La vie continue ?

Publié le par imaginer

La vie continue ?

Je suis donc allée à Charleville de mardi après-midi et retour vendredi soir. Retour folklorique, la SNCF a battu le record du monde je crois : sept heures pour faire 230 kilomètres... Pas que le train soit en panne, non, train annulé, rétabli, re-annulé... Ah non finalement faites 30 kilomètres pour aller à la gare suivante... Au guichet une dame de la SNCF m'a dit que les billets sont vendus alors même qu'ils savent que les trains ne circuleront pas...

J'ai bien d'autres soucis en tête, mais ça vaudrait la peine de faire circuler l'info, à défaut que les trains circulent... La SNCF mise sur les trains vers l'ouest et le sud, prépare les départs en vacances, en revanche certaines régions ne sont plus desservies. Carrément plus desservies....

Plus je pedalo plus je reculo aurait dit mon père...

Mon père que j'ai donc vu mercredi avec ma mère. Visite encore plus insoutenable que les précédentes...

Au diable les mesures sanitaires, mon père s'est mis à pleurer en demandant ce qu'il a fait de mal pour être ainsi enfermé et ne pas avoir le droit de nous embrasser, alors je l'ai pris dans mes bras, lui ai caressé le dos en lui murmurant qu'on ne l'abandonne pas. 

Il m'a suppliée de le ramener à la maison. L'infirmière nous a demandé de partir car il commençait à être fébrile.

Jeudi, vendredi, samedi au téléphone, il m'a répondu. De façon plus ou moins cohérente mais enfin pas pire que ces dernières semaines.

Mais hier matin, la clinique appelle mon frère, lui demandant de venir immédiatement. Mon père a fait un gros AVC. Paralysé du visage, et surtout, de la gorge, il ne peut plus déglutir. Il est donc hydraté, et nourri par sonde gastrique.

Mon frère est allé voir ma mère en sortant de la clinique... Pour lui annoncer. Mon père ne parlera plus...

Ce matin, nous avons pu parler au médecin. Ils vont essayer de rééduquer la fonction de la déglutition, mais la parole ne reviendra pas... Les AVC vont être de plus en plus fréquents et agressifs. Cela fait des années que mon père enchaîne les "petits" AVC. C'est la base de la démence vasculaire, la maladie dont il souffre. Cela détruit les fonctions cognitives, c'est très similaire à la maladie d'Alzheimer, et un des AVC finira par le tuer.

Le médecin a dit que cela évolue très vite depuis quelques jours, et que si l'on n'est pas encore en soins palliatifs, on s'en approche. Que nous devons nous préparer... pour dans quelques semaines à quelques mois...

Il n'est plus question d'années, contrairement à la semaine dernière... Il nous a aussi conseillé de suspendre pour le moment la recherche d'EHPAD.

Mon frère va retourner le voir avec ma mère... Hors de question de laisser ma mère le voir seule, mon père a le visage déformé m'a dit mon frère...

Quant à moi, je passe jeudi après-midi l'entretien avec le Président de la société dont j'ai déjà vu la DRH et la Directrice Générale la semaine dernière, donc je partirai pour Charleville avec Chéri vendredi matin.

Je fonctionne sur pilote automatique, je suis terrifiée à l'idée de perdre mon père et en même temps ce qu'il subit en ce moment ne s'appelle pas vivre alors...

J'ai appelé mon oncle, le frère de mon père, qui naturellement veut voir son frère. Son grand frère, ils ont 11 ans d'écart et c'est mon père qui l'a élevé, qui a commencé à travailler à 14 ans pour subvenir aux besoins de son petit frère, renonçant aux études... Mais avec ces putains de mesures sanitaires, pour le moment mon oncle ne peut pas voir son frère. Je suis en train de me démener pour que mon oncle, qui habite en région parisienne puisse au moins  avoir une visite. Un quart d'heure pour dire au-revoir à son grand frère...

Je pleure en écrivant, je ne savais pas qu'on pouvait souffrir et pleurer autant.

Les parents de Chéri m'ont appelée cet après-midi pour savoir s'ils pouvaient passer. Ils ont passé le week-end à la campagne et ont à nouveau cueilli des cerises et nous en ont apporté. C'est un tel décalage... La vie continue... Les parents de Chéri savent que la cerise est mon fruit préféré et m'en ont gentiment cueilli hier...

