Je ne lâche rien

Publié le par imaginer

Je ne lâche rien

Que dire ? Voilà presqu'un mois que je me débats entre tristesse incommensurable, allers retours extrêmement compliqués (zone rouge, plus de cent kilomètres, justifications à n'en plus finir, plus de quatre heures pour aller à Charleville contre une heure et demi en temps ordinaire), démarches auxquelles on n'a jamais pensé avant d'être brutalement confronté à la préparation de fin de vie, comptes...

Je vais à Charleville seule à chaque fois, puisque le médecin et l'hôpital me font des dérogations pour aller m'occuper de mes parents, mais pas de dérogation pour Chéri, qui est leur gendre.

Je vous en parlerai au fur et à mesure, mais là, ces jours ci,  je ne suis pas capable d'écrire sur mon père, sur ma mère, en parler me fait déjà si mal, alors poser des mots qui resteront, m'est viscéralement impossible.

Tout est en cours, ralenti par les déplacements compliqués et les nombreux services médicaux et administratifs fermés depuis mi-mars, qui commencent à réouvrir mais ont beaucoup de dossiers en retard.

J'assure ce qu'il faut assurer, les rendez-vous, les négociations, les réponses aux convocations, mettre les choses en place, recevoir les agents immobiliers, discuter avec les administrations, la banque, rassurer ma mère, remonter le moral, j'assure avec le sourire... mais souvent les larmes jaillissent, je ne savais pas avoir autant de larmes, je ne savais pas pouvoir éprouver une telle tristesse. 

Dormir n'est plus qu'un lointain souvenir... Les cauchemars sont mes plus fidèles compagnons en ce moment. Ils me rongent...

Nous n'avons toujours pas pu voir mon père... Il est seul dans un endroit qu'il ne connaît pas, il ne sait pas où il est, lors de ses rares moments de lucidité au téléphone il me dit que je suis sa fille, que je dois venir le chercher, puis il repart dans son monde, seulement je ne sais pas où est son monde... Il nous oublie... Ne pas pouvoir le voir fait qu'il nous oublie encore plus vite, on ne peut pas entretenir les liens que nous enseignent le neurologue, le kiné, la psychomotricienne...

Pendant ces semaines, je me suis accrochée au sport, le seul moment de la journée pour moi, moi seule, le seul moment où je peux expulser rage et chagrin sans me soucier du reste. Cinq fois par semaine, une heure en visio avec Philippe, chaque jour une heure de marche. La semaine prochaine, Philippe viendra à la maison, ce sera mieux qu'en visio malgré tout, et j'espère que les nouvelles annonces du 2 juin autoriseront la réouverture des stades et parcs dans Paris.

Je n'ai pas compensé mon chagrin et ma colère (oui, je suis loin encore de l'acceptation, je suis dans la colère) en mangeant, ou en ne mangeant pas. La nourriture n'est plus un exutoire, je me rends compte que j'ai une force vive que rien ne peut éteindre. Elle peut vaciller, être moins lumineuse, mais elle est là, quoiqu'il arrive, chevillée à mon corps.

Alors je vais à nouveau vous parler sport et alimentation. C'est une surprise totale pour moi de me rendre compte que le travail fait ces dernières années pour différencier la nourriture des émotions a plutôt fonctionné... Fut un temps où je me serais emplie de nourriture pour anesthésier quelques instants la douleur. Ce n'est plus le cas. Je continue à perdre les kilos pris avec le burn-out et les anti-dépresseurs. Doucement, environ un kilo par semaine.

Je mange très simplement, des produits bruts, que je cuisine sans chichi. Des protéines suffisamment pour ne pas perdre de masse musculaire, beaucoup de légumes, un peu de féculents, de fruits, voilà...

Avec Philippe, nos séances sont basées exclusivement sur les exercices au poids du corps, mes muscles s'affinent, s'allongent, mon ventre s'aplatit, mon corps change harmonieusement.

Alors je vais revenir poster mes repas... Si cela vous intéresse, j'en suis très heureuse. Si cela ne vous intéresse pas, vous m'en voyez désolée;-) Mais c'est l'essence même du blog depuis sa création, l'alimentation.

Si vous pensez que je mange bien, sainement, suffisamment, j'en suis heureuse. Si vous pensez, sans même lire ce que j'écris, sans même regarder ce qu'il y a dans mon assiette, juste parce que vous avez décidé une fois pour toutes que je ne mange pas, que je m'affame, je ne me battrai pas pour vous convaincre du contraire. Je mange absolument tous les macros nutriments dont mon corps a besoin, en respectant mon activité sportive et surtout en tenant compte de ma hernie hiatale. Donc je ne me battrai plus pour vous convaincre que oui je mange assez pour une femme de mon âge, ma corpulence, mon activité etc... Et que peut-être ce sont la majorité des personnes qui mangent plus que ce dont leur corps a besoin... On peut en parler;-)

Je ne me battrai plus pour vous convaincre que je mange des aliments que j'aime, que je prends plaisir à composer mes repas, que mes goûts et besoins ont changé au fil de ces années. Que je m'accorde quand j'en ai envie des repas moins simples, sans me soucier de l'équilibre ni de l'amincissement.

Ceci dit, oui il est certain que la plupart de mes repas sont réfléchis, en fonction du poids que je veux perdre. Et de mes objectifs sportifs. Oui j'ai des objectifs sportifs ! Des rêves, peut-être trop ambitieux, mais je mets tout ce qui est à ma portée pour réaliser mes rêves. Là encore, si cela vous intéresse quand j'en parle cela me ravit, si le sport vous ennuie, désolée...

