33 articles avec amour amour amour

Le sport en liberté

Publié le par imaginer

Le sport en liberté

Ou presque. Les Tuileries sont ouvertes. En revanche la station de métro la plus proche de chez nous est toujours fermée, je n'ai toujours pas compris pourquoi... enfin pas grave j'ai marché pour aller à la suivante. Et comme en descendant les escaliers je n'avais pas encore mis mon masque, j'attendais pour le mettre d'arriver sur le quai, je me suis faite rappeler à l'ogre par des policiers...

En plus il était 6h30 du matin, et je n'allais pas travailler, j'allais juste au sport, donc ils étaient moyen contents les policiers... On ne peut prendre les transports pendant les heures de pointe que pour aller travailler...

Mais bon, une fois arrivée à destination (15 minutes de métro), j'ai retrouvé Philippe, et le si beau jardin des Tuileries. Quel plaisir !!

Et là, ouh là là, faire une séance d'escaliers après trois mois sans en faire, mollets, ischios et fessiers se sont plaints:-)) On verra demain si je peux marcher, Philippe m'a dit que j'aurai peut-être un peu de mal;-))))

Il m'a dit qu'il a fait une bien belle séance bien rude, bien chargée, pour tester où j'en étais. C'est sûr qu'avec tous les kilos en moins j'ai fait des montées plus rapides, avec un rebond silencieux, pas lourd... Même en montant les escaliers deux par deux.... C'était trop bien !

Demain, il m'a promis une séance haut du corps corsée... Demain c'est à 7h30, ça me convient bien. Il fait encore frais, il n'y a personne dans les parcs à cette heure là. Il m'a promis que jusqu'au 15 juillet (son départ en vacances), je vais en baver comme jamais...

En rentrant à 8h30, j'ai pris mon petit déjeuner. Oeuf, jambon, amandes (photo ci-dessus).

J'ai ensuite appelé la clinique où mon père est depuis cinq semaines, puisqu'enfin nous sommes le 2 juin et que les Ardennes viennent de passer en zone verte. Ils acceptent en effet que les patients soient visités à partir de vendredi. Une visite de 20 minutes, une fois par semaine, une seule personne.

Comme nous allons à Charleville dès vendredi matin, j'ai pris le créneau encore disponible vendredi pour ma mère. Je l'accompagnerai et attendrai dans le hall, au cas où ça ne se passerait pas bien... Normal que ma mère le voit en premier, elle commence à se laisser dépérir de ne pas pouvoir le voir. J'aurais voulu être avec elle au cas où... 

Si mon père ne la reconnaît pas, ou lui fait des reproches... Bon, je serai dans le hall et nous restons jusqu'à dimanche soir, elle ne sera pas seule.

J'ai ensuite appelé mon frère dont c'est l'anniversaire, puis j'ai pleuré... Encore...

Ce midi au déjeuner. Colin lieu grillé, un oeuf dur, laitue, concombre, radis.

Ce soir, le reste des mélanges de légumes d'hier soir. Et j'ai ajouté une courgette que j'ai cuisinée avec des petites tomates.

Passez une belle soirée vous tous...

Dans notre rue, où il y a de chaque côté de notre immeuble bar à vin, bar à bière, pizzéria et brasserie sur moins de 50 mètres, les terrasses et trottoirs sont bondés, et règne un joyeux brouhaha... Que c'est agréable d'entendre ça:-))))

Jeudi ...ouf ouf ouf...

Publié le par imaginer

Jeudi ...ouf ouf ouf...

J'étais fébrile en attendant l'intervention d'Edouard Philippe. Chéri va-t-il pouvoir venir avec moi à Charleville la semaine prochaine ? Vais-je pouvoir voir mon père ?

Oui oui oui la limite des 100 kilomètres est levée, plus besoin de justification, donc Chéri peut venir avec moi. Car si j'ai pu aller deux fois à Charleville pendant le confinement, et une fois depuis le déconfinement, cela a été compliqué et laborieux, et surtout je suis restée cinq jours, et ce n'était joyeux pour personne d'être ainsi séparés. Mon choix, c'était laisser Chéri seul, ou ma mère seule... Quel bonheur de partir avec Chéri !!!!!!!!!!!

Voir mon père, on en saura plus la semaine prochaine, j'appelle la clinique tous les jours de toute façon.

Ce matin, Philippe est venu à la maison pour notre séance. J'en ai bavé, la transpiration gouttait à terre:-) Et vous le voyez, mon tee-shirt est bien mouillé, et encore plus dans le dos, j'adore:-)

Demain, séance en visio, puis long week-end pour que Philippe décompresse un peu, et dès mardi, ENFIN, nous pourrons nous retrouver à l'extérieur. Au stade, non, les stades apparemment n'ouvriront que fin juin, mais dans un parc oui :-)))))))))))))))))))))

Il va lui aussi reprendre les cours dans son collège à priori, puisque les collèges d'Ile de France rouvrent la semaine prochaine.

Il est parti à 11h30, je n'ai donc pas pris de petit déjeuner. J'ai déjeuné à 13 heures. Des Sot-l'y-laisse de dinde, et la suite de la ratatouille d'hier.

