans et je voudrais m'assurer que vous pouvez faire tout le sport que vous faites sans risque". J'appelle donc dès demain matin le cardiologue dont il m'a donné les coordonnées.

D'ici au 16 il m'a confirmé que je peux continuer les abdos, gainage, étirements, et séances d'escaliers sans impact. Et pendant deux semaines après l'opération, ne pas solliciter les jambes, mais le haut du corps, aucun problème. Et, dès début avril, je peux commencer à trottiner prudemment.

En sortant j'ai appelé Philippe, qui connaît particulièrement bien les problèmes de genoux (lui aussi ancien footballeur comme JC) et m'avait dit que c'était certainement tout cela qui m'attendait. Il est tellement concerné et prudent qu'il saura parfaitement me modérer le temps qu'il faudra.

Voilà, avec tout ça, je suis partie à 14h30 et rentrée à 19h30, mais je suis tellement soulagée !!

J'ai dîné de courgettes et semoule. Puis une infusion.

Passez une douce soirée:-))

 

Jour 4 sur 5

Publié le par imaginer

Jour 4 sur 5

Ce matin, il pleuvait pleuvait pleuvait.... Fort... Philippe m'a dit qu'il était impossible de faire une séance de renforcement au stade par ce temps, mais qu'on pouvait la faire à la maison. Il est en effet arrivé totalement trempé. 

Ca m'a fait très bizarre de faire des exercices dans mon salon, pour moi le sport se fait en salle (de sport) ou en extérieur. Mais on a bossé... des gouttes de sueur sont tombées sur le parquet. Proprioception, gainage, abdos, étirements... J'ai progressé en souplesse.

Notamment sur l'exercice consistant à avoir les jambes bien droites, absolument pas fléchies, et se pencher dans le but d'approcher le plus possible les mains du sol, le buste le plus près possible des jambes. La toute première fois, mes mains étaient à environ 20 cm du sol, ce matin le bout de mes doigts a touché le sol.... Même exercice en croisant les pieds, c'est tout de suite plus difficile de garder l'équilibre:-)

Mes genoux sont plus lax, c'est évident lors des étirements consistant, en position debout, à toucher le fessier avec le pied... Maintenant oui, mon pied touche sans problème.

Je continue à glacer mon genou trois fois par jour, et le masser chaque soir à l'aloe Vera. Je donnerais cher, très cher pour enfin pouvoir recourir !

Les chattes ont participé activement à la séance. Enfin... Gribiche, qui a suivi chacun de mes mouvements, tout particulièrement quand j'étais au sol pour les abdos et le gainage. C'était vraiment drôle et mignon. Mira en revanche, après être poliment venue flairer Philippe, et ayant sans doute jugé qu'il ne présentait pas de dangerosité, est retournée dormir sur son fauteuil.

Quant à Chéri, il dormait quand Philippe est arrivé, et dormait toujours quand il est parti:-))

A six heures en me levant, j'ai bu un café. Et après la séance, en glaçant mon genou, j'ai bu un thé vert en mangeant deux tranches de jambon blanc braisé.

Ensuite, (re)douche, habillée, maquillée, je suis allée faire une manucure. Du vert kaki sur mes ongles, je suis passée à un rouge rosé. En rentrant, je me suis arrêtée chez le poissonnier, envie de poisson aujourd'hui. Il m'a proposé des harengs sauvages fumés par ses soins, et du thon fumé. J'ai illico dit oui. Et me suis plus que régalée. Avec pour compléter mon déjeuner protéiné, deux oeufs brouillés.

Et pour finir, une infusion "Peace Mémé". J'adore les infusions des Deux Marmottes, une vraie belle découverte.

A 19h30 je suis donc allée au rendez-vous pour passer l'IRM du genou droit. Et en suis ressortie à 21 heures. J'avais déjà passé une IRM il y a trois ans, et je m'étais endormie dans le "tube". Idem ce soir, dès qu'ils m'ont mis le casque sur la tête (casque qui n'isole pas vraiment du bruit en fait), m'ont dit de rester bien immobile pendant les 15 minutes de l'examen et m'ont placée dans le "tunnel", hop je me suis endormie au bout de quelques minutes. Le jeune fille m'a réveillée je n'avais même pas senti le tube ressortir du tunnel:-)

Bon, je ne vais pas faire de suspense inutile. Puisqu'en fait il n'y a pas grand chose à dire. Un kyste poplité dans le genou et une fissure du ménisque. Très précisément la même chose qu'il y a trois ans au genou gauche. Donc pas de raison que ça ne se soigne pas aussi bien à droite que ça s'est soigné à gauche. 