Chéri, lui, pour supporter la situation, cuisine... Chéri est très proche de mes parents, et pratiquement aussi triste que moi. Alors hier il est allé acheté un ananas Victoria et a fait un ENORME clafoutis... Alors que ni lui ni moi n'avons d'appétit. Mais peu importe, on fait en ce moment ce qu'on peut pour garder la tête hors de l'eau.

Ce que je vais écrire va sans doute vous paraître étrange, peut-être méchant je ne sais pas, mais là, vraiment, j'ai envie de retravailler... Me lever chaque matin, me préparer, passer la journée à travailler, ça me manque terriblement. Et plus encore en ce moment. Suis-je un monstre ? Ou est-ce l'instinct de survie ?

En tout cas, je vous rassure, je ne suis pas dépressive. Je suis triste au-delà des mots, au-delà de ce que je pouvais imaginer, mais ce n'est pas la dépression qui revient, ça je fais la différence. Et je ne suis plus sous anti-dépresseurs depuis bien longtemps maintenant, et je n'éprouve pas le besoin de cette "béquille" qui m'a tant aidée lors du burn-out. Je n'ai pas faim, mais j'essaie, même si ce sont de petites quantités, de manger. Pas question que je m'affaiblisse, je dois rester forte pour les allers-retours à Charleville etc...

Et pour le sport. Je ne laisserai pas tomber le sport, aujourd'hui moins que jamais !

Alors ce matin, j'ai mangé quatre cuillères à soupe de flocons d'avoine, que j'ai faits cuire dans du lait d'amandes. Avec une mini banane.

Ce midi, laitue, tomates cerises, radis, oeuf dur et jambon blanc.

Ce soir, de la ratatouille (vu la quantité faite hier, j'en ai pour un grande partie de la semaine), du riz nature. Des cerises.

J'espère que tout le monde va bien. Très bonne soirée.

Je vous raconte vite fait

Publié le par imaginer

Je vous raconte vite fait

Ce matin, record battu, je me suis levée à deux heures et demi...

Vers six heures j'ai pris un café et un petit déjeuner. Pain intégral, beurre, pastèque, cerises.

Je me suis préparée, ai "révisé" les infos collectées ces derniers jours sur l'entreprise et suis allée à mon rendez-vous. Je suis arrivée à 8h15 pour 8h30, et ai attendu 8h25 avant d'entrer. C'est aussi impoli d'arriver en avance que d'arriver en retard.

J'ai tout de suite été accueillie par la DRH qui m'a fait passer l'entretien jeudi dernier, et m'a conduite dans une salle de réunion où se trouvait déjà la Directrice Générale.

L'entretien s'est bien passé. Cependant je trouve que j'ai été moins bonne que jeudi dernier, fatigue et stress accumulés... Ceci dit, mon intérêt pour le poste est encore plus vif.

Je devais avoir la réponse très rapidement, car l'entretien devait se dérouler avec la DG mais aussi avec le Président. Or celui-ci, retenu en province, ne sera à Paris qu'à partir de mercredi prochain. La DG m'a dit "je ne peux finaliser un recrutement sans que le Président ne vous voie". 

Comment interpréter cette phrase ? Que pour elle, je suis la candidate qu'elle veut ? Je ne sais pas, je ne sais plus quoi penser... Je suis trop fatiguée pour analyser correctement... Alors je vais sagement attendre une semaine, et advienne que pourra.

Je suis vite rentrée (bon, 10 minutes à pieds, c'est le top), me suis changée et hop, j'ai rejoint Philipe au stade. Après la séance d'escaliers d'hier, aujourd'hui, focus sur gainage et fessiers... Pas sûre d'avoir encore des fessiers demain, là ce fut vraiment intense... Et pour finir la séance, le Bring Sally UP Challenge :-)))))))))))))))

Philippe ne me l'avait pas fait faire depuis la semaine dernière. Et bien de 1 minute 24, je suis passée à 1'51:-)))))))))))))  J'y arriverai aux trois minutes 30, je me le suis promis, pour quand Philippe rentre de ses premières vacances fin juillet !

Et ensuite, je sais qu'il a plein d'autres défis sous le coude. J'aime tellement les challenges !