Cet après-midi, j'ai retravaillé mon CV, ma lettre de motivation, répondu à quelques annonces. D'une part, parce que j'ai envie de travailler, ça commence à me démanger. D'autre part parce que les "chasseurs de tête" me disent qu'il y a des recrutements en ce moment, que peu de gens cherchent et préfèrent attendre septembre. C'est effectivement ce qui s'est passé la semaine dernière. J'ai commencé à chercher début juillet, et signé mon contrat de travail début août.

Alors si je peux me faufiler dans un poste avant septembre... On verra, la dernière fois j'ai trouvé dès mon premier entretien, cette fois ça prendra peut-être plusieurs mois...

Mais j'ai retrouvé l'envie. L'envie d'agir, de travailler. Ces derniers mois, j'ai fait un cheminement intense. Psychologique, force mentale, physique... Et même sans anti-dépresseurs depuis maintenant plus de six mois, je ne me suis pas sentie aussi bien et vivante depuis des années.

Malgré le chagrin et l'angoisse qui m'étreignent pour mes parents, ma force vitale est revenue comme avant le but-out. Reste juste le sommeil à réparer.

J'ai travaillé très dur pour cela depuis plusieurs mois, réellement très dur. Je me suis profondément remise en question, recentrée sur moi, et décidé d'écouter mon coeur, mon corps, mon instinct... De plus, avoir eu plusieurs amis atteint de la COVID (oui, l'académie française a expliqué que COVID est féminin), dont une, qui est sortie la semaine dernière de l'hôpital après deux mois en réanimation m'a fait relativiser beaucoup de choses. Et elle en a maintenant pour au minimum six moi de rééducation.

Vivre le présent, saisir chaque bonheur. Ne pas se retourner tout le temps sur ce qui a été et ne sera plus, ni se plaindre de tout au lieu de voir le positif. Prendre conscience que nous ne sommes pas grand chose, savoir rester humble, ne pas juger, ne pas décréter que certains sont comme ci, comme ça, et devraient faire ci et ça.... 

Ne pas avoir une trop haute idée de soi-même, aucun être humain n'est supérieur à un autre...

En milieu d'après-midi j'ai eu faim, et me suis fait un goûter avec ce qui me faisait envie sur le moment. Kiwi, pamplemousse, pain intégral que j'ai grillé et beurré, et des radis.

Ce soir au menu, salade composée. Laitue, betterave rouge, radis, cornichons, oeufs durs (enfin, mollets en fait). Les photos sont vraiment moches, désolée. Déjà en temps ordinaire je suis une piètre photographe, mais là vraiment ce soir ça dépasse tout. Pardon ma jolie Karin, toi qui es si bonne photographe;-))

Très douce soirée à vous tous:-)

Mardi la vie...

Publié le par imaginer

Mardi la vie...

Ce matin, levée sept heures, j'ai bu un café. Puis enchaîné avec la séance de sport, en visio. 

Après le sport, petit déjeuner. Fromage blanc et pamplemousse.

Pour le déjeuner, deux oeufs au plat, et le reste des légumes de dimanche. Carottes, et mélange brocolis chou-fleur.

Cet après-midi, une amie est passée à la maison pour boire un café. La vie reprend les amis, ouf...

Et jeudi après-midi, je vais passer l'après-midi chez une autre amie. Pas de café en terrasse malheureusement, pas de parc, pas de stade, mais au moins voir les amis:-) 

Ce soir, ultra simple. Haricots plats avec de l'ail cru, et une noisette de beurre. Plus ça va, plus je vais faire des repas dans la simplicité absolue.

Bonne soirée vous tous:-)

A demain.

Lundi boosteur de bonheur

Publié le par imaginer

Lundi boosteur de bonheur

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de mon père. 85 ans... Ma mère, mon frère et moi l'avons appelé... A chacun de nous trois, il a dit "merci mais je te laisse" et a raccroché.

Fin de l'apparté.

Ce matin, ma séance de sport était à 10h30. Comme je me suis réveillée très tôt, j'ai pris avec mon café une tranche de pain intégral, beurrée. Oui oui, avec du vrai beurre, pas du Primevère comme j'ai consommé pendant des années. Je me suis dit que j'avais largement le temps de digérer ma tranche de pain grillé.

Philippe est donc arrivé pour la séance à 10h30. Non mais quel bonheur de le voir ! Notre dernière séance au stade fut le vendredi 13 mars.

Je n'ai même pas pu lui sauter au cou. Au lieu de ça, je lui ai tendu du gel hydro alcoolique... Mais c'était quand même génial de ne pas faire de séance en visio.

Il m'a trouvée très amincie, il ne s'était pas bien rendu compte à travers l'écran du téléphone, et comme mes tee-shirts de sport sont tous trop grands.

Mais là, il a sauté de joie....et en a profité pour me faire bosser encore plus intensément... Quel pied... Le jour où nous allons pouvoir retourner au stade, ou dans un parc, courir, faire des gammes, des montées d'escaliers, va être encore plus de bonheur:-)))))))))) Je me suis affinée/allégée, j'ai fait de réels progrès en proprioception, explosivité (merci les burpees), les innombrables séries d'abdos, gainage, pompes portent leurs fruits, mon ventre et mes obliques se creusent.

Demain, malheureusement, séance en visio, ainsi que jeudi. En revanche mercredi et vendredi il revient à la maison:-) Oui ça fait cinq séances d'affilée alors qu'habituellement jeudi et dimanche sont des jours de récup'. Mais cette semaine, il estime que nous pouvons faire cinq séances de suite, car suite à l'infiltration du genou de mercredi dernier, mon genou droit (celui opéré en mars) doit être ménagé durant deux semaines.