J'ai appelé Philippe, qui me confirme donc que pas de running tant que je n'ai pas vu le spécialiste orthopédique, et qu'on va continuer de plus belle le renforcement et l'affinement. Aucun saut, aucun impact, du cardio, renforcement des chevilles et genoux, travail sur la sangle abdominale, le dos, proprioception, assouplissement... J'ai aussi appelé mon JC...

Et plus que jamais focus sur l'alimentation. Vous pouvez dire ce que vous voulez, 15 à 20 kilos de trop ne font pas du bien au corps.

Mon "radical" se termine demain soir comme je l'ai dit, je me pèserai samedi matin pour voir ce que j'ai "perdu" en février, et samedi, je ferai un beau marché de légumes, fruits etc...

Je suis rentrée à 21h30, sans grand appétit.  Chéri (merci mon Chéri !) m'avait fait cuire de la dinde, j'en ai mangé un peu.

Demain matin, rendez-vous au stade avec Philippe tôt. Il me l'a proposé quand je l'ai appelé, me disant qu'on va travailler, mais surtout parler, il a senti mon désarroi.

Le stade où nous nous retrouvons est pile dans la trajectoire entre chez lui et le collège où il enseigne. Et comme il est ultra matinal il aime à retrouver son équipe tôt. Et vu qu'il m'a intégrée à son équipe et qu'on a réellement beaucoup sympathisé, et bien, nous nous retrouvons pour nous entraîner:-)

Il est incroyablement à l'écoute, l'habitude de travailler avec des enfants peut-être, très vigilant sur la santé et le bien-être. Il travaille aussi pour la mairie de sa ville pour donner des cours de renforcement et assouplissement à des personnes d'un certain âge... 

Bref il m'a complètement rassurée ce soir et m'a dit qu'il est hors de question que je renonce à mon rêve, il s'est promis de m'y emmener, alors on le réalisera ce rêve. On a sept mois, donc si deux sont consacrés à soigner le genou, on aura le temps...

Bon, en tout cas côté radical, ce quatrième jour s'est passé sans encombre.

Il est 23 heures, je dois me lever tôt demain matin mais je n'ai pas envie de dormir... Déjà que je me suis levée très très très tôt tous les matins de la semaine...

Je vous souhaite une douce nuit.

Jour 3 sur 5

Publié le par imaginer

Jour 3 sur 5

Je suis rentrée hier de mon cours du soir à 22h30, frigorifiée. Il pleuvait, y avait beaucoup de vent, et puis bon, je ne mange pas des masses donc un peu plus fragile que d'habitude.

J'ai bu une infusion bien chaude, et rien mangé. Je me suis couchée à une heure du matin, et levée ce matin à neuf heures.

J'ai bu un café, et n'ai pas mangé. Je voulais aller chez ma généraliste pour qu'elle me prescrive une IRM pour mon genou droit. Ben oui, ce n'est pas pour rien que j'ai dû mettre JC entre parenthèses et entreprendre des sessions de renforcement des genoux.

Et mettre le paquet pour commencer à éliminer les kilos. Certes je fais des bêtises, et je les fais avec enthousiasme comme le dit mon titre, mais sous mes airs de fofolle, je sais (à peu près;-) ce que je fais). 

N'empêche que le ménisque interne (comme me l'a montré le podologue qui a fait mes semelles) à droite me fait toujours souffrir. Alors la généraliste m'a donc prescrit cette IRM, et une semaine d'antis inflammatoires. Et m'a même donné une ordonnance pour des séances de kiné, au cas où.... Mais ça, je verrai avec le médecin spécialiste.