Je suis rentrée à midi, et ai regardé les trains pour aller à Charleville demain matin. C'est simple, IL N'Y EN A PAS. J'ai juste trouvé un TGV tout à l'heure à 18h30, c'est pour ça que je suis venue vous raconter vite fait mon entretien en plein après-midi.

J'ai donc pris ma douche, me suis rhabillée pour la troisième fois aujourd'hui (ce matin pour l'entretien, puis tenue de sport pour la séance, puis robe légère et confortable pour prendre le train).

J'ai appelé la clinique de mon père, comme je vais le voir demain, pour savoir s'il y a besoin de produits de toilette en plus du linge propre. Ai appelé sa mutuelle. Ai parlé avec deux directrices d'EHPAD... Et maintenant je m'en vais aller prendre le train pour passer trois jours avec ma mère. Jeudi elle passe une fibroscopie, c'est pour ça que je tiens à être à Charleville pour l'y conduire, aller la chercher, veiller à ce que la nuit suivante se passe bien.

Comme à chaque fois que je vais à Charleville, j'irai lui faire de grosses provisions. Et demain donc, je l'accompagnerai à la visite hebdomadaire à mon père. Ils n'ont pas encore assoupli les règles sanitaires...

J'emporte mon ordi, je ne promets pas de repasser par ici, souvent je profite d'être chez mes parents pour faire le plus de choses possibles pour ma mère. Je rentre à Paris vendredi soir, je veux être avec Chéri pour le week-end.

Passez une belle fin de journée.

Lundi de folie

Publié le par imaginer

Lundi de folie

Les parents de Chéri sont passés samedi pour nous apporter cette jolie panière de cerises, venant de leur jardin à la campagne.

Alors, ce lundi... Par où commencer ? Allez, je le fais par ordre chronologique, ce sera plus simple.

Hier j'ai lu jusqu'à minuit et demi et ce matin, j'étais debout à cinq heures et demi, comment trouver le sommeil j'en ai marre de ces courtes nuits. Je n'avais sport qu'à 10h30. J'ai pris mon petit déjeuner, en prenant tout mon temps.

Pain intégral beurré, jambon, pastèque.

Puis je suis allée aux Tuileries, pour la séance d'escaliers de la semaine. Philippe a un peu augmenté l'intensité par rapport à lundi dernier, il accentue un peu plus chaque semaine. Ça me convient parfaitement. Mes mollets et mes cuisses, tout comme mes fessiers s'affinent et sont bien dessinés. En rentrant, j'étais encore écarlate, le tee-shirt trempé de sueur.

Ca c'est donc ma tête "nature", sans maquillage, sans anti-cernes. Et bien rougeaude, ça change de ma pâleur habituelle:-)

J'ai pris ma douche, puis nous avons déjeuné. Pour ma part, laitue, tomates cerises, radis, oeuf dur, jambon. Cerises.

Puis, premier plaisir de la journée : aller au cinéma. Waouh, nous qui y allons plusieurs fois par semaine depuis toujours, plus de trois mois que nous n'y étions pas allés. La salle était pratiquement pleine, apparemment nous n'étions pas les seuls en manque:-) 

C'était symbolique et important pour nous d'y aller dès le jour de la réouverture.

Nous étions prêts à aller voir n'importe quel film, mais il s'avère que avons vu un très joli film en plus. La bonne épouse, avec Juliette Binoche et Yolande Moreau. Pas un chef d'oeuvre, mais un film charmant et jubilatoire.

En sortant, nous sommes allés à la librairie que j'aime beaucoup. Idem, je n'y étais pas allée depuis début mars. Je voulais absolument acheter Autant en emporte le vent, avec sa nouvelle traduction. C'est un de mes livres préférés, je le connais par coeur pour ainsi dire, et c'est avec délectation que je vais me régaler des 1500 pages cet été, et voir les différences de traduction. Les couvertures sont magnifiques je trouve.

Et.... la grande nouvelle du jour. Je vous ai dit que jeudi dernier j'ai passé un entretien, qui, me semblait-il s'est bien déroulé. Ils ont reçu plus de 200 candidatures, la DRH a fait passer dix personnes en premier entretien, et devait décider ce lundi des deux personnes à présenter au Président et la Directrice Exécutive. Pour un entretien m'avait-elle dit, devant se dérouler ce jeudi qui vient.