Et comme ça, il peut passer le week-end de la Pentecôte sans travailler. Ca lui fera trois jours tranquille. Et il me fera mon programme d'exercices bien sûr:-)

Car il me fait un réel beau cadeau en me faisant des séances chaque samedi. Je suis la seule. Nous sommes convenus à la rentrée de faire seulement un samedi sur deux, qu'il puisse déconnecter quand même... Pour le moment ça va, son collège n'a pas réouvert ses portes, mais ensuite il faut quand même qu'il ait deux jours off lui aussi:-) Et puis à la rentrée, son emploi du temps ne lui permettra pas de faire plus de trois séances par semaines.

Après notre séance, il était déjà midi moins le quart, donc j'ai juste bu un thé vert. Après le sport, je n'ai pas faim pendant au moins une heure ou deux. J'ai commencé à avoir faim à 13h30, et me suis préparé ma salade.

Laitue, tomates, radis, cornichons et rôti de poulet (acheté au supermarché, c'est rare, et c'est moins bon que quand Chéri rôtit un poulet). Un kiwi et une tisane.

Pour le dîner, du risotto fait par Chéri. Avec jambon d'Ardenne que j'ai rapporté de Charleville, asperges vertes et champignons bruns. Un peu de parmesan une fois servi... C'est terriblement bon !!

Je n'ai pris qu'un petit, vraiment petit bol, car le risotto de Chéri c'est une bombe gustative autant qu'une bombe nutritive.

Beurre et crème dans le bouillon notamment.

Puis une tisane et voilà pour ma journée alimentaire. 

Un lundi avec le pire et le meilleur... Une vie qui s'éloigne... La vraie vie avec les amis qui reprend...

Passez une douce soirée.

Je ne lâche rien

Publié le par imaginer

Je ne lâche rien

Que dire ? Voilà presqu'un mois que je me débats entre tristesse incommensurable, allers retours extrêmement compliqués (zone rouge, plus de cent kilomètres, justifications à n'en plus finir, plus de quatre heures pour aller à Charleville contre une heure et demi en temps ordinaire), démarches auxquelles on n'a jamais pensé avant d'être brutalement confronté à la préparation de fin de vie, comptes...

Je vais à Charleville seule à chaque fois, puisque le médecin et l'hôpital me font des dérogations pour aller m'occuper de mes parents, mais pas de dérogation pour Chéri, qui est leur gendre.

Je vous en parlerai au fur et à mesure, mais là, ces jours ci,  je ne suis pas capable d'écrire sur mon père, sur ma mère, en parler me fait déjà si mal, alors poser des mots qui resteront, m'est viscéralement impossible.

Tout est en cours, ralenti par les déplacements compliqués et les nombreux services médicaux et administratifs fermés depuis mi-mars, qui commencent à réouvrir mais ont beaucoup de dossiers en retard.

J'assure ce qu'il faut assurer, les rendez-vous, les négociations, les réponses aux convocations, mettre les choses en place, recevoir les agents immobiliers, discuter avec les administrations, la banque, rassurer ma mère, remonter le moral, j'assure avec le sourire... mais souvent les larmes jaillissent, je ne savais pas avoir autant de larmes, je ne savais pas pouvoir éprouver une telle tristesse. 

Dormir n'est plus qu'un lointain souvenir... Les cauchemars sont mes plus fidèles compagnons en ce moment. Ils me rongent...

Nous n'avons toujours pas pu voir mon père... Il est seul dans un endroit qu'il ne connaît pas, il ne sait pas où il est, lors de ses rares moments de lucidité au téléphone il me dit que je suis sa fille, que je dois venir le chercher, puis il repart dans son monde, seulement je ne sais pas où est son monde... Il nous oublie... Ne pas pouvoir le voir fait qu'il nous oublie encore plus vite, on ne peut pas entretenir les liens que nous enseignent le neurologue, le kiné, la psychomotricienne...

Pendant ces semaines, je me suis accrochée au sport, le seul moment de la journée pour moi, moi seule, le seul moment où je peux expulser rage et chagrin sans me soucier du reste. Cinq fois par semaine, une heure en visio avec Philippe, chaque jour une heure de marche. La semaine prochaine, Philippe viendra à la maison, ce sera mieux qu'en visio malgré tout, et j'espère que les nouvelles annonces du 2 juin autoriseront la réouverture des stades et parcs dans Paris.

Je n'ai pas compensé mon chagrin et ma colère (oui, je suis loin encore de l'acceptation, je suis dans la colère) en mangeant, ou en ne mangeant pas. La nourriture n'est plus un exutoire, je me rends compte que j'ai une force vive que rien ne peut éteindre. Elle peut vaciller, être moins lumineuse, mais elle est là, quoiqu'il arrive, chevillée à mon corps.

Alors je vais à nouveau vous parler sport et alimentation. C'est une surprise totale pour moi de me rendre compte que le travail fait ces dernières années pour différencier la nourriture des émotions a plutôt fonctionné... Fut un temps où je me serais emplie de nourriture pour anesthésier quelques instants la douleur. Ce n'est plus le cas. Je continue à perdre les kilos pris avec le burn-out et les anti-dépresseurs. Doucement, environ un kilo par semaine.