J'ai rendez-vous mercredi matin prochain dans une clinique spécialisée dans les pathologies du genou et le spécialiste que je vais voir a besoin de l'IRM. Me voilà donc à passer coup de téléphone sur coup de téléphone dans tous les centres d'imagerie de Paris, mais aucun pour me proposer un rendez-vous pour mardi 5 au plus tard. Aucun rendez-vous avant le 6 ou le 7. J'ai laissé mes coordonnées à chacun, au cas où ils auraient un désistement.

Et... En fin d'après-midi, l'un d'eux m'a appelée, un patient a dû annuler son rendez-vous. Je passe donc mon IRM demain soir à 19h30. Ouf ! 

Au moins dès mercredi prochain j'aurai un diagnostic. D'un spécialiste du genou. Quitte ou double. Soit je peux recourir après des soins adaptés, soit je renonce définitivement à ce sport. Pas LE sport hein, juste la course à pieds.

S'il confirme que je peux recourir, avec Philippe, nous avons un objectif de folie. Et sept mois pour nous y préparer... Je vous dirai ce que c'est si le spécialiste confirme que je peux m'attaquer à la préparation. C'est mon rêve depuis des années, et quand j'en ai parlé à Philippe il m'a dit qu'il allait le faire avec moi... et m'emmener, me pousser jusqu'au bout de ce rêve.

Le temps de la consultation chez la généraliste (j'ai attendu plus de deux heures), puis d'aller à la  pharmacie, il était 13 heures passées, et vraiment j'avais faim. Et envie de viande hachée. Je me suis arrêtée à la boucherie, et ai demandé au boucher de me hâcher 200 grammes de de boeuf. Hummmm j'avais trop envie. Oh c'est bon de temps en temps du steak fraîchement haché !

Et ensuite, un thé vert à la menthe.

Ce soir j'ai dîné de la même chose qu'au déjeuner d'hier, du thon au naturel avec un oeuf dur. Et terminé par une infusion.

Voilà, troisième jour sans encombres:-)

PS : Overblog me prévient d'une "grande opération maintenance" cette nuit. J'espère qu'ils vont régler notamment les problèmes de commentaires...

Allez, cinq jours ?

Publié le par imaginer

Allez, cinq jours ?

Je suis allée pour la dernière fois ce matin nourrir les chats de mon amie, et ai glissé les clés dans la boîte aux lettres en partant. Il faut que je pense à autre chose maintenant...

La thalassothérapie une semaine a fait grand bien à mon amie et tant mieux ! Quant à moi je vais continuer à la soutenir quotidiennement comme depuis le 23 octobre, mais aller chez eux seule...non. Dans la mesure du possible, non...

En rentrant j'ai pris mon petit déjeuner.

Avec Chéri, nous avons passé la journée tranquilles à la maison. En fin de matinée, nous avons regardé le Dumbo de Tim Burton. Que j'aime l'univers de Tim Burton. Ce film n'a pas fait exception à la règle. Et naturellement à la fin j'étais en larmes...

Nous avons ensuite déjeuné légèrement, car Chéri avait en tête de faire un couscous ce soir.

Betteraves rouges avec échalotes, carottes râpées, mesclun de jeunes pousses, et de l'ananas pour terminer.

J'ai passé l'après-midi comme le plus gros de la semaine, à faire la "patate de sofa", en regardant tout et n'importe quoi à la télé. Et en épluchant les réseaux sociaux. J'adore regarder des comptes d'alimentation et/ou de sport. Parfois ça permet d'entrer en contact, de discuter, voire de faire de jolies rencontres.

Pendant que Chéri préparait le couscous dont il avait envie.

Fenouil, navets, carottes, courgettes, épices etc...

Nous nous sommes régalés. Chéri avait mis des côtelettes d'agneau, merguez d'agneau et merguez de veau (ça c'est moi qui lui ai demandé). J'ai mangé une belle assiette de légumes et semoule, avec une merguez de veau.

Et ce soir, après le dîner, nous avons regardé Le fabuleux destin d'Amélie Poulain. Je ne l'avais jamais revu depuis sa sortie au cinéma en 2001, avant même que je ne rencontre Chéri. Quel joli film ! Il m'a donné le sourire et tout à coup plein d'envies de bonheur(s)...

