Alors, je courrai ou je ne courrai pas ?

Publié le par imaginer

Alors, je courrai ou je ne courrai pas ?

Ce matin, rendez-vous à sept heures aux Tuileries. Il commence à faire bien jour dès sept heures du matin. Que j'aime me lever tôt et arpenter Paris au petit matin !

Comme il est toujours hors de question de courir, ce matin fut une séance "marches". Montées, montées, montées, sur la pointe des pieds, de profil croisées, descentes, descentes, descentes.... Plusieurs séries comportant à chaque fois dix montées. Sans impact, le plus vite possible mais sans impact, c'est à dire, en "atterrissant" sans aucun bruit, en légèreté sans choc pour le genou.

Le cardio est monté de malade:-)

Ensuite, du gainage, des dips, des séries d'extension des bras et dorsaux, et beaucoup d'étirements. Le tout dans ce cadre magnifique des Tuileries, au soleil (très froid à sept heures du matin mais un grand ciel bleu), sous le regard des promeneurs de chiens et des coureurs.

Comment vous décrire mon bonheur dans ces moments là ? C'est indescriptible... A la fin, pour retraverser les Tuileries et descendre dans le métro aïe aïe aïe mes jambes... Courbatures en vue;-)

Philippe m'a dit que par rapport à il y a trois semaines, mes montées d'escaliers sont plus fluides, plus rapides, plus légères... Il me pousse pousse pousse, et vous savez comme j'aime ça. Il est d'une exigence comme je n'ai jamais connu. Waouh bien plus exigeant que JC. Leurs méthodes sont extrêmement différentes.

Vivement jeudi au stade !!

Avant de partir à 6h30, j'avais bu un café, et ai fait ma séance à jeun.

En rentrant à 8h30, j'ai (re)pris une douche bien chaude et ensuite la faim est apparue. Petit déjeuner bien consistant, tartines craquantes de sarrasin, jambon blanc, amandes, clémentine, avec un thé vert à la menthe.

A 11h30, j'ai repris un thé, en répondant à des offres d'emploi. Hier je suis allée à l'APEC. Et j'ai revu la nutritionniste que m'a présentée le gastro. Il était convenu que nous fassions un point après quelques semaines, pour vérifier que je ne vomis plus la nuit notamment. Ce qui est le cas, et quel soulagement.

Je lui ai dit que depuis le premier février mes séances de sport sont à 100% cardio, sans muscu ni charges, alors elle m'a donné un schéma quotidien un peu différent, en augmentant légèrement les protéines.

Ce midi, salade mâche-roquette, tomates cerises, deux oeufs durs et une tranche de jambon blanc. 

A 15H30 j'avais donc rendez-vous avec un chirurgien orthopédique de la clinique des Maussins, où exercent tout un groupe de spécialistes du genou.

Il m'a bien expliqué les photos de mon IRM. La petite languette qui s'est détachée du ménisque, et se balade dans mon genou en me faisant si mal, et bien il faut l'enlever. Naïvement, je lui ai demandé s'il allait pouvoir la replacer et la refixer. Hé non... Donc mon ménisque sera incomplet, ce qui risque d'user le cartilage.

Il m'a parlé de mon poids. Au-delà de la coquetterie ou de vouloir faire du sport, c'est avant tout de la prévention et de la prudence. Il m'a expliqué qu'un kilo exerce une pression de cinq kilos sur le genou... Et me conseille, pour ménager ménisque et cartilage de perdre, non pas 15 kilos comme je souhaite, mais 20 à 25 kilos !

Et là, je pourrai recourir autant que je veux m'a-t-il assuré.

Alors, est-ce que je veux courir à nouveau : OUI, mille fois OUI

Suis-je prête à perdre 20 à 25 kilos pour préserver mes genoux : OUI, mille fois oui

Vous me connaissez, je lui ai demandé s'il pouvait pratiquer l'arthroscopie dès demain. Il m'a dit non, et a commencé à me parler du mois d'avril. Alors là mes amis, j'ai sorti l'arme massive de persuasion/séduction. Il n'en pouvait plus de rire, mais a compris ma frustration et ma motivation. Il m'a dit "Je suis soufflé par votre énergie et votre dynamisme". Et encore, je me trouve plutôt amorphe en ce moment, je crois que c'est la douleur au genou qui dure depuis plusieurs semaines qui m'a épuisée.