J'avais très envie de faire partie des finalistes, ce poste m'intéresse vraiment. Et la DRH m'a appelée cet après-midi. Non seulement je vais rencontrer le Président et la Directrice exécutive, mais dès demain !!!!!!! Ils veulent me voir très vite. 

Pensez à moi demain matin à 8h30 les amis. Du coup, je pense que j'aurai la réponse vite. Bon, nous ne sommes plus que deux... alors si ce n'est pas moi qui obtiens le poste, je ne me remettrai pas en question, car quand il ne reste que deux candidats, ils ont les bonnes compétences pour le poste tous les deux... Après ça peut se décider à un petit rien...

J'ai essayé trois robes, demandant à Chéri laquelle correspond le mieux pour l'entreprise dans laquelle je postule. La robe qu'il a désignée, c'est une taille 42, je l'ai achetée l'été dernier, et là, elle est vraiment large... Heureusement elle est ceinturée, j'ai serré la ceinture au max, et elle est encore portable. Et bien joliment portable:-)

Elle est kaki avec de très fines rayures bleu marine. J'ai choisi pour aller avec un sac bicolore kaki/noir. J'hésite encore pour les chaussures... Kaki ou noires ?

En tout cas, j'ai repassé ma robe, préparé mon sac à main, pas d'imprévus demain matin.

J'avais envie de manger du guacamole. Alors Chéri, mon Chéri toujours si attentionné en a préparé. Avec avocats, poivron, citron, échalote, un peu de piment. Il est à se rouler par terre de bonheur ce guacamole.

Au dîner, pain au maïs, guacamole et truite fumée:-)

A demain. Douce soirée vous tous:-)

On le fait ?

Publié le par imaginer

On le fait ?

Comme chaque année depuis que cette course a été créée, en 2016, je vais... je veux la courir. Peu importe le chrono, cette course est avant tout une magnifique aventure humaine à vivre tous ensemble. 

Chacun à notre façon, en courant, en marchant, en offrant quelques euros... Pour offrir, c'est par ici.

Chacun des euros que je vous demande est intégralement reversé à l'Institut Marie Curie.

Et bien évidemment tous ceux et celles qui voudront venir avec moi passer cette formidable soirée le 21 novembre sont les bienvenus... Pour marcher, pour courir, ou juste pour partager avec moi, avec les coureurs, avec les malades, avec les familles, avec les amis, avec les soignants, cette si forte et émouvante course sur les quais de Paris, à la nuit tombée.

Chaque année, la même émotion m'étreint, du moment où je vous demande d'aider l'Institut Marie Curie jusqu'à la ligne d'arrivée.

Alors, une fois encore, relevons le défi tous ensemble vous voulez ?

La Course des Lumières

Pilée

Publié le par imaginer

Pilée

Et oui, après six semaines de concours ultra serrés où sur un score de 8-8, c'est la mort subite qui nous a départagés, aujourd'hui, victoire nette et sans appel du coach : 10-6. Je m'en veux, je lui ai donné un point sur les Jumping Jack, un point sur les Mountain Climbers, deux points sur les abdos ciseaux. Faut pas déconner, ce ne sont pas des exercices difficiles ça, le mental a lâché. 

En revanche, je me suis bien débrouillée sur le challenge musical, j'ai chopé les points:-) En plus il m'a dit que maintenant j'ai vraiment la bonne posture pour le gainage et les pompes, et que mes triceps sont bien dessinés et apparents. Waouh j'adore... Avec ces exercices de renforcement musculaire, mes muscles se sont affinés et allongés. Je le vois au niveau des cuisses et mollets, je le vois au niveau du ventre, mais mes bras quand je fais des exercices je ne les vois pas. Alors oui ça m'a fait drôlement plaisir.

En revanche, j'ai du mal à digérer la défaite. J'ai toujours eu l'esprit de compétition, mais Philippe l'a renforcé en me forgeant un mental redoutable. Ce qui m'aide énormément au quotidien, hors sport ! Mais perdre le concours hebdo ça me fait vraiment iech:-)))))))

Demain, séance visio, car c'est samedi et Philippe ne peut pas venir au stade. Déjà il est plus qu'adorable de me consacrer une heure...

Ce matin comme notre rendez-vous au stade était à 11h00, j'ai pris mon petit-déjeuner avant, à sept heures. Kiwi et skyr.