Ah oui, c'est de cela dont il faut que je vous parle dans un autre article. Car certains d'entre vous estiment que je n'ai pas/plus de poids à perdre. Or, suite à mon opération du ménisque en mars, je vous parlerai du suivi opératoire, et du poids...

Ce que j'ai changé ces dernières semaines, c'est que maintenant, je cuisine pratiquement sans sel, je ne bois plus qu'un seul café, le matin en me levant. Après le sport, en prenant mon petit déjeuner  je bois un thé vert. Puis au fil de la journée, je bois deux à quatre tisanes, selon les jours et mes envies. Je me suis prise de passion pour la marque Les 2 Marmottes, j'aime beaucoup leurs tisanes.

Tous ce que je mange, est frais, légumes, fruits, viande, poisson, sauf rares exceptions, parfois du surgelé, parfois de la viande ou du poisson du supermarché et non de chez le boucher ou le  poissonnier, auquel cas je préciserai.

Comme toujours, vous pouvez commenter, dire que vous n'aimez pas, argumenter, me dire que vous n'êtes pas d'accord avec ce que j'écris. Ça a toujours été le principe, on échange, on discute etc...

Alors, ce matin, en me levant, un café. Puis après la séance de sport, oeuf au plat, jambon blanc et kiwi.

Ce midi, sauté de veau avec une sauce crémée. Champignons de Paris avec oignons et pousses de civette. Riz basmati nature.

Et ce soir, laitue iceberg, coleslaw, radis, filet mignon de porc fumé. Puis de la compote de pommes que j'ai faite, avec une cuillère à soupe de sucre pour cinq pommes.

Très bonne soirée à vous tous, j'espère que tout le monde va bien ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Coline 24/05/2020 09:36

Etant passée par là, malheureusement je connais ce calvaire, bien que là ce soit encore alourdi par le circonstances.
Je vous envoie des ondes positives.
Il est certain que votre vie équilibrée, le sport, la nourriture, sont un soutien supplémentaire (en.plus de la nourriture affective qu'est Chéri).
Bah si votre menu ne nous plaît plus, on n'a qu'à pas venir le lire !
Bon courage pour tout.

Imaginer 24/05/2020 19:07

Merci beaucoup Coline, J'espère que vous vous êtes remise ?

Quand mes menus ne plaisent pas vous pouvez bien sûr le dire. Même s'ils paraissent déséquilibrés. Ce qui m'a beaucoup agacée précédemment, ce sont les quelques lecteurs qui systématiquement me disent que je m'affame alors qu'ils m'ont eux-mêmes dit qu'en réalité ils ne regardent pas mes assiettes....

Vous, vous regardez et lisez... la preuve avec le kiwi et l'orange:-))))

PaoDora 22/05/2020 23:01

Enfin te voilà de retour :-) une douce pensée pour tes parents...courage à toi, tu es une vraie battante ♡

Imaginer 24/05/2020 19:08

Merci beaucoup, vraiment merci de ta présence si constante et de ton soutien

Alix 22/05/2020 14:20

Et votre maman, elle est seule ? Vous n' êtes pas avec elle ?
Courage
Alix

Imaginer 24/05/2020 19:09

Je ne suis pas avec elle tout le temps non. J'y vais autant que je peux, et croyez-moi ce n'est pas simple en même temps. Et mon frère qui habite à moins de 100 kilomètres y passe plusieurs fois par semaine.

Françoise 22/05/2020 11:18

Bonjour Claude,

Je me permets de vous dire que vous êtes très courageuse et une très belle personne. Je vous admire dans votre combat. Je pense qu'il ne faut pas écouter les gens chacun à son point de vue et fait comme il veut, comme il peut, comme il pense et sa ne regarde que vous. Le principal c'est que vous avez trouvé comment vous faire plaisir et essayer d'atteindre votre but.
Bon courage pour vos parents je me doute qu'avec la distance et les contraintes sa complique beaucoup les choses.
Heureusement chéri est là pour vous soutenir et vous formez un beau couple.
Bien à vous
Françoise

Imaginer 24/05/2020 19:43

Merci chère Françoise.
En ce moment je fais vraiment ce que je peux, et c'est déjà bien que je ne me rue pas sur la nourriture ou que je n'arrête pas de manger, ce pourrait être l'un comme l'autre.

C'est là, en ce moment que je vois que je suis sortie de la dépression, et plus forte que jamais.

Merci de votre présence:-)

agnes perpignan 22/05/2020 08:53

Heureuse de vous retrouver.

Imaginer 24/05/2020 19:45

Merci beaucoup Agnès, moi aussi je suis heureuse de revenir

Séraphia 21/05/2020 22:17

Très heureuse de te lire, sincèrement.

Imaginer 24/05/2020 19:45

Oh merci Séraphia. Et merci pour tous tes gentils mots pendant mon absence.

AGNES 21/05/2020 20:47

Heureuse de te retrouver avec tes belles assiettes colorées !

Imaginer 21/05/2020 21:10

Merci Agnès ! Tu m'as manquée.

Souris 21/05/2020 20:02

Tellement bon de te revoir ici, Claude !

Imaginer 21/05/2020 21:09

Merci beaucoup. Je suis aussi heureuse de te retrouver:-)