Bref, finalement, il m'opère lundi 16 mars. Ensuite j'ai harcelé son assistante pour l'anesthésiste. C'est toujours compliqué d'avoir des rendez-vous anesthésie. A bout d'arguments, voyant que j'étais en grande forme pour décrocher un rendez-vous, elle a appelé l'anesthésiste devant moi, lui demandant de me "glisser" cet après-midi même entre deux rendez-vous.

Bon j'ai quand même attendu plus d'une heure, mais voilà, tout est réglé, je n'ai pas à y retourner avant le 16.

Il m'a dit qu'il n'endormira que les jambes, puisque j'ai eu une anesthésie générale en janvier déjà pour la fibroscopie. L'intervention dure une demi heure. Je ressors naturellement quelques heures après. Ensuite, une semaine sans sortir, sans solliciter les jambes, et une infirmière me fera chaque jour une piqûre d'anti-coagulant, histoire d'éviter une phlébite m'a-t-il dit. Pour les gens qui travaillent, il prescrit une semaine d'arrêt.

Il m'a aussi prévenue que bien que ne durant que 30 minutes, il s'agit là d'un acte chirurgical avec tout ce que ça implique. Et que les trois-quatre jours suivant l'opération sont très douloureux. Et que les douleurs subsistent plus ou moins fort pendant au moins quatre semaines. Il me donnera des exercices de rééducation. 

Et, dernière chose, il m'a demandé de passer un test d'effort chez un cardiologue. Parce que, a-t-il ajouté "vous paraissez bien moins que votre âge, et physiquement et énergiquement, mais malgré tout vous avez 52 ans et je voudrais m'assurer que vous pouvez faire tout le sport que vous faites sans risque". J'appelle donc dès demain matin le cardiologue dont il m'a donné les coordonnées.

D'ici au 16 il m'a confirmé que je peux continuer les abdos, gainage, étirements, et séances d'escaliers sans impact. Et pendant deux semaines après l'opération, ne pas solliciter les jambes, mais le haut du corps, aucun problème. Et, dès début avril, je peux commencer à trottiner prudemment.

En sortant j'ai appelé Philippe, qui connaît particulièrement bien les problèmes de genoux (lui aussi ancien footballeur comme JC) et m'avait dit que c'était certainement tout cela qui m'attendait. Il est tellement concerné et prudent qu'il saura parfaitement me modérer le temps qu'il faudra.

Voilà, avec tout ça, je suis partie à 14h30 et rentrée à 19h30, mais je suis tellement soulagée !!

J'ai dîné de courgettes et semoule. Puis une infusion.

Passez une douce soirée:-))

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MONICA ROBB 18/05/2020 16:36

salut! Je suis très heureux d'annoncer à tout le monde que je me suis complètement remis de mon HSV 1 & 2 récemment. J'ai utilisé de l'huile d'origan, de l'huile de noix de coco, de l'acyclovir, du valacyclovir, du famciclovir et d'autres produits et c'est vraiment utile pendant mes épidémies, mais j'ai totalement guéri de mon HSV avec une phytothérapie forte et active commandée à un herboriste puissant et il a complètement combattu le virus de mon système nerveux et j'ai été testé négatif après 12 jours d'utilisation de la phytothérapie. Je suis ici pour vous faire savoir que le virus de l'herpès a une guérison complète, je me suis débarrassé du mien avec l'aide du Dr Edes et de sa phytothérapie Contactez-le par e-mail: dredeshome@gmail.com ou +2348151937428 Ou visitez son site Internet; https://dredesherbal.webs.com

Nina 04/03/2020 09:53

Tu es bien entourée et bravo pour ton esprit de décision.

Val 04/03/2020 08:00

Allez hop, maintenant on sort l'arme massive pour que l'opération de chéri soit bien calée par rapport à la votre ! (Ou c'est déjà fait ?)

Val 04/03/2020 14:50

Je comprends que c'est bien plus ennuyeux et il faudra donc (peut-être) aussi utiliser votre force de persuasion pour que son intervention soit à un moment où vous ne serez pas clouée à la maison.
Je croise les doigts.

Imaginer 04/03/2020 09:19

Bonjour Val,
Ah non, là pour le coup rien à voir avec Chéri:-)
C'est ce soir d'ailleurs que Chéri a RV avec le gastro pour les résultats de sa coloscopie et on saura s'il a besoin d'être opéré.

J'espère que non d'ailleurs, c'est plus ennuyeux ses histoires d'intestins que mon genou.