En rentrant à midi et demi, j'ai pris ma douche et contrairement à d'habitude j'avais faim, vraiment faim. Je me suis préparé une salade avec du blanc de la pintade que Chéri a cuite à la cocotte hier soir, de la mâche, tomates cerises, cornichon.

Et ensuite, j'avais encore faim ! Alors j'ai mangé un morceau de baguette que j'avais rapportée  en rentrant su stade pour Chéri, toute chaude et croustillante. 

Je mange rarement du pain blanc, plutôt du pain intégral, ou tout au moins, complet. Du coup là, je me suis régalée avec cette baguette tradition si croustillante, tartinée de beurre salé.

J'ai passé l'après-midi à remplir des dossiers pour mon père. Invraisemblable le degré d'informations personnelles, très personnelles à fournir pour l'administration médicale...

Y compris des renseignements sur ma mère, mon frère, moi...

Ce soir, j'ai les bras, les fessiers, les dorsaux en compote... Me suis bien donné au concours malgré tout:-)

Ce soir, dîner simple. Purée de haricots verts-petits pois (Picard surgelés). Ce sont juste des légumes, sans gras ni sel ajoutés. J'ai juste mis une pincée de sel. Et trois pommes de terre grenaille et échalotes qui restaient d'hier soir.

Et de la pastèque:-))

Ca y est, on trouve de la pastèque à point, croquante, craquante, sucrée, j'adore !!!!!

Sinon, la nouvelle moins réjouissante du jour. Vous vous souvenez, début mars (avant le confinement), je vous parlais de mon rêve.

Et bien aujourd'hui, les 20 kilomètres de Paris viennent d'être annulés.

C'était à prévoir, bien que ce soit en octobre. J'imagine qu'il en sera de même pour la Parisienne en septembre. Du coup avec Philippe, nous avons décidé de faire le semi-marathon en mars 2021. Une fois, rien qu'une fois dans ma vie je veux faire les 20 kilomètres ou le semi-marathon.

Ensuite, je courrai juste pour le plaisir, et la sécurité de mes articulations vieillissantes, des petites distances. Et continuer au max le renforcement musculaire, j'adore les exercices au poids du corps et leur variété !

Bonne soirée tout le monde:-)

L'ascenseur émotionnel

Publié le par imaginer

L'ascenseur émotionnel

Hier soir, cette nuit et ce matin j'étais terriblement mal. Une vague de tristesse terrible. Ce matin, les mots de l'une d'entre vous m'ont un peu rassérénée. Puis la séance au stade m'a détendue.

La séance n'était qu'à 11 heures, j'ai donc petit déjeuné avant, je me suis engagée à faire trois repas, ne pas manger trop peu...

Ce matin donc, demi pamplemousse et skyr.

Je n'ai pas été très performante à la séance, la nuque tellement nouée que je ne pouvais pas tourner la tête, et aucune force, ni physique, ni mentale.

Demain à 11 heures au stade, notre concours:-))))

Je suis rentrée à 12h30, me suis douchée, soigneusement maquillée et habillée pour mon entretien, et ai déjeuné très léger.

Saumon grillé comme hier soir, et reste des légumes d'hier soir (fondue de poireaux, carottes-brocolis-chou-fleur).

Je me sentais incapable de faire face à un entretien d'embauche, avec mes yeux rougis, mes cernes, que j'ai bien du mal à cacher malgré l'anti-cernes.

Et Pourtant. Je l'ai fait. Et plutôt bien m'a-t-il semblé. J'espère ne pas me tromper. Comme d'habitude, dès que je dois expliquer mon parcours professionnel, pourquoi je postule, je suis emportée par ma passion envers mon métier. J'ai passé plus d'une heure et demi avec la DRH. 

Elle m'a dit avoir reçu plus de 200 réponses à l'annonce, avoir sélectionné dix candidats, et fait tous les entretiens entre hier et aujourd'hui. Lundi, elle en gardera deux ou trois, qu'elle présentera à la Directrice Exécutive et au Président de cette importante union d'associations. Les entrevues des deux ou trois candidats finaux avec la Directrice Exécutive se dérouleront jeudi 25.

Lundi je saurai si j'en fais partie ou non.