Je mange très simplement, des produits bruts, que je cuisine sans chichi. Des protéines suffisamment pour ne pas perdre de masse musculaire, beaucoup de légumes, un peu de féculents, de fruits, voilà...

Avec Philippe, nos séances sont basées exclusivement sur les exercices au poids du corps, mes muscles s'affinent, s'allongent, mon ventre s'aplatit, mon corps change harmonieusement.

Alors je vais revenir poster mes repas... Si cela vous intéresse, j'en suis très heureuse. Si cela ne vous intéresse pas, vous m'en voyez désolée;-) Mais c'est l'essence même du blog depuis sa création, l'alimentation.

Si vous pensez que je mange bien, sainement, suffisamment, j'en suis heureuse. Si vous pensez, sans même lire ce que j'écris, sans même regarder ce qu'il y a dans mon assiette, juste parce que vous avez décidé une fois pour toutes que je ne mange pas, que je m'affame, je ne me battrai pas pour vous convaincre du contraire. Je mange absolument tous les macros nutriments dont mon corps a besoin, en respectant mon activité sportive et surtout en tenant compte de ma hernie hiatale. Donc je ne me battrai plus pour vous convaincre que oui je mange assez pour une femme de mon âge, ma corpulence, mon activité etc... Et que peut-être ce sont la majorité des personnes qui mangent plus que ce dont leur corps a besoin... On peut en parler;-)

Je ne me battrai plus pour vous convaincre que je mange des aliments que j'aime, que je prends plaisir à composer mes repas, que mes goûts et besoins ont changé au fil de ces années. Que je m'accorde quand j'en ai envie des repas moins simples, sans me soucier de l'équilibre ni de l'amincissement.

Ceci dit, oui il est certain que la plupart de mes repas sont réfléchis, en fonction du poids que je veux perdre. Et de mes objectifs sportifs. Oui j'ai des objectifs sportifs ! Des rêves, peut-être trop ambitieux, mais je mets tout ce qui est à ma portée pour réaliser mes rêves. Là encore, si cela vous intéresse quand j'en parle cela me ravit, si le sport vous ennuie, désolée...

Ah oui, c'est de cela dont il faut que je vous parle dans un autre article. Car certains d'entre vous estiment que je n'ai pas/plus de poids à perdre. Or, suite à mon opération du ménisque en mars, je vous parlerai du suivi opératoire, et du poids...

Ce que j'ai changé ces dernières semaines, c'est que maintenant, je cuisine pratiquement sans sel, je ne bois plus qu'un seul café, le matin en me levant. Après le sport, en prenant mon petit déjeuner  je bois un thé vert. Puis au fil de la journée, je bois deux à quatre tisanes, selon les jours et mes envies. Je me suis prise de passion pour la marque Les 2 Marmottes, j'aime beaucoup leurs tisanes.

Tous ce que je mange, est frais, légumes, fruits, viande, poisson, sauf rares exceptions, parfois du surgelé, parfois de la viande ou du poisson du supermarché et non de chez le boucher ou le  poissonnier, auquel cas je préciserai.

Comme toujours, vous pouvez commenter, dire que vous n'aimez pas, argumenter, me dire que vous n'êtes pas d'accord avec ce que j'écris. Ça a toujours été le principe, on échange, on discute etc...

Alors, ce matin, en me levant, un café. Puis après la séance de sport, oeuf au plat, jambon blanc et kiwi.

Ce midi, sauté de veau avec une sauce crémée. Champignons de Paris avec oignons et pousses de civette. Riz basmati nature.

Et ce soir, laitue iceberg, coleslaw, radis, filet mignon de porc fumé. Puis de la compote de pommes que j'ai faite, avec une cuillère à soupe de sucre pour cinq pommes.

Très bonne soirée à vous tous, j'espère que tout le monde va bien ?

C'est fait... de justesse... mais c'est fait

Publié le par imaginer

C'est fait... de justesse... mais c'est fait

Me revoilà... Pas beaucoup d'énergie ces derniers jours pour écrire. Je vous raconte ?

Il était donc prévu depuis ma visite à la clinique du genou début mars que je sois opérée du ménisque ce lundi 16. Entre temps, il s'est passé tout ce que vous savez avec les mesures prises au jour le jour contre le COVID-19.

Vendredi 13, la clinique m'appelle, me disant que l'opération est maintenue, l'intervention du chef de l'état ne réquisitionnant pas les cliniques privées. Et demandant le report des opérations juste pour les patients âgés de 70 ans ou plus.

Puis, samedi, annonce de la fermeture des cafés, restaurants... tout dimanche je me suis demandée si la clinique allait m'appeler pour annuler. Mais non.

Je suis donc arrivée comme convenu lundi matin à 7h30. Au bureau des admissions ils m'ont confirmé que mon opération était maintenue, mais que j'étais la dernière. Le gouvernement ayant décidé le report de toutes les opérations non urgentes et de réquisitionner toutes les cliniques pour soutenir les hôpitaux.

Ils m'ont installée dans une chambre, prévue pour trois patients ambulatoires mais où j'étais seule, me disant que je serais descendue au bloc à 9h30. le brancardier est en fait venu me chercher à 10 heures, et j'ai ensuite attendu dans la salle devant le bloc opératoire.

J'étais seule, alors qu'habituellement m'a dit le chirurgien, dans cette salle, comme dans la salle de réveil, il y a de nombreux patients...