Bon, sinon, le pourquoi de mon titre ?

Parce que j'ai envie de faire cinq jours de "radical". Juste cinq jours, jusqu'à samedi 29 matin.

Pas plus, en aucun cas plus de cinq jours, car les protéines sont acides... Et je sais que plus c'est moyen moyen pour la santé.

Allez, je le fais ?

Oui, je le fais:-) Protéines et infusions pendant cinq jours, c'est parti.

Allez zou il est 23 heures je vais me coucher. Passez une douce nuit.

PS : Depuis hier il y a un souci avec les commentaires. Ce n'est pas moi qui ne les autorise pas, c'est Overblog qui déraille. J'espère que ce sera vite rétabli.

Je patauge

Publié le par imaginer

Je patauge

Je patauge dans mes questionnements et contradictions, je me fatigue toute seule. J'aimerais arrêter de cogiter et juste vivre tranquillement sans me poser de questions...

j'ai déjeuné avec ma nièce. Nous avions une belle nouvelle à fêter. Elle a passé le TOEFL (un examen pour évaluer le niveau en anglais) car elle souhaite intégrer à sa double licence (elle est en deuxième année), un semestre aux Etats-Unis. Pour pouvoir passer l'entretien avec une université américaine, il faut avoir au moins 100 points sur 120 à cet examen. Elle en a eu beaucoup plus, pratiquement le maximum, et a pu passer l'entretien avec son premier choix d'université, celle de Chicago.

Et elle est acceptée:-))))))))))))) Elle part donc en août pour un semestre. Cours en anglais avec les étudiants américains, vie sur le campus, assister à la campagne des élections présidentielles américaines, elle qui fait Sciences Po, elle est plus que surexcitée.

Et moi je suis tellement fière. C'est une bosseuse incroyable. A sa double licence Sciences Po-histoire, elle a ajouté à la rentrée du droit, a travaillé dur pour le TOEFL. Elle est belle, drôle, bien dans sa peau, si affectueuse.

P..... elle va me manquer.... elle fêtera ses 20 ans le 28 octobre aux Etats-Unis. Nous la reverrons à Noël.

Sinon, hier, Chéri a passé une coloscopie, et le gastro a trouvé un polype louche. Il a parlé d'opération... Bon, je ne m'affole pas, je ne m'affole pas, je ne m'affole pas...je ne m'affole pas...je ne m'affole pas ! STOP, je ne m'affole pas. Prochain RV avec le gastro dans deux semaines.

En sortant de la clinique, Chéri est allé m'acheter des tulipes de ma couleur préférée, orange. Il est extraordinaire mon Chéri d'avoir pensé à ça en sortant de la clinique. 

Pendant que Chéri passait la coloscopie hier matin, je suis allée à une séance de cryothérapie. J'en ai déjà fait. Dans un caisson d'où la tête dépasse, refroidi à l'azote à moins 150 degrés.

Là j'ai choisi une méthode différente, dans un centre différent. Ce n'est pas juste dans un caisson sans que le froid n'atteigne la tête, c'est carrément dans une pièce.

C'est beaucoup plus pro. Ils prennent la tension et la température de la peau avant que l'on entre dans le froid. Température de la peau hein, pas température interne. J'étais en sous-vêtements, avec deux paires de chaussettes, deux paires de moufles polaires et un cache oreilles.

La température extérieure de ma peau était de 29 avant d'entrer. Je suis d'abord passée dans une antichambre où il ne faisait "que" moins 60 degrés. Au bout de 15 secondes, l'opérateur m'a fait signe d'entrer dans la chambre froide à moins 110 degrés. Et la sensation est nettement plus intense que lorsque c'est de l'azote !!!!!!

J'ai marché de long en large dans la pièce d'environ dix mètres carrés. En trois minutes, j'ai senti ma peau "cristalliser", littéralement. Il y a des minutes qui paraissent plus longues que d'autres. En sortant après les trois minutes, en revenant à température ambiante, j'ai cru que mon corps allait se casser:-) Il a repris la température externe de ma peau, qui était à trois degrés.

J'ai tout de suite enfilé le peignoir polaire à disposition et suis vite retournée m'habiller.