Ce poste, très différent de par le secteur de ceux que j'ai déjà exercés me semble un défi passionnant à relever. En tout cas, que je fasse partie de la sélection finale ou pas, cela me fait un énorme bien. J'ai beaucoup retravaillé mon CV et ma lettre de motivation pour répondre à cette annonce vendredi dernier. Ils m'ont appelée mardi, j'ai passé un premier entretien aujourd'hui. C'est motivant !

Ce soir pour le dîner, Chéri a fait une pintade à la cocotte avec choux de Bruxelles et pommes de terre grenaille. Le débat reste ouvert, faut-il ou non éplucher les grenailles;-)) ? Chez nous, la réponse est non:-)

Avec des échalotes, des herbes, une cuillère d'huile pour le tout. Comme j'évite les protéines le soir, et privilégie les légumes cuits et féculents (pour éviter les douleurs dues à la hernie hiatale, pas pour la perte de poids), je me suis régalée de choux de Bruxelles, pommes de terre et échalotes. Je mangerai de la pintade demain midi.

Ces légumes ainsi mijotés étaient une tuerie intersidérale, ni plus ni moins !

Et pour finir ce dîner de pur plaisir, de la glace que Chéri a rapportée de chez Picard.

Bonne soirée vous tous:-). A demain.

Encore un mercredi

Publié le par imaginer

Encore un mercredi

Les semaines défilent... 

Ce matin j'ai réussi à dormir jusqu'à 7h30. Sitôt levée j'ai pris un café, puis fait mes séries gainage et Bring Sally Up. Je n'ai pas fait plus que la minute 24 d'hier. Je ne lâche pas, c'est mon challenge de l'été:-)

Ensuite j'ai pris ma douche, puis mon petit déjeuner. Thé, kiwi et skyr. Je découvre le skyr, bien longtemps après tout le monde apparemment. 

Moi qui n'aime pas les yaourts/fromage blanc, et bien le skyr, de par sa douceur et son onctuosité passe nettement mieux. C'est bien "compact", une belle cuillère à soupe me suffit largement. Le skyr contient plus de protéines que le fromage blanc.

Au déjeuner, thon au naturel, oeuf dur, macédoine de légumes (en boîte, mais bien rincée pour enlever le sel), tomates cerises, asperges. Et une cuillère à soupe de mayonnaise.

Cet après-midi, j'ai essayé de me préparer pour l'entretien de demain. Je connais bien les spécificités de l'entreprise, qui n'en est pas vraiment une, c'est une fédération qui regroupe 550 associations, et dont le Président cherche son assistante.

J'essaie de ne pas me mettre la pression, si ça marche tant mieux, sinon ce sera un autre poste... Je ne vais plus me rendre malade pour le travail.

En fin d'après-midi, j'ai eu des discussions douloureuses avec des directrices d'EHPAD. Ils commencent à rouvrir leurs portes, et accueillir de nouveaux résidents. Ca peut donc aller vite maintenant pour le transfert de mon père de la clinique de soins transitoires où il séjourne depuis fin avril. Je ne sais pas comment je vais pouvoir supporter ça... Une des directrices m'a parlé de "deuil blanc", je n'avais jamais entendu ce terme, je suis allée voir ce qu'il englobe...

Nous avons décidé, avec Chéri, de ne pas partir en vacances cette année. Je veux être disponible nuit et jour s'il arrive encore quelque chose à ma mère, comme sa chute de lundi. Et passer du temps avec elle dans cette maison où elle a vécu les trois quarts de sa vie et qu'elle va quitter dans quelques semaines. Et lui apporter du sourire, de la chaleur, de la présence dans cette période d'une violence psychologique sans précédent pour elle.

Je n'avais pas faim inutile de vous dire, mais je me suis engagée auprès de ceux que j'aime à manger, à avoir de l'énergie pour tout ce que j'ai à faire. Et comme je dors extrêmement mal en fait il paraît que le sommeil est fortement perturbé quand le corps manque d'alimentation.

Chéri, toujours tellement là pour m'aimer et me soutenir a fait une fondue de poireaux, il sait que j'adore ça. Avec du saumon. Le reste du mélange lentilles corail-riz-quinoa d'hier soir, et celui de brocolis-chou-fleur d'hier midi.