Vers 10h30 l'anesthésiste est venu pour la dernière visite de contrôle, puis j'ai été emmenée au bloc. L'anesthésiste a donc pratiqué une rachis sais plus quoi, enfin comme une péridurale quoi, en me piquant dans le dos.

Et au bout de quelques minutes, je ne sentais plus mon corps, du nombril aux orteils. J'aurais préféré une anesthésie générale, l'impression de fourmillement dans le corps était désagréable, et j'étais persuadée que je n'avais plus mes jambes... quand j'ai dit ça à l'anesthésiste, il m'a prouvé que si, en mettant mes jambes sur ses épaules... Naturellement je n'ai rien senti, mais je voyais mes jambes en l'air. Ma tête s'est mise à tourner, j'ai réussi à en rire avec eux, mais je n'étais pas fière.

Ils ont ensuite installé un "champ chirurgical" donc je ne voyais rien. J'ai entendu le chirurgien arriver, me dire quelques mots... Et soudain s'exclamer, tout guilleret "Voilà, j'ai la languette qui vous fait tant souffrir". Je ne m'étais même pas rendue compte qu'il avait commencé. 

Le tout a duré une demi-heure, j'avais la tête qui tournait, cette sensation désagréable de ne plus avoir de bas du corps. Puis ils ont enlevé le champ opératoire, et comme ils n'avaient pas éteint l'écran, j'ai vu l'intérieur de mon genou...

Finalement, l'opération a consisté à faire deux petits trous, l'un pour introduire la caméra permettant de repérer sur grand écran le morceau de ménisque à enlever, l'autre, pour introduire la pince servant à retirer la languette d'os en question.

J'ai reçu le compte-rendu opératoire tout à l'heure par courrier, heureusement que je n'ai rien vu en fait, et rien senti, beurk...

En salle de réveil, j'avais toutes les infirmières pour moi, puisque j'étais la seule patiente. le chirurgien est venu me voir à deux reprises, me disant que j'avais conservé pendant l'opération le sens de l'humour qu'il avait remarqué lors de la consultation. Tant mieux, je n'avais pas totalement perdu la tête pendant l'anesthésie alors....

Ils m'ont remontée dans ma chambre vers 13h30 je crois. Mes jambes commençaient à se réveiller et faisaient des mouvements incontrôlés. Puis la douleur est arrivée...

Ils m'ont donné une heure après un en-cas, mais j'avais des nausées et n'ai rien pu avaler. Ils ont mis un anti-nauséeux dans ma perfusion. j'avais peu de tension (9-6), la tête qui tournait... et mal. Je n'ai pas bronzé comme par miracle, c'est la bétadine;-))

A 17 heures le kiné est passé, me montrant les séries d'exercices à faire les dix jours suivant l'opération.

Puis le chirurgien est repassé, s'assurer que tout allait bien, et me dire que je pouvais sortir. Que je dois passer le plus de temps possible allongée, juste me lever pour aller aux toilettes, à table... Et faire mes séries d'exercices sur mon lit. Au moins une semaine.

Chéri m'attendait et nous sommes rentrés en taxi à 18h30.

La soirée a été... douloureuse...très douloureuse... J'ai fini par m'endormir à minuit, assommée de douleur.

Mardi a été une journée aussi très douloureuse. Le chirurgien m'appelée mardi matin pour s'assurer que j'avais dormi, pas eu de malaise, et m'a dit d'enlever mon gros bandage, et de ne garder que les pansements spéciaux qui maintiennent les fils qui seront enlevés dans dix jours.

 

Oui, j'ai eu beaucoup de mal à venir à bout de la grosse croix au marqueur et de la bétadine, mais aujourd'hui"qui ça y est, j'ai retrouvé ma jambe propre.

Je fais mes exercices toutes les deux heures comme me l'a dit le kiné. Puis je glace et je masse le creux du genou. 

Hier soir, enfin je me suis endormie sans mal, je n'en pouvais plus, après deux jours et deux nuits douloureux. L'air de rien en plus ces séries d'exercices me fatiguent. J'ai dormi dix heures d'affilée. Et ce matin mon genou avait un peu dégonflé et la douleur s'est beaucoup atténuée. Il irradie moins et est moins chaud. Comme je ne peux pas prendre les anti-inflammatoires ordonnés au départ par le chirurgien (et qui lundi m'a dit de ne surtout pas les prendre), alors il faut que mon corps se débrouille seul pour enlever l'inflammation. Apparemment mes défenses immunitaires sont bonnes, puisque trois jours après l'opération, je sens un réel mieux.

Philippe (le prof de sport) m'appelle chaque jour, et lui qui a été opéré des ligaments croisés des deux genoux, m'a donné des astuces pour retrouver la flexibilité au mieux. Je travaille donc en plus du genou lui-même le verrouillage des quadriceps, les ischios. Et en effet ce soir, ma flexion du genou opéré s'est nettement améliorée.

A partir de lundi ou mardi il me donnera des cours par Visio à travers nos ordis. Je ne sais pas combien de temps va durer le confinement, plusieurs semaines sans aucun doute, donc dès que je vais retrouver de la mobilité je vais avoir envie de faire de l'exercice. Et lui, idem, en confinement, ne pouvant aller au collège ni entraîner son équipe, fait des programmes en visio.