Quand je me suis regardée dans le miroir de la cabine, vous me croirez si vous voulez, mes cils avaient gelé, et le mascara était tombé sur mes joues:-)

L'ensemble de mon corps était rouge écarlate.

Ils m'ont offert un thé à la menthe, je suis restée tranquille une demi heure dans un fauteuil à me réchauffer, et suis partie chercher Chéri à la clinique.

Les bienfaits de la cryothérapie ne sont plus à démontrer. Pour soulager les douleurs articulaires, accélérer la récupération sportive, améliorer la circulation sanguine, faire du bien au corps tout simplement.

Côté repas ?

J'ai fait un beau marché... Fruits et légumes, oeufs, saumon mariné....

Hier nous sommes rentrés de la clinique à 14h30, le repas était prêt. Chéri avait cuit un rôti de dinde à l'étouffée à la cocotte, avec des courgettes cuites en même temps dans la cocotte. Juste un peu d'huile et un seul oignon (moi qui en mangeais tant), mais des herbes fraîches autant que j'en ai envie, c'est déjà ça...

Hier soir, j'avais envie d'oeufs. Oui je sais, j'évite maintenant les protéines le soir, mais là j'avais envie. Je me suis fait des oeufs mimosa, avec un gros cornichon à la russe, très doux. Puis un yaourt et une pomme.

J'ai mal dormi j'étais debout avant cinq heures ce matin.

J'ai petit déjeuné vers sept heures. Un café, un kiwi, des amandes et des noisettes.

Côté sport maintenant. Philippe rentre aujourd'hui de ses vacances, je le vois demain matin au stade à huit heures. Suis trop impatiente, dix jours que je ne l'ai pas vu. En fait nous ne nous sommes vus que deux fois. La première, il m'a fait faire de nombreux tests pour voir mon niveau sportif global. La seconde il m'a fait faire beaucoup d'abdos, de gainage, de gammes....

Nous avons beaucoup échangé ces dix derniers jours. Pas question de courir avant d'avoir perdu des kilos. En revanche, un gros travail de consolidation des chevilles et genoux. Renforcement des cuisses en les allongeant et les affinant, là elles sont trop puissantes. Il m'a dit qu'il va me tuer à force d'abdos et de gainage, pour courir, la solidité de la sangle abdominale doit être sans faille, ainsi que le dos. Et nous allons étudier les gammes de foulées (je ne sais pas bien ce que ça veut dire en fait).

Il rentre de Lanzarote aux Iles Canaries, où il y a des plantations d'Aloe Vera, et m'a dit qu'il me rapporte du gel d'Aloe Vera "cryo", effet glaçant, dont je pourrai me masser des chevilles aux genoux avant et/ou après chaque séance. Ça fortifie les articulations et améliore la circulation sanguine paraît-il. Je ne sais pas, moi je veux bien tester. Il en donne à tous ses athlètes m'a-t-il dit.En tout cas si ça ne fait pas de bien ça ne me fera pas de mal, et ça arrive direct de chez le producteur. 

En revanche, je vais devoir mettre le CoreTraining en pause. J'ai tellement envie de reprendre l'athlétisme, vous me connaissez, je ne sais pas faire les choses à moitié, alors je ne peux pas faire du sport tous les jours. 

Et courir me manque infiniment, cette opportunité de reprendre en douceur, avec un pro de l'athlétisme qui saura me modérer et veiller à ce que je ne me blesse pas, je ne veux pas la laisser passer. On a beaucoup beaucoup échangé pendant ses vacances et vraiment, l'un comme l'autre avons un vrai coup de coeur amical.

S'il s'avère que rien à faire, la course est définitivement terminée pour moi, au moins j'aurai essayé:-)

Demain, nous déjeunons avec mon amie dont le fils s'est suicidé. Elle part toute la semaine prochaine avec son mari. A chaque fois qu'ils s'absentent, depuis quinze ans que je la connais, je vais chez eux chaque jour pour nourrir les deux chats. Mais je ne suis pas retournée chez eux depuis ce drame, et je ne sais pas si je vais en être capable.