Je n'ai jamais mangé autant de légumes de ma vie:-))

Passez une douce soirée:-)

Allez on avance

Publié le par imaginer

Allez on avance

Ma mère est sortie de l'hôpital. Le scanner n'a rien révélé à la tête, et son mal de tête était passé ce matin. Les côtes sont fêlées mais pas cassées. Elle a passé une bonne nuit, ils lui avaient donné un calmant, et lui ont mis une poche d'eau sucrée ou je ne sais quoi en perfusion pour lui redonner quelques forces. 

Mon frère est avec elle. Et il l'accompagnera demain pour la visite hebdomadaire à mon père. Moi j'irai la semaine prochaine, car elle passe une fibroscopie, donc je veux l'accompagner, aller la rechercher, passer quelques jours avec elle.

Ce matin, séance au stade. Gammes de foulées, gainage, abdos. Et pour finir, la récompense,:-), le Sally Bring Up Challenge en musique. La première fois, jeudi dernier, j'ai tenu  1 minute 15 souvenez-vous. Aujourd'hui, 1 minute 24. Sachant que la chanson fait 3 minutes 30, j'ai encore du boulot. Je me suis donné comme challenge d'y arriver pour quand Philippe rentrera de vacances fin juillet.

Demain je ne le vois pas, il m'a dit de faire beaucoup d'étirements, et quelques séries de une minute de gainage. Pas plus. Il veut que je récupère... au moins une journée par semaine. 

Et ce matin, Philippe était un peu fâché. Et vous savez l'effet que ça me fait quand mon coach est en colère. C'était déjà pareil avec JC. Et là, il m'a trouvé fatiguée, surtout après l'intense séance d'escaliers d'hier. Pas de jus aujourd'hui, moins dynamique que d'habitude. Bon je n'ai pas dormi cette nuit, et surtout je suis arrivée pour la séance à 10 heures à jeun. Mais quand je mange avant le sport, j'ai souvent des désordres intestinaux avec les sauts etc.

Mais...comme je me lève très très très tôt, il m'a demandé à plusieurs reprises de manger une bricole deux heures avant la séance, nos séances sont trop intenses pour que je les fasse le ventre vide... donc ma semaine sans petit déjeuner, il est contre, mais vraiment très très contre.

Jeudi la séance est à 10 heures, vendredi à 11 heures, donc c'est vrai qu'en étant levée souvent bien avant six heures du matin j'ai le temps de manger, de digérer...

Bon, en attendant, ce matin donc, pas de petit déjeuner. Au déjeuner, poulet grillé hier soir par Chéri, carottes, brocolis, chou-fleur vapeur. Kiwi et un demi pamplemousse.

Cet après-midi, j'ai reçu une chouette nouvelle. Je vous ai dit que j'ai refait mon CV, l'envie de retravailler se fait réellement sentir. J'ai postulé vendredi à un poste qui m'intéresse, vraiment. Et en début d'après-midi ils m'ont appelée, j'ai un premier rendez-vous jeudi à 14h30. Avec la DRH. Si ça passe je rencontrerai le Président de l'entreprise... A suivre.

Pour le dîner ce soir, Chéri est allé chercher des plats dans notre restaurant vietnamien préféré, qui a rouvert aujourd'hui. Je lui ai demandé de me rapporter uniquement un rouleau de printemps, pas plus, je ne veux pas casser la bonne dynamique alimentaire et sportive actuelle. J'avais prévu des lentilles, et j'en avais envie, alors j'en ai mangé aussi. Un mélange de lentilles corail quinoa et riz, auquel j'ai ajouté une échalote et des petits morceaux de jambon d'Ardenne.

Passez une belle soirée:-)

Un nouveau lundi

Publié le par imaginer

Un nouveau lundi

Ce matin séance d'escaliers aux Tuileries, j'adore... surtout à la fin de la séance Philippe m'a lancé un petit défi tout mimi. Monter en une minute le maximum de fois "nos" escaliers, constitués de 16 marches. La première fois, j'ai fait cinq montées et descentes, six la deuxième....

Demain matin, rendez-vous au stade, j'aime tellement que nos séances soient si variées.

Avant la séance, j'ai bu un café, après la séance, un thé. Pas de petit déjeuner. Cette semaine, c'est sans petit déjeuner, uniquement deux repas par jour. 

Au déjeuner, ratatouille, deux oeufs et kiwi.