En ce moment, côté sport, se met en place une belle solidarité. Des dizaines de coachs font des vidéos sur les réseaux sociaux, d'exercices à faire chez soi. Je parle là d'un sujet qui me passionne nous sommes bien d'accord, nul n'est obligé d'y souscrire. Mais je trouve ça chouette côté sport.

De même, chaque soir à 20h Chéri et moi sommes sur notre balcon pour applaudir de toutes nos forces, et ce sont quelques minutes de communication, de chaleur avec d'autres êtres humains, c'est précieux en ce moment.

Bref, le blog n'a pas pour vocation d'analyser la situation actuelle. Je ne vais pas en parler beaucoup. Ne croyez pas que je m'en fiche, bien au contraire, simplement je ne suis pas scientifique ni économiste, mon opinion n'apporterait pas grand chose... 

Demain en revanche je vous parle alimentation:-)) J'ai passé une heure au téléphone hier avec la nutritionniste.

Douce soirée, et plus que jamais prenez soin de vous, de ceux que vous aimez, et ne soyez pas avare de le leur dire...

Je patauge

Publié le par imaginer

Je patauge

Je patauge dans mes questionnements et contradictions, je me fatigue toute seule. J'aimerais arrêter de cogiter et juste vivre tranquillement sans me poser de questions...

j'ai déjeuné avec ma nièce. Nous avions une belle nouvelle à fêter. Elle a passé le TOEFL (un examen pour évaluer le niveau en anglais) car elle souhaite intégrer à sa double licence (elle est en deuxième année), un semestre aux Etats-Unis. Pour pouvoir passer l'entretien avec une université américaine, il faut avoir au moins 100 points sur 120 à cet examen. Elle en a eu beaucoup plus, pratiquement le maximum, et a pu passer l'entretien avec son premier choix d'université, celle de Chicago.

Et elle est acceptée:-))))))))))))) Elle part donc en août pour un semestre. Cours en anglais avec les étudiants américains, vie sur le campus, assister à la campagne des élections présidentielles américaines, elle qui fait Sciences Po, elle est plus que surexcitée.

Et moi je suis tellement fière. C'est une bosseuse incroyable. A sa double licence Sciences Po-histoire, elle a ajouté à la rentrée du droit, a travaillé dur pour le TOEFL. Elle est belle, drôle, bien dans sa peau, si affectueuse.

P..... elle va me manquer.... elle fêtera ses 20 ans le 28 octobre aux Etats-Unis. Nous la reverrons à Noël.

Sinon, hier, Chéri a passé une coloscopie, et le gastro a trouvé un polype louche. Il a parlé d'opération... Bon, je ne m'affole pas, je ne m'affole pas, je ne m'affole pas...je ne m'affole pas...je ne m'affole pas ! STOP, je ne m'affole pas. Prochain RV avec le gastro dans deux semaines.

En sortant de la clinique, Chéri est allé m'acheter des tulipes de ma couleur préférée, orange. Il est extraordinaire mon Chéri d'avoir pensé à ça en sortant de la clinique. 

Pendant que Chéri passait la coloscopie hier matin, je suis allée à une séance de cryothérapie. J'en ai déjà fait. Dans un caisson d'où la tête dépasse, refroidi à l'azote à moins 150 degrés.

Là j'ai choisi une méthode différente, dans un centre différent. Ce n'est pas juste dans un caisson sans que le froid n'atteigne la tête, c'est carrément dans une pièce.

C'est beaucoup plus pro. Ils prennent la tension et la température de la peau avant que l'on entre dans le froid. Température de la peau hein, pas température interne. J'étais en sous-vêtements, avec deux paires de chaussettes, deux paires de moufles polaires et un cache oreilles.

La température extérieure de ma peau était de 29 avant d'entrer. Je suis d'abord passée dans une antichambre où il ne faisait "que" moins 60 degrés. Au bout de 15 secondes, l'opérateur m'a fait signe d'entrer dans la chambre froide à moins 110 degrés. Et la sensation est nettement plus intense que lorsque c'est de l'azote !!!!!!

J'ai marché de long en large dans la pièce d'environ dix mètres carrés. En trois minutes, j'ai senti ma peau "cristalliser", littéralement. Il y a des minutes qui paraissent plus longues que d'autres. En sortant après les trois minutes, en revenant à température ambiante, j'ai cru que mon corps allait se casser:-) Il a repris la température externe de ma peau, qui était à trois degrés.

J'ai tout de suite enfilé le peignoir polaire à disposition et suis vite retournée m'habiller.

Quand je me suis regardée dans le miroir de la cabine, vous me croirez si vous voulez, mes cils avaient gelé, et le mascara était tombé sur mes joues:-)

L'ensemble de mon corps était rouge écarlate.

Ils m'ont offert un thé à la menthe, je suis restée tranquille une demi heure dans un fauteuil à me réchauffer, et suis partie chercher Chéri à la clinique.

Les bienfaits de la cryothérapie ne sont plus à démontrer. Pour soulager les douleurs articulaires, accélérer la récupération sportive, améliorer la circulation sanguine, faire du bien au corps tout simplement.

Côté repas ?

J'ai fait un beau marché... Fruits et légumes, oeufs, saumon mariné....