Quand elle m'a demandé la semaine dernière de venir m'occuper des chats, je n'ai pas osé dire non. Mais je l'ai appelée cet après-midi pour lui dire que demain, je viendrai chercher les clés, plutôt qu'elle passe les déposer chez nous, car je préfère aller chez eux quand son mari et elle sont là, pour la première fois depuis que son fils est mort. Elle a très bien compris. Nous allons donc déjeuner tous les quatre dans une brasserie près de chez eux, puis irons boire le café chez eux.

Y aller tous les jours pendant une semaine me perturbe... Ils veulent déménager, eux non plus ne peuvent plus vivre là... Chéri m'a dit qu'il ira si je n'y parviens pas.

En attendant je me réjouis d'aller au stade demain matin tôt:-))))))))))))))))))))

Passez une douce soirée, prenez grand soin de vous et de ceux que vous aimez !

Dix jours bien mornes

Publié le par imaginer

Dix jours bien mornes

Dix jours que je n'ai pas ouvert l'ordi. Dix jours que je me questionne sans relâche, sans trouver vraiment ce dont j'ai envie, ce dont j'ai besoin, le moteur qui va me faire repartir...

Mais j'ai déjà fait un peu de tri dans mes pensées, je vous en parlerai quand ce sera plus clair à formuler.

Alors, d'abord, la santé. Ça va. Le seconde analyse des polypes de l'oesophage a confirmé leur bénignité. L'EBO a pris de l'ampleur, mais reste bénin. Allez, on en reparle à la prochaine fibroscopie.

En ce qui concerne la hernie hiatale, depuis que j'ai adapté mon alimentation, je n'ai pas vomi et les douleurs se sont bien atténuées. 

Les protéines, nettement acides, je les privilégie le matin et le midi, en les associant avec des aliments alcalins. Idem pour les fruits, principalement le matin. Le soir des féculents et légumes bien cuits. En général c'est ce schéma, qui peut un peu varier selon les jours, mes envies etc...

En tout cas, c'est un réel apprentissage, car des aliments que nous pourrions penser acides sont alcalins, et vice-versa. Par exemple la choucroute, et bien non, ne fait pas partie des aliments acides à ne pas consommer...

Voici des exemples de repas que j'ai faits ces derniers jours.

Petit déjeuner ce matin. Café (le seul de la journée dorénavant). Deux oeufs brouillés. Un kiwi et une clémenvilla.

Hier matin, café, kiwi, clémenvilla et une demi banane.

Un midi, après le sport. Jambon blanc, coleslaw, petit morceau de comté, un minuscule oignon pickles.

Ce midi. Mâche, salade de quinoa-noisettes. Tomates (les tomates crues sont moins acides que les cuites, et là, il y a genre 40 grammes de tomates). Pilon de poulet rôt et un oeuf dur.

Hier soir, choucroute nature, pomme et tisane.

Enfin vous voyez le principe quoi. Ce soir je vais dîner de pâtes dans lesquelles je mettrai des petits pois et des champignons.

Je vais essayer de revenir poster mes repas chaque jour.

Je vais devancer vos questions. Les portions ? Oui ce sont de petites portions. Rien à voir avec la hernie pour le coup, mais n'oubliez pas que je suis en processus d'amincissement aussi.

Comme je ne bois plus de coca zéro (ou excessivement rarement), beaucoup moins d'eau gazeuse, et seulement un café en début de matinée, j'ai testé plein de thés et infusions. Et j'en ai trouvé des bonnes. Réellement très bonnes. Je bois environ deux thés verts par jour (à la menthe de préférence) et une infusion le soir. Vrai coup de coeur pour ces Deux Marmottes:-)

La semaine dernière, j'ai passé deux jours chez mes parents.

Rien de spécial à dire. Mon père toujours amorphe, a de plus en plus de mal à articuler une phrase complète... 

Je suis allée trottiner sur le bord de la Meuse. Trottiner c'est le mot.... Alternance de marche et trottinement, 2,2 kilomètres en 20 minutes. La reprise se fait en absolue douceur.

En rentrant à Paris, je suis retournée voir le podologue, car mes semelles pour le sport sont plus qu'usées. Les actuelles ont trois ans, et en fait normalement il faut les renouveler tous les 18 mois, maximum deux ans quand on fait du sport régulièrement. C'était donc l'occasion puisque je viens d'acheter de nouvelles chaussures de sport (elles aussi à changer tous les ans, deux grand max, surtout quand on court). 