J'ai passé l'après-midi au téléphone à relancer tous les organismes pour les dossiers concernant mes parents... Ca n'avance pas vite...

Et à 16H30, coup de téléphone. Ma mère est aux urgences. Elle est tombée, s'est arrachée le menton.Les pompiers l'ont emmenée aux urgences pour des examens. Scanner de la tête, elle a mal à la tête, radio des mâchoires. Suspicion de côtes cassées. Il devient urgent que ma mère déménage, tout devient urgent !

Mon frère est quand même à une heure de route, et moi, avec les deux-trois trains quotidiens vers Charleville (quand ils ne sont pas annulés), il me faut au moins une demi journée pour arriver. Et même si je loue une voiture pour y aller, avec la circulation pour sortir de Paris, il faut au minimum quatre heures... Ou alors je vais en train à Reims, je loue une voiture à Reims... Bref, une expédition quel que soit le moyen choisi... 

Alors que des TGV Paris-Reims avec un trajet de 45 minutes, il y en a toutes les heures... C'est la portion Reims-Charleville qui est inexistante. Et je ne parle pas d'argent, mais un Paris-Charleville, vu que c'est une ligne peu rentable, coût plus cher qu'un Paris-Bordeaux ou un Paris-Marseille. Donc ça fait un joli budget...

Donc, d'ici cet automne, il faut que ma mère soit à Reims, à quelques pas de chez mon frère, et 45 minutes de TGV pour moi. Et naturellement que mon père soit à Reims, dans un établissement en plein centre, que ma mère puisse aller le voir souvent. Mon frère habite en plein centre de Reims, près de la gare, ma mère pourra aussi venir passer des séjours chez nous à Paris. 

Ma mère a tellement hâte de déménager, être seule dans la maison lui est devenu insupportable. Elle veut être près de nous, près de son mari, elle est terrifiée.

Inutile de vous dire que je n'avais pas vraiment faim pour le dîner. Chéri, ayant peur que je ne mange pas s'est mis à cuisiner des pâtes au pesto. Il sait comme j'aime le pesto, avec plein plein plein de basilic. Alors j'ai mangé des pâtes au pesto, avec des haricots plats sautés dans de l'ail:-) Et je me suis régalée.

Passez une douce soirée. 

Ca y est !

Publié le par imaginer

Ca y est !

Oui enfin j'ai cassé la spirale de la défaite du concours du vendredi ! Ce ne fut pas sans mal. Encore une fois nous sommes allés à la mort subite. Et là, ma tête a pris le relais, car des cuisses, abdos, fessiers, dorsaux, je n'en avais plus !

Ces concours, au-delà du côté ludique et révision des exercices pratiqués durant la semaine, Philippe ne les a pas mis en place par hasard. Il sait que je manque cruellement de confiance en moi, et me sous-estime tellement facilement. Alors il travaille beaucoup, énormément la force mentale et l'assurance... Ce n'est pas demain que je me considérerai comme "valable", cependant ça progresse un petit chouia.

C'était donc en visu ce matin à sept heures. Et j'ai déjà hâte d'être à lundi, rendez-vous à sept heures aux Tuileries.

Et pour ce week-end, il m'a dit de faire beaucoup d'étirements, une heure de marche rapide samedi et dimanche. Plus, demain, 12 séries d'abdos. Et dimanche, m'entraîner sur le challenge en musique:-)

A huit heures et quart, toujours dans l'euphorie de ma victoire, j'ai pris mon petit déjeuner. Enfin, léger le petit déj, un demi pamplemousse. je n'ai pas faim, rien à faire.

J'ai passé la matinée à envoyer des  CV. Pour le déjeuner, salade, concombre, tomates. Oui ça fait genre quatre jours de suite, mais comme je suis la seule à manger la salade et le concombre, ça dure.... Du jambon d'Ardenne rapporté de  Charleville et un oeuf dur. Pain intégral beurré.

Cet après-midi j'ai passé deux heures en skype avec le cabinet d'outplacement:-)

Ce soir au dîner. Petites pâtes langues d'oiseau dans lesquelles j'ai mis le tout petit reste de carottes et brocolis. Haricots plats vapeur, puis sautés à la poêle avec une noisette de beurre et de l'ail.

Très bonne soirée vous tous:-)

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>