Hier nous sommes rentrés de la clinique à 14h30, le repas était prêt. Chéri avait cuit un rôti de dinde à l'étouffée à la cocotte, avec des courgettes cuites en même temps dans la cocotte. Juste un peu d'huile et un seul oignon (moi qui en mangeais tant), mais des herbes fraîches autant que j'en ai envie, c'est déjà ça...

Hier soir, j'avais envie d'oeufs. Oui je sais, j'évite maintenant les protéines le soir, mais là j'avais envie. Je me suis fait des oeufs mimosa, avec un gros cornichon à la russe, très doux. Puis un yaourt et une pomme.

J'ai mal dormi j'étais debout avant cinq heures ce matin.

J'ai petit déjeuné vers sept heures. Un café, un kiwi, des amandes et des noisettes.

Côté sport maintenant. Philippe rentre aujourd'hui de ses vacances, je le vois demain matin au stade à huit heures. Suis trop impatiente, dix jours que je ne l'ai pas vu. En fait nous ne nous sommes vus que deux fois. La première, il m'a fait faire de nombreux tests pour voir mon niveau sportif global. La seconde il m'a fait faire beaucoup d'abdos, de gainage, de gammes....

Nous avons beaucoup échangé ces dix derniers jours. Pas question de courir avant d'avoir perdu des kilos. En revanche, un gros travail de consolidation des chevilles et genoux. Renforcement des cuisses en les allongeant et les affinant, là elles sont trop puissantes. Il m'a dit qu'il va me tuer à force d'abdos et de gainage, pour courir, la solidité de la sangle abdominale doit être sans faille, ainsi que le dos. Et nous allons étudier les gammes de foulées (je ne sais pas bien ce que ça veut dire en fait).

Il rentre de Lanzarote aux Iles Canaries, où il y a des plantations d'Aloe Vera, et m'a dit qu'il me rapporte du gel d'Aloe Vera "cryo", effet glaçant, dont je pourrai me masser des chevilles aux genoux avant et/ou après chaque séance. Ça fortifie les articulations et améliore la circulation sanguine paraît-il. Je ne sais pas, moi je veux bien tester. Il en donne à tous ses athlètes m'a-t-il dit.En tout cas si ça ne fait pas de bien ça ne me fera pas de mal, et ça arrive direct de chez le producteur. 

En revanche, je vais devoir mettre le CoreTraining en pause. J'ai tellement envie de reprendre l'athlétisme, vous me connaissez, je ne sais pas faire les choses à moitié, alors je ne peux pas faire du sport tous les jours. 

Et courir me manque infiniment, cette opportunité de reprendre en douceur, avec un pro de l'athlétisme qui saura me modérer et veiller à ce que je ne me blesse pas, je ne veux pas la laisser passer. On a beaucoup beaucoup échangé pendant ses vacances et vraiment, l'un comme l'autre avons un vrai coup de coeur amical.

S'il s'avère que rien à faire, la course est définitivement terminée pour moi, au moins j'aurai essayé:-)

Demain, nous déjeunons avec mon amie dont le fils s'est suicidé. Elle part toute la semaine prochaine avec son mari. A chaque fois qu'ils s'absentent, depuis quinze ans que je la connais, je vais chez eux chaque jour pour nourrir les deux chats. Mais je ne suis pas retournée chez eux depuis ce drame, et je ne sais pas si je vais en être capable.

Quand elle m'a demandé la semaine dernière de venir m'occuper des chats, je n'ai pas osé dire non. Mais je l'ai appelée cet après-midi pour lui dire que demain, je viendrai chercher les clés, plutôt qu'elle passe les déposer chez nous, car je préfère aller chez eux quand son mari et elle sont là, pour la première fois depuis que son fils est mort. Elle a très bien compris. Nous allons donc déjeuner tous les quatre dans une brasserie près de chez eux, puis irons boire le café chez eux.

Y aller tous les jours pendant une semaine me perturbe... Ils veulent déménager, eux non plus ne peuvent plus vivre là... Chéri m'a dit qu'il ira si je n'y parviens pas.

En attendant je me réjouis d'aller au stade demain matin tôt:-))))))))))))))))))))

Passez une douce soirée, prenez grand soin de vous et de ceux que vous aimez !

Rage...bénéfique ?

Publié le par imaginer

Rage...bénéfique ?

Je n'ai pas écrit vendredi ni hier, petit coup de mou. Je suis allée au sport vendredi matin, ai continué mon rangement, et surtout, ai passé beaucoup de temps à lire:-) Et aussi à dormir:-) Et à faire de l'ordre dans les papiers, que j'avais négligés depuis la reprise du travail en septembre.

Vendredi je n'ai pas pris de photos de mes repas, la tête ailleurs.

Samedi, je me suis réveillée à 11 heures, ça ne m'arrive que très très très rarement ! J'ai donc pris un petit déjeuner/déjeuner. 

J'ai juste oublié sur la photo la tasse de café et l'orange:-)

Nous avons passé une journée cool à la maison avec Chéri, et hier soir nous avons dîné ultra simple. Pas très équilibré ni très léger en revanche.

Chéri a fait des feuilletés que j'aime beaucoup, pâte feuilletée, saucisse fumée et comté. Un peu de ciboulette.

Et de la brioche des Rois.

Car vendredi, en discutant avec Chéri de mon amour de la galette des rois à la frangipane (je suis dingue du massepain notamment, à ne pas confondre avec la pâte d'amande, attention;-)), nous avons également parlé des desserts de Noël provençaux, et en sommes arrivés à la brioche des Rois. Chéri en a déjà vu dans les pâtisseries, mais n'a jamais goûté.