Je dois aller chercher mes nouvelles semelles lundi prochain.

Et c'est dimanche que je commence vraiment l'entraînement avec le prof de running. Je vous ai raconté comment je l'ai rencontré, nous nous sommes donc vus samedi premier février, puis, vacances scolaires, il est absent cette semaine et rentre des Canaries samedi. il m'a proposé qu'on se voit au stade dimanche matin. Pensez bien que j'ai dit oui avec enthousiasme.

Comme il m'a dit qu'il ne me fera pas de programme de course avant que je sois moins lourde de dix kilos, nous allons faire beaucoup de renforcement des articulations, de proprioception, de renforcement musculaire dans le but d'allonger et affiner les muscles, que j'ai un peu épais.

Pendant toute cette semaine, j'ai fait les exercices d'équilibre pour renforcer les chevilles, les abdos et gainage qu'ils m'a montrés avant de partir. Et j'ai fait de la marche rapide.

Mais j'ai tellement hâte de faire ces gammes de reprise au stade, en extérieur. Pas grave en ce moment il pleut, il vente mais c'est super agréable de faire les exercices en extérieur. 

Je vais être ultra patiente, et respecter le programme de Philippe à la lettre, ne pas prendre le risque de me blesser. La course à pieds me manque de folie, alors commencer par faire les gammes d'ultra débutante avant de courir vraiment ne me dérange absolument pas.

Et alors ce que j'aime par-dessus tout, c'est que Philippe étant prof d'EPS en collège, nos entraînement vont avoir lieu très tôt le matin en semaine, avant ses cours, à 7h30, dès l'ouverture du stade. J'adore le matin très tôt comme ça, quand le jour se lève pendant la séance, cette impression que tout est possible. Que j'aime les petits matins:-)

Voilà quelques nouvelles, je vais vraiment essayer d'être plus régulière.

Comment ça va vous ?

Ouh là là j'avais oublié

Publié le par imaginer

Ouh là là j'avais oublié

Oui, j'avais oublié les sensations provoquées par les gammes spécifiques à la course à pieds. En aucun cas comparables aux efforts fournis lors des séances de cardio et de muscu faites avec JC.

J'ai retrouvé hier avec délice les montées de genoux, les talons-fesses, les pas de côté, le gainage et les abdos spécifiques à la course et....et....et..... la proprioception. Pour travailler l'équilibre, renforcer la force des articulations, notamment chevilles et genoux, avoir les bonnes postures en tenant le dos et les lombaires, ne pas être avachi etc etc... tout ce qui est utile pour avoir une jolie tenue, et surtout, une foulée permettant de courir en évitant au maximum les blessures.

Ce ne sont pas des exercices impressionnants, on travaille surtout l'équilibre, mais ça demande une concentration et un alignement du corps qui sollicitent profondément les muscles. 

Mais que je vous explique comment j'en suis arrivée là:-)

Voilà pour ainsi dire deux ans que je n'ai pas couru, et ça me manque terriblement !

J'ai accumulé les blessures (talon, cheville, mollet, genou), j'ai pris du poids, tous critères empêchant de courir. Malgré tout cela, l'envie de courir me démange pratiquement chaque jour. Et c'est là que la magie des réseaux sociaux intervient.

Car les réseaux sociaux ne servent pas qu'à déverser de la haine, bien planqué derrière son ordi sous pseudo, ou enfoncer des portes ouvertes en énonçant des idées de tous bords rebattues sans pour autant faire avancer les débats de façon constructive.

Non, les réseaux sociaux, quand on ne se cache pas, qu'on n'écrit pas des horreurs sans assumer de donner son nom, qu'on ne crée pas des comptes inactifs juste pour observer ce que font les autres, mais qu'on interagit et qu'on suit des comptes positifs animés par de vraies personnes, et bien, les réseaux sociaux permettent de belles rencontres.