Lui qui aime tant les fruits confits et la fleur d'oranger, il m'a paru indispensable de remédier sur l'instant à cette lacune. Et Chéri a adoré, il en a mangé la moitié hier soir. Moi juste un petit tronçon, ce n'est réellement pas ce que je préfère.

Alors, pourquoi ce titre à mon article ? Parce qu'hier soir j'ai téléphoné à ma mère, que j'ai trouvée triste. Elle a fini par m'expliquer pourquoi. Mon frère a eu une réflexion qui l'a profondément blessée. Je sais que mon frère est maladroit, mais là je ne comprends même pas cette réflexion. Comment même a-t-il pu penser cela ?

En attendant ma mère l'a prise en plein coeur et n'en dort plus. Je vais attendre que ma rage se calme avant d'en parler avec mon frère. Déjà que nous nous sommes un peu expliqués et frités au moment de Noël....

Non seulement je suis vraiment en colère, blessée, meurtrie, et contre tellement de choses, bien au-delà de mon frère mais j'ai en plus un peu peur. J'ai rendez-vous demain soir chez le gastro pour mon oesophage.

Excusez ce billet décousu, je vais prendre un peu de recul et désencombrer davantage encore mon environnement, mais aussi mon entourage. Et notamment les donneurs de leçons, les moralistes, ceux qui ne se réfèrent qu'au passé sans tenir compte du présent...

A très bientôt.

Plus vite que prévu

Publié le par imaginer

Plus vite que prévu

J'ai dit que je m'accordais d'hier premier janvier à dimanche 5 de total repos, avant d'attaquer lundi alimentation cadrée, sport, rangements, recherche d'emploi.

Mais cet après-midi, JC m'a appelée pour me souhaiter la bonne année, et m'a proposé, fermement:-)))))), de faire une séance demain matin. Alors moi j'ai dit Oui oui oui:-) Bon, ce sera une séance cool sommes-nous convenus, beaucoup d'étirements, avant de reprendre les choses sérieuses la semaine prochaine.

Je suis super contente, j'ai l'impression d'avoir tellement perdu en souplesse, en vitesse, en cardio, en muscu... J'ai hâte de reprendre vraiment:-)

A part ça, pas grand chose à dire. Hier nous avons passé un joli premier janvier avec Chéri... à ne rien faire qu'être tous les deux ensemble. Il m'a cuisiné le poisson que j'aime le plus, et que je n'ai pas souvent l'occasion de déguster. Une sole, avec des petites pommes de terre natte.

J'ai lu jusqu'à une heure du matin. Et ce matin, je me suis levée à neuf heures. Nous sommes allés faire quelques courses, j'ai appelé les uns et les autres pour la bonne année. Comme hier d'ailleurs.

Ce midi nous avons déjeuné simplement. Des pilons de poulet rôtis, des tagliatelles natures, et un kaki.

Cet après-midi j'ai lu encore, je me rattrape:-) Et j'ai plein de livres feel-good de Noël à lire.

Ce soir pour dîner, coeur de saumon fumé, macédoine de légumes à la mayonnaise, et salade perles de blé avec tomates et saumon fumé, assaisonnée au jus de citron.

J'aime bien les journées qui coulent au ralenti, surtout quand je sais que ça ne va pas durer... Je crois que je vais retourner lire. J'ai terminé un livre de noël cet après-midi, ça fait trois d'affilée, j'hésite entre entamer celui qui me reste, une histoire légère de Noël, ou un thriller... J'ai plus de 20 livres dans ma Pile à lire, je n'ai envie que de ça ces jours ci, lire...

Passez une belle soirée, à demain.

2020

Publié le par imaginer

2020

Je vous souhaite une pétillante année 2020, emplie de douceur et d'émotions en tous genres. Faites de VOUS la priorité.

En ce qui me concerne, comme depuis plusieurs années, pas de résolutions, qui ne sont source que de frustrations. Juste des envies, des objectifs.

Je veux vous remercier d'être là, toujours. Je ne réponds pas aux commentaires, ni aux nombreux messages privés que vous m'envoyez mais ils m'apportent un soutien incroyable. Merci, j'ai la chance d'avoir des lecteurs formidables, bienveillants, et surtout pleins de bon sens, qui me remettent la tête à l'endroit quand je suis trop dans l'excès.

Z'avez vu mon bel agenda ? Il est totalement personnalisé par mon aquarelliste préférée, à laquelle j'ai commandé plusieurs tableaux, il me semble vous les avoir déjà montrés. Elle a donc fait cet agenda, en me stylisant en couverture (oui, très stylisée), et a semé plein de petits dessins au fil des jours.

Sinon, pour rappel, je vous montre comment j'étais quand j'avais perdu beaucoup de poids, et telle que je veux redevenir, dans des vêtements en taille 38-40. Sans les 15 kilos du burn out donc... Et encore, quand j'étais comme  ça, je souhaitais perdre quelques kilos supplémentaires...

Objectif 2020:-) Maintenant que je ne prends plus d'anti dépresseur et n'ai plus de grande source de stress, ça devrait le faire... Je vais essayer en tout cas.

Allez zou, je vous laisse, et vous souhaite une très douce soirée.

<< < 1 2 3 4 > >>