En tout cas, moi qui mets mon vrai nom sur mes comptes Facebook et Instagram, et essaie de trouver du positif, j'en fais des belles rencontres. Surtout sur Instagram, que je trouve beaucoup plus constructif que Facebook. Je m'intéresse essentiellement à des comptes parlant sport, alimentation, lecture. 

Et dans les comptes de sportifs, tout particulièrement ceux traitant de la course à pieds. Je parle avec de nombreux sportifs, pros ou non, sans les rencontrer "en vrai" pour autant. Mais parfois, le courant est vraiment là et on a envie de se connaitre.

Depuis quelques mois je parle avec un prof de sport, en collège, passionné par son métier. A côté de cela il est aussi pratiquant de course à pieds, court avec des amis, en équipe avec sa femme, et donne des cours, des conseils, accompagne les débutants motivés en courant avec eux.

A force de discuter, j'ai fini par lui dire que j'ai tellement envie de recourir, mais que la peur des blessures, et traîner mon poids m'en empêche. Oui courir quand on a des kilos en trop croyez-moi c'est excessivement difficile.

Au fil de nos échanges, je lui ai dit que ça fait plusieurs semaines que je veux m'acheter des chaussures de course, sans le faire. En fait c'est mon cadeau de Noël et je ne l'ai toujours pas acheté. Il m'a conseillé des New Balance avec un super amorti pour gabarit lourd, je suis donc allée les acheter à la boutique du Marathon, et ne le regrette pas une seconde, en effet elles ont un amorti tel que je n'en avais jamais eu sur mes précédentes chaussures de sport.

Il m'a proposé qu'on se rencontre. Et nous nous sommes vus hier. Un rendez-vous non pas dans un joli café pour boire un verre et discuter, mais dans un stade, en tenue de sport, même pas maquillée pour ma part. Ceci dit ce n'était pas un rendez-vous galant hein...:-)

On a discuté plus d'une heure, c'était vraiment chouette. Puis nous avons passé une heure à faire des gammes, des abdos, du gainage, de la proprioception.... Waouh j'avais oublié ces exercices, et j'en ai bavé:-))))))) C'était trop bien... Il m'a dit que j'ai une musculature impressionnante (merci mon super JC !!!!!!!!) et un dynamisme de folie mais.... pour courir, je suis trop lourde. Nous sommes convenus de nous voir régulièrement et il va m'aider à reprendre. Merci Instagram moi je dis;-)

En revanche m'a-t-il dit, hors de question de courir avant d'avoir perdu au moins cinq kilos... Il a raison, JC, dans le même ordre d'idées ne me fait pas faire de sauts en ce moments (genre squats sautés, corde à sauter, fentes croisées) afin de ne pas faire d'impacts sur mes chevilles et genoux.

Ce matin je suis retournée au stade, fait 20 minutes de marche rapide. Au stade, le revêtement de la piste de course est plus souple que le bitume, ça aide et c'est plus doux pour la marche rapide.

J'ai ensuite fait des étirements, trois séries d'abdos et trois séries de gainage. C'était top. Ça me manque trop de courir. Alors même si je sais que je ne pourrai pas courir à proprement parler avant avril, ni faire de fractionnés, je suis heureuse de retourner au stade....

Et demain, je vois JC pour une séance. Mes semaines, côté sport,  maintenant, ce seront deux séances avec JC, si possible une session avec P. qui me montre des gammes pour préparer la reprise de la course, et deux fois 20-30 minutes de marche rapide.

Je marche déjà beaucoup chaque jour, mais la marche rapide c'est différent. La posture est différente, les bras se positionnent comme lorsqu'on court, les abdos sont engagés, on tient le dos... Et la marche rapide ce n'est pas une promenade, ça active le cardio et le renforce. La marche rapide est un sport à part entière, au même titre que la marche nordique. Et c'est un bon compromis pour moi en attendant de retrouver un poids me permettant de courir sans risque de blessure.

Avant d'aller au stade j'ai bu un café et mangé des noisettes et amandes. En rentrant, je me suis fait deux oeufs brouillés sur tartines de pain complet. Accompagnés d'un petit bol de compote pommes-poires que j'ai faite.

Voilà, les nouveautés sport que je vais mettre en place en février.

Passez un doux dimanche.

1 2 > >>